Visibilité lesbienne dans les séries

Les articles qui vous ont plu ou déplu, ce que vous appréciez ou détestez…
Avatar du membre
caty
Messages : 162
Enregistré le : mer. 19 nov. 2008 13:42

Re: La visibilité lesbienne progresse-t-elle dans les séries TV

Message par caty »

Bee :
"Du coup, je me demande comment les scénaristes vont négocier la suite... Je ne vois que l'exil comme dans Crime et châtiment : il faut un rituel de purification
Tout cela non pas pour pourrir le topic, mais se dire que la représentation lesbienne prend des tournants parfois très curieux : est-ce que ce genre de scènes dans ce genre de show peut avoir un impact sur la réception de l'homosexualité chez les personnes croyantes ???"
D'abord, le mariage est repoussé, pas complètement passé à la trappe.

Ensuite, cette plus vieille (et aussi mauvaise qu'un Dallas entre parenthèses) série américaine de l'histoire va très bientôt se terminer pour de bon, les producteurs ayant décidé d'arrêter.

Donc la fin de "Otalia", quelle qu'elle soit, c'est imminent.

Au lancement de l'histoire Otalia, les scénaristes avaient prévenu : ce ne sera pas une histoire gay à proprement parler.
(Et au vu des réactions négatives du public à l'annonce de l'histoire, ils ont fait ce qu'il faut pour rassurer ce bon peuple...)
Il est donc à craindre que le choix soit la séparation de Otalia, et non une happy end à notre goût.
Mais sait-on jamais ?
Pour son baroud d'honneur, la série essaiera-t-elle de montrer qu'elle est plus moderne qu'on ne le dit généralement ?

Si ça se termine mal (séparation, marriage), l'impact sur les spectateurs croyants sera très négatif.
Si ça se termine bien, et en douceur, en finesse (y aller sur des oeufs surtout), alors oui, ça peut être bénéfique sur leur réception de l'homosexualité.

Sinon à propos de "Home and away", vu la tournure plutôt favorable que prend la série, la polémique initiale n'était-elle pas finalement un gigantesque coup de pub ?
Il faudrait voir l'impact sur le taux d'audience...
Image

Avatar du membre
Isabelle B. Price
Administrateur du site
Messages : 2008
Enregistré le : sam. 21 juin 2008 18:03
Localisation : France
Contact :

Quelles histoires pour les lesbiennes dans les séries TV ?

Message par Isabelle B. Price »

Mirabelle posait une question intéressante dans un autre sujet et se demandait si le traitement des personnages lesbiens dans les séries télévisées virait définitivement au soap opera.

Une question que je trouve pertinente à l'heure où je m'ennuie royalement devant mon poste de télévision et où j'ai l'impression qu'effectivement, on n'a plus vraiment de personnages qui nous permettent de nous interroger sur "quelle visibilité" mais plutôt "quelle histoire à dormir debout va-t-on encore inventer" ?

Alors je me demande si les personnages transgressifs de ces dernières années ont ouvert la voie à une acceptation et une banalisation des gays et lesbiennes dans les séries qui seront, maintenant, traités comme les femmes, les noirs et les asiatiques et auront donc leurs histoires de coeur dégoulinantes de mièvrerie comme tout le monde. Ou si on est entré dans une aire politiquement correcte où il faut ménager la chèvre et le choux et où donc on va traiter les lesbiennes comme les femmes, les noirs et les asiatiques, sans choquer personne et en satisfaisant tout le monde.

Exemple, si vous regardez attentivement le casting des séries américaines, le chef de la police est soit un noir soit une femme (attention quand c'est une femme noire, vous tapez dans deux minorités et vous gagnez plus de points), la meilleure amie ou le meilleur ami est une/un asiatique totalement intégré et super américain mais avec occasionnellement une famille envahissante qui permet d'effleurer de très loin la question de l'identité sans choquer quiconque. Et aujourd'hui le gay ou la lesbienne en couple stable qui souhaite avant tout se marier et fonder une famille.

