Identités queer

Venez échanger sur des sujets LGBTQI non lesbiens, mais aussi sur toutes les diversités et minorités.
Avatar du membre
CuninaSpesStimula
Modérateur
Messages : 2203
Enregistré le : mer. 21 oct. 2015 10:39

Identités queer

Message par CuninaSpesStimula »

Nous avons décidé d'ouvrir ce topic afin de pouvoir y parler librement d'homosexualité, de transidentité, de fluidité, de tout ce qui touche à cette grande communauté dont nous faisons pour la très grande majorité ici partie.
Le forum est un lieu d'échanges où nous souhaitons que chacun-e se sente libre de parler de ces sujets, même s'ils ne sont pas lesbiens à proprement parler. Ainsi ici sera le lieu adéquat.

Nous commencerons par un topic intéressant même si non lesbien proposé par schpountzette, que nous déplaçons donc ici.
Elle y parle d'une pièce de théâtre intitulée "Pourvu qu'il soit heureux !".
schpountzette a écrit :Je sais, c'est une pièce qui parle d'homosexualité masculine, en particulier, Mais, à mon sens, c'est sans nul doute LA pièce la plus marquante sur le thème de l'orientation affective et sexuelle dite hors norme , en général. Donc c'est au fond une oeuvre qui parle à tout LGBT ( et +) :)
Ici, Laurent Ruquier aborde le thème de l'acceptation de sa différence , au sein de la cellule familiale , au travers du portrait d'un jeune homme , dont l'homosexualité est révélée malgré lui à des parents qui vont de manière très différente appréhender cette nouvelle.
L'intérêt notable de leurs réactions demeure sur l'évolution du point de vue du père et de la mère. En effet, si de prime abord la réaction paternelle est plutôt une réaction de rejet par rapport à la compréhension maternelle, dans une second temps, la situation va s'inversant.
Un élément clé puisqu'en réalité on constate souvent ce type de changement allant de l'acceptation au rejet, du style l'homosexualité c'est bien, mais chez les autres. Et puis 'comment est-ce possible ? A qui la faute ? '
Servie par trois comédiens brillants, le prometteur Louis Le Barazer , et les incontournables Francis Huster et Fanny Cottençon , cette pièce est une oeuvre qui marquera la visibilité positive de l'homosexualité .
https://youtu.be/8YxGnwBec0U

Une citation qui fait mouche :
- Il n'est peut-être que bi, après tout. ..
- Bisexuel ? Parfait, on pourra continuer à le fréquenter une fois sur deux.

Sentez vous libres d'échanger sur les pièces de théâtre, l'actualité, vos questionnements, tout ce qui vous touche et qui a trait à la communauté LGBTQUIA...
On risque de pleurer un peu si l’on s’est laissé apprivoiser. Antoine de Saint Exupéry.

schpountzette

Re: Identités queer

Message par schpountzette »

J'aime pas l'idée de 'communauté ' car ça mène vite à communautarisme , qui inclut implicitement auto exclusion , laquelle menace de se transformer en discriminations envers ce qui est différent. L'ironie tragique de cette nécessité impérieuse de former des 'communautés ' découle malheureusement d'un sentiment d'exclusion et de discriminations manifestes venues d'une masse souvent intolérante, lequel oblige à se replier sur soi, entre personnes similaires, se sentant au mieux incompris , au pire , en danger, et donc obligé de s'unir face ' aux autres'.
J'aime pas, certes, mais force est de constater que c'est tout de même avec des personnes issue de ladite communauté LGBT(et +) que je suis la plus encline à me confier au sujet de mes peurs et aspirations les plus intimes.
Pourquoi ?
Parce que je pense y être à l'abri des colibets , comme le chantait Aznavour .
C'est vrai qu'on a beaucoup évolué en France sur le sujet et que toute violence, discrimination envers Nous est tout simplement hors la loi et donc passible de poursuites judiciaires.
Ce qui n'a pas toujours été le cas d'ailleurs, puisque , sans explicitement favoriser la chasse aux sorcières contre homo, bi, trans , il était naguère de bon ton de nous montrer du doigt avec raillerie , et parfois même férocité, comme objets de curiosités clownesques et/ou de lubricité, sans oublier une diabolisation abjecte.
Aussi, même si je ne cache mes goûts pour le cinéma d'Audiard et autres oeuvres de la même époque, je dois me résoudre à une autocritique acerbe et sarcastique :
" Ma pauvre fille, tu regardes, écoutes, te repais même , de films, séries, chansons tant misogynes qu'homophobes!''
Et c'est bien le cas d'une certaine tradition qui mène à des films tels Circonstances Atténuantes et même le justement Schpountz où l'homosexuel, cliché ambulant, fait figure de monstre lâche, grotesque, et manipulateur, lequel ne trouve sa rédemption que dans le retour à l'ordre dit de la Nature, soit 'remise sur le droit chemin de l'hétérosexualité avec , de surcroît ce précieux et impérieux renouvellement de l'espèce humaine , planche de salut absolue!'
C'est bien le sujet sous-jacent du film précité Circonstances atténuantes lequel n'oublie pas de classer l'homo de service parmi la lie de la société ! Au final , il se rachète, en effet, et comment ?
Mais en se faisant hétéro et papa ! !!! :cry:
Image
La diabolisation du gay c'est bien le cas aussi dans le pourtant adulé Les tontons flingueurs , où on peut entendre " chez moi quand les hommes parlent, les gonzesses se taisent ", au sujet du petit ami ( décrit comme le lâche qui manigance, par excellence )du tueur sans foi ni loi , incarné par Horst Frank ( un déplorable ancien légionnaire, sadique, humilié de la défaite nazie et revanchard )
Image

