Anni & Jasmin : La tentation (Épisodes 5693, 5694, 5696)

Article lié à la série Gute Zeiten Schlechte Zeiten

Dans les toilettes, Mesut ne peut s’empêcher de demander à Anni si elle a déjà été avec un homme.

ANNI : Ça ne te regarde pas.
MESUT : Si tu ne l’as pas fait, c’est ta chance baby. Il y a des différences entre les hommes et avec moi tu ne pourras pas te tromper.
ANNI : Eh, arrête ! Je ne veux plus rien entendre.

Soudain Anni et Mesut voient les deux jeunes femmes de tout à l’heure s’embrasser.

MESUT : Ah comme Nele et moi, d’abord la dispute et après…

Anni lui donne un numéro qu’une personne a laissé pour lui.
Mais quand Mesut voit le numéro, il ne peut s’empêcher de sourire.

Au magasin de Mesut, celui-ci remercie Anni pour la bonne soirée qu’il a passé avec elle.
Anni regarde ses sept cœurs.

ANNI : Désolée les filles mais je suis déjà avec quelqu’un. Une de plus ou une de moins…
MESUT : Eh tête haute. Jasmin va se calmer, j’en suis sûr.
ANNI : Toi, appelle plutôt ta chérie. Tu as encore le papier ?
MESUT : J’ai tout dans la tête

Mesut appelle Nele.

NELE : C’est gentil d’appeler.
MESUT : Désolé, c’était une dispute stupide.

Anni ne peut s’empêcher de sourire en les écoutant.

 

Épisode 5696 : Le piège

La jeune femme blonde de la soirée au Mauerwerk rentre au Vereinsheim et va voir directement Anni qui sert au bar.
LA JEUNE FEMME BLONDE : Eh, pourquoi tu ne m’as pas appelée ? Ou bien ton ami « gorilla » ne t’a pas donné mon numéro ?
ANNI : Si, il l’a fait, mais j’ai une petite amie.
LA JEUNE FEMME BLONDE : OK. L’image ici (Elle regarde le flyers sur l’open mic) est bizarre et assez rebutante.
ANNI : Excusez-moi, mais je ne suis pas photographe professionnelle.
FRANCA : Mais je le suis ! Franca Mo !
ANNI : Ah, Franca Mo… ça ne me dit rien.
FRANCA : Si tu veux, je vais faire quelque chose de mieux avec toi.
ANNI : Je ne sais pas, Franca Mo.
FRANCA : Tu ne sais pas ? Allo ? Une photographe professionnelle te propose une séance photo gratuitement ici !
ANNI : Oui, mais je pense que la photographe professionnelle veut aussi autre chose de moi, non ?
FRANCA : Eh sois cool, as-tu déjà entendu parler de la solidarité entre lesbiennes ?
ANNI : Vaguement.
FRANCA : Très bien, alors nous ferons un shooting totalement monogame en ayant conscience que tu as une petite amie.
ANNI : Mais il faudra le faire bientôt.
FRANCA : Quoi exactement ?
ANNI : Le shooting.
FRANCA : Bon, j’ai une pause cet après-midi. Je vais te chercher.
ANNI : Deal. (Franca Mo s’en va) Franca Mo !

Pendant ce temps, Ayla raconte au WG ses soucis avec Tayfun. Celui-ci semble faire machine arrière. Pour Jasmin, il a peut-être besoin d’un certain temps pour s’habituer à la situation. Elle comprend aussi qu’Ayla espérait que Tayfun avec l’enfant finirait par tomber amoureux d’elle. Et que c’est peut-être ça qui le fait fuir.

Anni rentre au WG pour prendre sa guitare. Elle tombe sur un tissu posé à côté de la machine à coudre. Jasmin sort à ce moment-là de la salle de bain, vêtue d’une simple serviette.

JASMIN : Je vais ajouter quelques motifs dessus.
ANNI : C’est plutôt cool !
JASMIN : Peut-être que ce sera plus à gauche. Faire de la conception, c’est amusant. Je pense que faire des robes pour le mariage de Nele a vraiment ravivé ma créativité. Et oui, c’est vrai que je n’ai pas fait grand-chose ces derniers temps.
ANNI : Donc «  back to business »!
JASMIN : Oui, je vais même faire un voyage d’affaires.
ANNI : Ooh !
JASMIN : Non, vraiment… à la semaine de la mode à Hambourg, pour un designer indépendant.
ANNI : Ça sonne bien !
JASMIN : Oui. Et demain, nous serons sur le marché aux puces. Elena et moi avons un stand ici dans le quartier. Si t’as envie…
ANNI : Hum.
JASMIN : Arrête de regarder, pause dans la relation.
ANNI : OK !