Aujourd'hui il serait totalement impossible de voir un personnage détestable et jouissif comme Richard Fish dans "Ally McBeal" gay. Parce qu'il serait choquant, non ?

Vous en pensez quoi, vous ?
« Rien de ce que je pourrai dire ne changera quoi que ce soit à ce que vous pensez. Et rien dans votre réaction ne changera quoi que ce soit à ce que je prévois de faire. Alors je préfère ne rien dire. » Dr House

Avatar du membre
Mirabelle
Messages : 78
Enregistré le : jeu. 16 juil. 2009 20:22

Re: Quelles histoires pour les lesbiennes dans les séries TV

Message par Mirabelle »

Je vais dans ton sens (mais ça tu t'en doutais.). Il n'y a pas tant des lesbiennes qui sont représentées que des lesbiennes en couple avec des bisexuelles, voir uniquement ces dernières. Or ici on a un effet de mode. Même Madame Figaro en parle c'est à dire !

Nous sommes dans une société ou les chefs d'entreprises sont très majoritairement blancs et masculins. Par certains aspects je me demande si l'utilisation de la bisexualité ne les arrange pas : ça fait tolérant, ça leur plait et si on proteste, on peut nous envoyer paitre en disant que nous sommes d'éternelles insatisfaites. Or on a parfois tendance à l'oublier, mais avant d'être des lesbiennes ou des bi, nous sommes avant tout des femmes.
Il va de soit que je ne stigmatise pas le bi en tant que tel, mais une vision du bi voulu par des hétéro.

Quand en plus on a droit à NBC une chaine disney donc très famille et plutôt républicaine, c'est le pompon. Ne nous leurrons pas (mais on va dire encore que j'exagère) le cinéma et la télévision des majors sont le 2e produit d'exportation aux état-unis.


Ta remarque sur les cotât ethniques me semble très pertinente. C'est sans doutes pour cette raison que je m'amuse autant devant Psych (enquêteur malgré lui en vf). L'acolyte du héros n'en est pas tout à fait un, ils sont avants tout amis et gus (le black donc) fait autant que le faux médium pour l'enquête. De surcroit et c'est rare sans trop en faire dans la revendication, il a beau avoir des défauts il est bien plus cultivé que le personnage central !
Tu sais ce qu'on dit "le public de manière générale ne veut pas être surpris" : ce qui marche, c'est ce qu'il connait déjà, c'est aussi plus sécurisant quand des millions sont en jeu. A force de répéter que le public veut ce qu'il connait déjà, on a fini par le croire. Mais ne nous leurrons pas, dans le fond les producteurs sont des grands angoissés, des poltrons qui ne veulent pas prendre de risques et qui ne demandent qu'à être rassurés. Quand quelque chose fait une étincelle parce qu'il y a eu un grain de sable dans la machine, chacun se dépêche de l'imiter pour les 10 années à venir.

L'industrie veut un succès exploitable sur des années. Tu cites Ally Mc Beal, mais si la série a démarré très fort, la dernière a été une catastrophe au niveau des audiences. Le diffuseur a donc perdu beaucoup d'argent.

Les programmes intéressants (mais comme je l'ai dis ailleurs je n'ai pas regardé lip service par exemple) ne me semblent donc pas être à la télévision, mais sur le net. C'est là bas que ça se passe et heureusement, on voit parfois des auteurs de court métrage sur le net se voir proposer des longs métrages. Voir développer des modes de distributions parallèles, payant ou non.

Avatar du membre
Arizona
Messages : 656
Enregistré le : mer. 21 avr. 2010 10:57

Re: Quelles histoires pour les lesbiennes dans les séries TV

Message par Arizona »

Isabelle B. Price a écrit : Aujourd'hui il serait totalement impossible de voir un personnage détestable et jouissif comme Richard Fish dans "Ally McBeal" gay. Parce qu'il serait choquant, non ?
Vous en pensez quoi, vous ?
J'avoue que pour l'instant, j'aurais encore du mal à voir des personnages homos totalement négatifs dans les films ou les séries. Parce que l'égalité des droits est encore loin d'être effective et parce qu'on risque encore la peine de mort dans certains pays. Si par exemple le tueur de la fin de la saison 6 de Grey's anatomy avait été homo et explicitement meurtrier à cause de son orientation, je l'aurais surement mal pris. Alors qu'aujourd'hui, qu'un meurtrier soit noir, on s'en fout parce qu'on ne le relie pas à sa couleur de peau.