Grotesque, c'est aussi le portrait du gay selon Fernandel dans on dit qu'il en est :cry:

Mais au temps où l'homosexualité était jugée telle une maladie mentale, si l'homme homo était souvent raillé donc , la lesbienne, elle, était surtout décrite comme la vampire dépravée qui pervertit et mérite la mort ( cf Pandora's Box qui voit la "fille perdue " mourir des mains du terrible Jack l'éventreur )
Image

Mais , et fort heureusement, les mentalités évoluent si bien que ce type de visibilité tordue tend à se faire rare , puisque vite dénoncée.
Néanmoins, l'actualité est toujours parfois témoin de discriminations et violences homophobes, les vieilles images réflexes humiliantes et assassines restant imprimées chez certains, comme ce cher Monsieur Campion, ex-roi des Forains qui incrimine les gays comme des monstres infâmes juste capables d'invasion insidieuse à des postes-clés , comme La Mairie de Paris, afin de faire 'souffrir les honnêtes citoyens', sûrement par esprit de vengeance, et esprit pervers .
Donc, même si l'idée de communauté ne m'inspire guère, je dois lui rendre justice car grâce à elle , mes droits inaliénables sont respectés. :)

Avatar du membre
Georges
Messages : 1865
Enregistré le : ven. 15 juin 2012 18:33

Re: Identités queer

Message par Georges »

schpountzette a écrit :J'aime pas l'idée de 'communauté ' car ça mène vite à communautarisme , qui inclut implicitement auto exclusion , laquelle menace de se transformer en discriminations envers ce qui est différent. L'ironie tragique de cette nécessité impérieuse de former des 'communautés ' découle malheureusement d'un sentiment d'exclusion et de discriminations manifestes venues d'une masse souvent intolérante, lequel oblige à se replier sur soi, entre personnes similaires, se sentant au mieux incompris , au pire , en danger, et donc obligé de s'unir face ' aux autres'.
J'aime pas, certes, mais force est de constater que c'est tout de même avec des personnes issue de ladite communauté LGBT(et +) que je suis la plus encline à me confier au sujet de mes peurs et aspirations les plus intimes.
Je te rejoins sur ces deux côtés que le terme "communauté" évoque. Nous en avons échangé avec les modératrices et c'est pour cela que nous est venue l'idée d'ouvrir une place publique où toutes les questions concernant les diversités pourront être discutées. Sans fréquenter de lieux lesbiens, sans avoir forcément que des amies lesbiennes...je me sens faire partie de la communauté lesbienne dans ce qu'elle me rassure, a besoin d'être défendue contre les agressions, les incompréhensions, les expériences qui nous lient...et je me dis que pour beaucoup de minorités ce sentiment d'appartenir à un ensemble, ne pas être seul-e est essentiel, vital.
J'ai très mal vécu cette photo que j'ai vue de banderoles de femmes lesbiennes refusant que des femmes trans lesbiennes puissent défiler avec elles lors de la dernière pride de Londres. Je suis toujours choquée par l'exclusion, violente, que font subir certain-e-s après l'avoir également connue. J'ai réalisé il y a peu que j'avais intériorisé beaucoup de préjugés envers différentes populations, minorités et que me sentant faire partie d'une d'entre elles je me pensais à l'abri de ces mauvaises pensées. Je rejette cela en moi, je veux pouvoir me sentir concernée par l'exclusion de quiconque, ne pas faire partie de ceux/celles qui pointent du doigt et font bouhhh. Je refuse d'accepter qu'une personne soit jugée par sa différence, j'ai envie que cette différence m'enrichisse en allant vers elle, en entendant ce qu'elle amène comme souffrance, comme expérience et comme revendications.