Mais avant qu’Anni ne sorte, Mesut arrive à son tour au WG.

MESUT (son portable à l’oreille) : Oui, je vais t’appeler si elle est intéressée. Merci. Au revoir.
(À Anni) OK, un de mes amis déménage et l’appartement est libre. Tu peux aller le visiter aujourd’hui. Le loyer est vraiment pas cher.

Anni fait signe à Mesut de se taire mais peine perdue.

JASMIN : Quoi ? Tu veux partir ?
ANNI : Hum…

Anni tente de se justifier face à Jasmin.

ANNI : J’ai juste demandé comme ça.
JASMIN : Sans raison, hein ? Est-ce que tu le fais tout le temps et je ne l’ai juste pas remarqué ?
MESUT : Les gars, je ne pouvais vraiment pas savoir, OK ?
ANNI (D’un ton très sec) : Hum merci beaucoup…
JASMIN (criant vers Mesut) : Pourrais-tu aussi me trouver un appartement ?
ANNI : Et j’ai pensé qu’un peu de distance nous ferait peut-être du bien. Ce n’est pas une pause, si on tourne toujours l’une autour de l’autre.
JASMIN : Comment ça peut continuer si on ne se voit plus du tout ? On n’a qu’à se séparer.
ANNI : Non ! On se rencontre, on a toujours hâte de se voir l’une l’autre. C’est comme ça que je vois une relation.
JASMIN : Et est-ce aussi ton idée d’une relation que ta petite amie soit la dernière à savoir que tu veux déménager ? Est-ce que je suis encore ta petite amie en plus ?
ANNI : C’est exactement pourquoi je ne t’ai rien dit, car je savais que tu ferais un gros drame de tout ça.
JASMIN : Réglons ça maintenant.
ANNI : Nous disputer ne nous amènera à rien non plus.
JASMIN : Oh, oui c’est vrai, déménager est la solution !!
ANNI : J’ai un shooting pour mon flyer maintenant.

Anni part en claquant la porte.
Anni prend la pause pour Franca qui fait la séance photo en extérieur.

Elena revient au WG avec une caisse d’objets donnés par la maman de Tuner pour vendre sur le marché aux puces. Elle s’étonne que Jasmin puisse aussi bien coudre.

JASMIN : Je suis designer.
ELENA : Alors, pourquoi tu es serveuse ?
JASMIN : Bonne question, comme dirait Anni parce que je suis sans but.
ELENA : Vous vous êtes encore disputées ?
JASMIN : Je suis une tussi (bimbo) qui s’emporte tout de suite.
ELENA : Tussi !!!

Le mot Tussi donne une idée à Jasmin qui marque sur son tissu : Tussi.

ELENA : Est-ce que vous vous aimez encore ?
JASMIN : Anni est la personne la plus formidable que je connaisse.
ELENA : Mais ?
JASMIN : Je suis collante selon Anni. Mais juste au moment où on se rapprochait, j’ai appris par hasard qu’elle voulait déménager.
ELENA : Mais quand on a trouvé l’amour de sa vie, on ne doit pas aussi facilement abandonner. Tu dois te battre. Attaque !

Sur le tissu Jasmin rajoute le mot « attaque ».

Au Mauerwerk, Franca montre à Anni, sur sa tablette, les photos prises plus tôt.

ANNI : Oh j’en aimerais une avec plus d’action et avec la guitare.

Franca est sous le charme du look d’Anni sur les photos. Elle commence à flirter avec son modèle et finit par poser sa main sur la cuisse de celle-ci. Anni lui sourit et penche un peu son visage vers Franca. Elles sont interrompues par John. Anni veut payer et Franca veut qu’elles partagent l’addition.

ANNI : Non, non, je paye à cause des photos et tout ça.
JOHN : Réglez ça entre vous, je reviens.
FRANCA : Tu veux aller quelque part ?

 

Retour à la fiche de présentation Gute Zeiten Schlechte Zeiten

A propos de Nathalie Danel

Avatar
Chroniqueuse et Traductrice Allemand

Répondre