Après, il y aussi une distinction à faire entre les séries. Il est quand même difficile de reprocher aux soap leurs retournements de dernière minute et leurs couples guimauves, que ce soit Callie/Arizona ou Derek/Meredith. Ce que j'aime à ce niveau là, c'est que le couple lesbien colle à la tendance générale suivie par les autres couples. L'existence de couples "guimauves" est donc pour moi une étape indispensable pour permettre d'aller dans d'autres séries moins "mainstream" vers des représentations plus affinées.

Du coup, que dans les séries plus "barrées", il y ait davantage de créativité à désirer dans la représentation lesbienne me parait aller de soi.

Ta question m'a aussi fait demandé : "mon dieu, mais quelle est la première lesbienne de série que j'ai vue à la télé? Comment était-elle dépeinte? Est-ce qu'il y a eu du changement depuis?". Je pensais à Willow/ Tara et à Keary Weaver. Mais à bien y réfléchir, c'était l'ex-femme de Ross dans Friends, Carol! Il y avait d'ailleurs déjà un mariage lesbien entre les deux femmes et de l'homoparentalité. Ce qui était intéressant, c'est que s'il n'y avait pas d'homophobie dans la série, les blagues sur les lesbiennes ne manquaient pas et ça n'empêchait pas Ross de détester Susan, la compagne de Carol : bref, là encore, le couple lesbien collait parfaitement à l'atmosphère de la série et à son genre comique.
Les programmes intéressants (mais comme je l'ai dis ailleurs je n'ai pas regardé lip service par exemple) ne me semblent donc pas être à la télévision, mais sur le net. C'est là bas que ça se passe et heureusement, on voit parfois des auteurs de court métrage sur le net se voir proposer des longs métrages.
D'accord du point de vue de la créativité ;) Mais, à mon sens, il faudrait dans ce cas faire de différences lorsqu'on s'exprime sur la représentation lesbienne dans les séries, que ce soit par genre (soap/comédie/"séries barrées"/séries policières...) ou par public (grand public/web séries).
Modifié en dernier par Arizona le mar. 12 avr. 2011 23:02, modifié 2 fois.
Nous ne vivons que pour découvrir la beauté. Tout le reste n'est qu'attente.

Avatar du membre
Mirabelle
Messages : 78
Enregistré le : jeu. 16 juil. 2009 20:22

Re: Quelles histoires pour les lesbiennes dans les séries TV

Message par Mirabelle »

Rien à redire sur ton premier point, je le trouve très pertinent. Oui si un tueur est gay on le remarquera désormais plus que sa couleur de peau. Mais pourtant moins que sa religion s'il est musulman.
Arizona a écrit : il faudrait dans ce cas faire de différences lorsqu'on s'exprime sur la représentation lesbienne dans les séries, que ce soit par genre (soap/comédie/"séries barrées"/séries policières...) ou par public (grand public/web séries).
Je suis plutôt d'accord à un bémol près. Les genres ne sont pas clairement définit : la passerelle est dans le cheaper qui s'est de plus en plus banalisé x-files est un bon exemple. Quand les complots sont devenus inexplicables sans incohérence c'est le couple qui a été mis en avant parce que les fans l'attendaient. Ok l'amour c'est important, mais c'est tout de même triste de s'interesser à est ce que machin ou truc jouent à touche pipi plutôt qu'à des intrigues de politique.

Ensuite ce qu'Isabelle et moi même remarquons, c'est une tendance vers le soap. Tu cites GA par exemple, mais à l'origine c'est le coté parodique et léger du genre marié au style médical spectaculaire qui faisait la fraicheur de la série. L'évolution vers le lourd (pas le grave, ça a toujours été présent) fait la marque du mauvais mélodrame, dit soap opera.