Cette place publique est née de tout cela pour ce qui me concerne.
"L'intelligence, on croît toujours qu'on en a assez vu que c'est avec cela qu'on juge" Coluche
"I'd rather cross the line than draw it."
"On peut passer toute sa vie sous la pluie, si on suit le nuage"

Avatar du membre
Mira2012
Messages : 2066
Enregistré le : dim. 4 nov. 2012 19:42
Localisation : Paris

Re: Identités queer

Message par Mira2012 »

Bonne idée de topic, merci.

Qu'une communauté minoritaire en rejette une autre (gays vis a vis des trans/bis/non binaires etc, femmes blanches aux US qui " oublient" leurs collègues blacks ou encore latinos.... ) est le comble de l'absurde et de l'idiotie, car il y a des points sur lesquels on peut se battre ensemble. Ce serait franchement plus efficace. Je n'ai pas vu les images de Londres que tu cites, Georges, mais cela m' aurait franchement énervée aussi. Absolument ridicule et contre-productif.

Quant aux railleries, elles existent encore dans notre "beau" pays (meme si bien sur cela s'est beaucoup amélioré). Je ne sais pas ce qu' il y a de pire en ce moment: être vegan? ou lesbienne réclamant la PMA? (et quand on est les deux, c'est dur dur ... :mrgreen: )

schpountzette

Re: Identités queer

Message par schpountzette »

Ta dernière réflexion Mira me rappelle que faire partie de plusieurs minorités en même temps peut justement mener à observer combien parfois on se tire dans les pattes entre nous . :|

Sinon, autre chose, un documentaire passé ya peu sur France 2 sur les personnes dites intersexes, qui , selon la définition des Nations Unies, sont des personnes dont les caractéristiques sexuelles ne correspondent pas aux caractéristiques typiquement 'mâles' ou 'femelles'
Ni d'Eve ni d'Adam/une histoire intersexe. Infrarouge

Dennenappel
Messages : 86
Enregistré le : sam. 5 mars 2016 14:18

Re: Identités queer

Message par Dennenappel »

schpountzette a écrit : Mais au temps où l'homosexualité était jugée telle une maladie mentale, si l'homme homo était souvent raillé donc , la lesbienne, elle, était surtout décrite comme la vampire dépravée qui pervertit et mérite la mort ( cf Pandora's Box qui voit la "fille perdue " mourir des mains du terrible Jack l'éventreur )
Image
Mais... y a pas de représentation négative de la femme lesbienne dans Pandora's Box, si ? (Enfin on parle bien du personnage de la comtesse Geschwitz là ? Parce que c'est Loulou qui meurt tuée par Jack l’Éventreur, pas Geschwitz qui est d'ailleurs un personnage plutôt positif je trouve).

Bon d'accord, Alice Roberts (l'actrice qui joue la comtesse Geschwitz) était gênée de devoir jouer une lesbienne, on le voit bien avec sa tête jusque par terre pendant la scène de danse, mais bon de toute façon il paraît qu'elle avait un melon de la taille de l'Australie alors qu'elle n'a finalement joué aucun rôle qui est passé à la postérité... Ah ben si, tiens, celui de la comtesse Geschwitz, justement. Oups. :mrgreen:
"Mate es tallen speele ghoet."
"La mesure, en toute chose, fait bonne figure."

schpountzette

Re: Identités queer

Message par schpountzette »