Silverring

Re: Quelles histoires pour les lesbiennes dans les séries TV

Message par Silverring »

Hourra du débat !!! Je jubile à vous lire, merci, c'est un plaisir tel que jn'esaie même pas de le décrire.

J'ai trouvé l'article du figaro affolant. Et quand je pense que ma grand mère est abonnée, je fais de curieux liens... :shock:
Du coup, j'en reviens l'intitulé de la question : quelles histoires (et pas quels personnages).
Et je rebondis un peu sur le sexisme évoqué par Mirabelle pour sauter sur l'hétéronorme et l'irritante répétition d'un parcours unique pour les personnages. Message : "réussir" sa vie, c'est être en couple stable, se marier si les dispositions légales le permettent, être propriétaire de son logement et y vivre heureux avec beaucoup d'enfants.
Ah, vous avez remarqué comme la fin de ma dernière phrase sonne éculée ? Il n'y a qu'un chemin pour le bonheur : être conforme, même dans sa différence relative.
Et j'ai maintenant envie de revenir sur le terme utilisé plus haut "hétéronome". Parce que ce shéma est le seul représenté pour touTEs. La pression implicitie s'exerce sur touTEs. Cet appauvrissement des possibles représentés ne s'arrête pas aux unes ou aux autres.

Et là, j'ai envie de dire : heureusement, il nous reste d'autres personnages qui représentent des individus qui sont encore discriminés ! Vivent Dexter et Tara, au moins ça fait catarsis (si on a plus le droit de cramer le bonhomme carnaval personnifiant le roi, il faut bien qu'il nous reste quelque chose).

Ça fait jouer la soupape, mais c'est qu'on est aculé dans la cocotte minute...Moi ça me fait limite péter les plombs quand j'y pense.

Hey mais dites donc !! Ces deux là aussi sont mariés et parents !!! Ah la la, mais si même eux peuvent le faire, pourquoi pas moi ?
Comment je préfère cette question appliquée au coming out...
Même si on peut rêver une société au sein de laquelle plus personne ne penserait parler "d'avouer" ses inclinations, on en est pas là aujourd'hui. Je crois que c'est pour ça que le traitement du molent charnière de la prise de conscience individuelle vers la capacité à assumer publiquement, me captive toujoirs autant. J'apprécie de voir le personnage aux pises avec ses propres barrières, avec ce qu'iel projette de l'accueil des autres proches ou non... Ça renseigne sur un tas de choses !!! Et c'est donc un événement qui garde quelque chose de transgressif aujourd'hui encore. Le personnage met un bon coup de canif au canevas de l'enfant rêvé par ses parents et autre imagerie conformante...

Avatar du membre
Pam
Messages : 1109
Enregistré le : jeu. 19 nov. 2009 13:44

Re: Quelles histoires pour les lesbiennes dans les séries TV

Message par Pam »

Très intéressante question ; votre débat l'est également.

Pourquoi avoir une histoire particulière pour les lesbiennes ? En quoi la sexualité ne serait-elle pas qu'un trait de caractère, comme la maladresse de Susan dans Desperate Housewives, le professionnalisme de Christina dans Grey's Anatomy ou le penchant meurtrier de Dexter dans la série éponyme ?
En quoi ces personnages seraient différents s'ils étaient homosexuels ?

Et pourquoi pas un tueur gay d'ailleurs ? On peut être homo et psychopathe, sans pour autant que ce soit lié. Après tout, ça serait une belle preuve qu'aucune distinction n'est faite en fonction de l'identité sexuelle.

Je sens que je n'ai pas fait avancer le débat, et même que je suis très candide sur ce coup là. Mais, sincèrement, voir un personnage lesbien épanoui sur le plan affectif et professionnel, qui ne se bat pas pour le mariage ou pour avoir un enfant, ça serait pas mal, non ?
"Tout comme une fleur ne choisit par sa couleur, nous ne sommes pas responsables de ce que nous sommes ; ce n’est qu’en prenant conscience de cela qu’on se libère. Et devenir adulte, c’est être libre."- Stoker
---
(Message subliminal)

Lake Of Fire
Messages : 62
Enregistré le : ven. 20 mars 2009 17:22

Re: Quelles histoires pour les lesbiennes dans les séries TV

Message par Lake Of Fire »

Alors personnellement, c'est pas que je plains de la "bonne" représentation de l'homosexualité, notamment féminine, mais des personnages géniaux que tout le monde adore avec des défauts adorables, ça devient un peu lassant, et surtout très réducteur. Je veux dire, c'est pas que je veux de la "mauvaise pub", mais les lesbiennes ne sont pas toutes sympa, et ce n'est pas en raison de leur orientation, c'est la personne elle même qui est insupportable. J'ai l'impression qu'on a un peu peur de faire des personnages lesbiens "méchants" de peur qu'on insulte les producteurs d'homophobes. Moi j'ai déjà vu une fille qui était un vrai monstre ambulant : affreuse, insupportable, obsessionnelle, manipulatrice, mythomane, et elle était lesbienne. C'est vrai que ce genre de personnages peut donner une mauvaise vision de l'homosexualité, surtout si c'est mal fait cinématographiquement. Mais prenez par exemple un tueur noir de peau, aujourd'hui, ils sont tellement bien intégrés en général qu'il n'y aura pas vraiment de polémique en raison de la couleur du meurtrier. Eh bien si on veut un jour être réellement acceptés de la société, il faudra ne plus être choqués par la représentation de personnages lesbiens qui ne sont pas parfaits. Aujourd'hui c'est un sujet encore sensible, mais j'espère que dans quelques années, voire quelques décennies, on ne donnera pas aux personnages lesbiens dans les séries des rôles différents des personnages hétéros en raison de leur orientation.

Avatar du membre
bulle
Messages : 267
Enregistré le : dim. 3 mai 2009 13:06
Localisation : plus ou moins en France, vers Paris

Re: Quelles histoires pour les lesbiennes dans les séries TV

Message par bulle »

Quand je repense à toutes les trames lesbiennes qu’on a pu voir dans les séries, je trouve qu’il y a, malgré tout ce qu'on peut dire, quand même du choix. Du bon comme du mauvais. Et dans tous les genres, tels que les séries policières (en subtext généralement), les séries carcérales (Bad girls), vampiriques (Buffy, True Blood), historiques ( Boardwalk Empire, Maison Close), soap/dramas (Grey’s anatomy, Desperates Housewives, Pretty Little Liars, Once and again, South of Nowhere, Sugar Rush), musicales (Glee)…vous pouvez compléter vous-même.

ça en fait des séries à regarder quand même ! :o

Et pourtant, je ne peux m’empêcher de rester insatisfaite. Je m’explique : quand un scénariste décide de s’attaquer à une romance lesbienne, il lui suffit de suivre le fameux schéma classique gagnant, pour que tout le monde y trouve son compte.

Prenons une personne féminin que l’on nommera… tiens… Shy. Comme son nom l’indique, c’est une fille timide, un peu à coté de ses pompes, lunaire. Shy vis sa vie de façon pépère, tout va bien. Elle ne se pose pas beaucoup de questions.
Voilà qu’arrive une nouvelle fille intriguante, fraichement débarquée d’où on ne sait où, qui répond au doux prénom de Beautylicious (ne me demandez par pourquoi, ça vient comme ça vient :shock: ). Beautylicious, contrairement à Shy, est une fille décidée dans la vie, sûre d’elle et qui a du répondant.
Beautylicious, ouvertement lesbienne, en pince grave pour Shy qui ne s’est plus où se mettre. Elles finissent dans le même lit :? . Shy prend conscience de sa vraie nature, et avec le soutien de sa belle, désire annoncer au monde entier qu’elle est lesbienne et fière de l’être. Yeeah !

Remplacer le couple Shy/Beautylicious par les couples au choix :
Emma/Jenny, Callie/Arizona, Jenny/Marina, Emily/Maya, Katherine/ Debby, Maca/Esther, Céline/Virginie…
bref pas besoin de démontrer davantage que la formule a déjà bien fait ses preuves.