Je dirais que tout ce film allemand de 1929 Pandora's Box , dans le titre-même, est négatif , puisque , dans l'esprit collectif , Pandore de la mythologie grecque, ouvrant une certaine boîte , malgré les interdictions, à l'instar d'Eve trop curieuse , a répandu sur Terre tous les maux dont elle est victime depuis, entraînant ainsi l'humanité tout entière dans sa déchéance .
La déchéance, le délire lascif, sont au fond ici sur le banc des accusés, et , bien sûr , qui est cité à la barre comme coupable, et qui sait ? Peut-être victime de ' l'affaiblissement de la volonté de suivre le droit chemin de la Nature du fait d'une perversion maléfique ' ? Le lesbianisme !
Lesbianisme qui jette son dévolu sur, en effet Loulou , une femme aux cheveux courts et moeurs dissolues, une maîtresse machiavélique et jalouse, d'une petite condition sociale mais qui aspire à La Grandeur.
Mais l'honneur est sauf puisque c'est entre les griffes de Jack l'Eventreur qu'elle finira ses jours, un assassin qui pour certains était presque tel Le bourreau mal aimé mais purificateur nécessaire !
Eh oui, ya des admirateurs de ce monstre qui 'finalement punissait la putain , laquelle aguichait tant le noble que l'honnête ouvrier, tous deux victimes de maladies vénériennes débilitantes voire mortelles, et d'un dépouillage en règle menant à la destruction de la cellule familiale et de la bonne marche d'une société civilisée. '
Et qui pour incarner ici La Lesbienne ? Une aristocrate, certes 'héroïque ' puisqu'elle ira , malgré sa répulsion du sexe mâle, jusqu'au sacrifice ultime pour elle, celui de coucher avec un homme , pour aider son amie, Loulou .
Et où retrouve-t-on cette aristocrate dévoyée ? Sur un yacht-tripot, de surcroît français!!! Ben tiens ! Une allemande issue d'une noblesse pervertie qui se perd dans les bras lubriques d'une France pas toujours très aimée, car elle s'affirme toujours dans certains esprits allemands comme L'Ange Destructeur qui tient en main l'arme abjecte de la soumission absolue : le Diktat de Versailles !!!

Aussi, qu'est ce que ce film, au fond ? Un procès à peine dissimulé d'une République dite de Weimar, certes défaillante , qui mènera à l'avènement des extrêmes avec victoire par le peuple du Nazisme en 1933.
Donc, du moins , pour moi, faire coïncider lesbianisme et vices responsables des pires maux de l'Humanité n'est pas une représentation positive.
En outre, et ce n'est pas nouveau, bien au delà du lesbianisme, il s'agit, à mon regard, du procès immémorial de la Femme refusant la suprématie patriarcale.

Dennenappel
Messages : 86
Enregistré le : sam. 5 mars 2016 14:18

Re: Identités queer

Message par Dennenappel »

Dans ce cas mettons-nous d'accord sur le fait qu'on n'est pas d'accord ;)
"Mate es tallen speele ghoet."
"La mesure, en toute chose, fait bonne figure."

schpountzette

Re: Identités queer

Message par schpountzette »

Dennenappel a écrit :Dans ce cas mettons-nous d'accord sur le fait qu'on n'est pas d'accord ;)
Ne pas être toujours d'accord est le fondement-même d'une discussion productive ;)

A part ça, autre fait qui me revient en mémoire ces temps-ci en écoutant la chanson English Man In New -York de Sting : ado, notre prof d'Anglais, laquelle me prenait pour une anglaise expatriée, d'ailleurs :lol: , nous a expliqué que cette chanson avait été inspirée par un natif de cette partie de la Vieille Europe, perdu dans la plus symbolique des mégalopoles du Nouveau Monde.
Mouais, elle s'était bien gardée, par ignorance peut-être ? , de nous expliquer qu'il s'agissait surtout de mettre en lumière l'icône gay Quentin Crisp, lequel apparaît en l'occurrence dans le clip :)
Image
https://youtu.be/d27gTrPPAyk

I am an alien, a legal alien ( je suis un étranger, un étranger en situation régulière ) une citation qui prend un sens nouveau quand on connaît l'histoire. ..
a gentleman Will walk but Never run ( un gentilhomme marchera mais jamais ne court ) tout comme celle ci.

Avatar du membre
Atta
Modérateur
Messages : 3010
Enregistré le : mer. 23 févr. 2011 13:52
Localisation : Upside down

Re: Identités queer

Message par Atta »

Salut à tou-t-e-s!
J'ai un intérêt grandissant ces derniers temps : les notions de "queer" et de "non-binarité"

Plusieurs questions : est ce qu'il y en a sur le forum qui se définissent ainsi (et voudrait partager un peu de leur expérience / connaissance)

Quelqu'un aurait des documents sympa à lire /voir/ autre sur ces sujets?

Bref voilà, je m'interroge :)
“My silences had not protected me. Your silence will not protect you.” Audre Lorde
"Disrespect invites disrespect. Violence incites violence. When the powerful use their position to bully others, we all lose." Meryl Streep

Répondre