Alors, oui, ce genre de péripéties est agréable à voir. En effet, on n’est mis dans le rôle de la fille qui se sait plus trop où elle en est, et comme par magie, une superbe créature vient nous faire la cour, nous épaule, et nous fait reprendre confiance en nous. C’est vendeur, non ? Comme dans les Disneys, le Prince vient nous secourir et nous sauver de notre monotonie. La lesbienne a clairement le rôle de sauveur.

Et bien moi, je trouve que c’est une image fantasmée de la réalité et que donc, excusez moi de casser le mythe, c’est rien que de la foutaise ! (de toute façon, j’ai jamais cru au prince ni à la princesse charmante ;). Nous ne sommes pas des pigeons tout de même ).

Évidemment, ça ne peut que plaire aux lesbiennes, et de plus, même les hétéros peuvent s’identifier sans problème car le personnage de Shy était hétéro jusqu’à cette rencontre. Bien vu les scénaristes !
C’est pourquoi, je trouve les trames lesbiennes assez « faciles » et idéales en général.
Une histoire que j’apprécierais de voir, ça serait l’histoire d’une fille qui se rendrait compte qu’elle est lesbienne, soit de façon naturelle, soit par l’intermédiaire d’une histoire d’amour qui se passe mal avec une autre fille (je reprends l’idée à Silverring dans son roman « Fais attention à toi », dont des extraits sont disponibles sur son site, et j’en profite pour lui faire de la pub :D ) et qui décide de se prendre en main, seule.
A-t-on déjà vu une personnage lesbien qui craque pour une demoiselle, et qui met en place un gros stratagème pour la faire tomber dans ses bras ? Un plan foireux, bancal, où elle est obligée de se mettre à nue pour avoir ce qu'elle veut. Un peu comme l’épisode de The L Word, où Dana cherche à attirer l’attention de Lara, mais évidemment, dans ce cas, en deux coups de cuillère à pot, c’est plié.
A travers ces péripéties, notre personnage commencerait à s’épanouir et à prendre confiance en elle, ce qui jouerait sur l’image qu’elle renverrait aux autres.

J’ai aussi beaucoup de mal avec les histoires où on suit un personnage lesbien, et hop, on introduit une autre lesbienne et BIM, qui dit deux lesbiennes, dit forcément coup de foudre réciproque (c'est mathématiques)…à croire que les lesbiennes ne sont pas regardantes, qu’il suffit d’être du bon coté de la barrière et « emballer, c’est pesé, j’achète ! ». Enfin en même temps, vu ce que j’ai pu voir dans le milieu gay, c’est pas si faux que ça :roll: .

Dernièrement, je me demande si je dois me mettre à regarder The Good Wife, où le personnage mystérieux de Kalinda est plutôt réussi. Kalinda et Lana ont l’air de bien se chercher en tout cas.
ça m’a l’air assez particulier comme histoire, moins convenu et donc assez fun.
Il est poli d'être gai.
La vie c'est comme une boîte de chocolats, ceux au kirsch sont pas très bons.

Avatar du membre
pixL
Messages : 46
Enregistré le : ven. 4 juin 2010 12:09

Re: Quelles histoires pour les lesbiennes dans les séries TV

Message par pixL »

Je crois qu'à l'origine, il y a un problème du côté du scénariste qui doit écrire des histoires à longueur de journées pour des tas de personnages différents ce qui lui laisse finalement peu de chances pour aller au fond des choses.
Par manque de temps et / ou d'imagination, le scénariste se "contente" d'une trame superficielle pour les intrigues gays et ne retient pas grand chose d'autre que les slogans lus sur les pancartes de toutes les gay pride organisées à travers le monde : "on veut pouvoir se marier", "on veut pouvoir être parents". Le scénario reste du coup très pauvre en tournant uniquement autour de ces deux thèmes et (sauf exception) on a droit à un copier/coller navrant entre les séries.
ca prouve que finalement il reste encore un long chemin à parcourir avant que les personnages gays puissent apparaître dans une histoire pour autre chose que leur sexualité.

Répondre