Episode 148 – Le Dîner

Episode de la série Hand Aufs Herz  (Saison 1)

Jenny présente Emma à ses parents sur le quai de la gare.

EMMA : Heureuse de vous rencontrer.
CHRISTINE HARTMANN : Oui nous aussi. Rolf ?
ROLF HARTMANN : Oui bien sûr, euh… Hartmann. (Il serre la main d’Emma.)
EMMA : Je suis désolée.
JENNY : Pourquoi ? C’est la plus belle chose que tu aurais pu me dire.
CHRISTINE HARTMANN : Mais pourquoi ne nous as-tu jamais parlé d’elle ?
ROLF HARTMANN : Chérie, elle nous l’aurait raconté quand elle l’aurait trouvé nécessaire. Pour le moment, laissons-nous arriver tranquillement.
JENNY : Oui. Et si Emma nous rejoignait pour le dîner ?
EMMA : Non, non. Ce n’est pas nécessaire !
ROLF HARTMANN : C’est une bonne idée ! Comme ça, nous pourrons apprendre à mieux nous connaître.
JENNY : Oui, les taxis sont là derrière. On s’occupe des valises, ok ?
ROLF HARTMANN : Ok. (Les parents s’éloignent.)
JENNY : Ne t’en fais pas, ils ne mordent pas.
EMMA : C’est ce que tu dis…
JENNY : Tu les aimeras.
EMMA : La question est de savoir si eux m’aimeront.
JENNY : Eh le principal, c’est que je t’apprécie. Et tu sais quoi ? Je t’apprécie.

Bea recherche, pour le dîner qu’elle prépare à Michael, une machine à pâtes, que bien sûr elle ne trouve pas. Elle raconte alors à Myriam qu’Helena l’a nommée professeur « de confiance » et qu’elle a déjà un élève dont elle doit s’occuper, en l’occurrence Ben. Myriam se demande si elle ne peut pas refuser. Mais Bea a peur que dans ce cas-là Helena ne se doute de quelque chose. Elle rassure Myriam sur le fait qu’elle n’éprouve plus rien vis-à-vis de Ben. Myriam conseille néanmoins à la jeune femme d’en parler à Michael.

Helena convoque Michael dans son bureau pour lui annoncer que, puisqu’il est désormais directeur adjoint, il ne peut plus être professeur de confiance. D’ailleurs, selon elle, il n’était arrivé àrien avec Ben. Elle lui révèle alors que c’est Bea qui le remplacera dans ce rôle auprès du jeune homme. Selon la directrice, la jeune femme lui aurait assuré avoir une relation de confiance avec Ben. Michael est un peu ébranlé par cette nouvelle.

Ben, Timo, Sophie et Luzi sont au Chulos. Ben explique avoir besoin d’argent pour un appartement mais, comme son père lui a bloqué son compte, il ne sait pas comment faire. Pendant ce temps Sébastien conseille à Sophie d’éviter l’alcool. Un jeune homme au bar se présente à Sophie. Il s’appelle Ronnie. Il l’invite à boire un verre de whisky avec lui, malgré l’interdiction de Sébastien. Luzi est atterrée de voir Sophie boire à nouveau de l’alcool.

Emma, Jenny et les parents de celle-ci sont au Saal 1 pour dîner.

ROLF HARTMANN : Alors vous ne vous connaissez donc pas depuis très longtemps ?
EMMA : On se connaît par l’école. On a été longtemps copines. Mais maintenant nous sommes amies… enfin amies dans le sens…
JENNY : Ils comprennent ce que tu veux dire.
EMMA : Oui eh bien… Je ne parle pas de ces choses-là avec mes parents.
CHRISTINE HARTMANN : Venez-vous d’une famille à problèmes ?
ROLF HARTMANN : Christine ! Elle ne veut pas parler de ça.
EMMA : Si. Je veux en parler. Je dois assumer mes sentiments. Je veux que le monde entier sache que Jenny et moi…
MIRIAM : Désolée, je ne voulais pas vous déranger.
EMMA : Euh, je… euh, je ne me suis toujours pas décidée.
MIRIAM : Pas de problème.

Ben et Timo décident d’intervenir et vont voir Ronnie. Ils lui conseillent de ne pas faire boire Sophie. Celle-ci promet à Timo que ce n’est qu’un verre et qu’il ne la rendra pas saoule.

Michael arrive chez Bea qui a préparé le dîner. Il lui dit qu’il a appris qu’elle sera la nouvelle professeur de confiance de Ben et qu’Helena a insinué qu’elle a insisté pour le faire. Bea dément avoir insisté, mais elle avoue n’avoir pas refusé ce job car elle ne voulait pas qu’Helena soupçonne quelque chose. Michael la croit et Bea explique qu’elle voulait lui raconter cela plus tard, car les pâtes froides ce n’est pas si bon.

Timo ne peut supporter de voir Sophie comme cela et décide de partir. Au bar, Ronnie remarque les clés de voiture de Ben. Ils commencent à parler tous ceux des performances de celle-ci.

Le dîner d’Emma avec les Hartmann se poursuit.

EMMA : (À voix basse, cachée derrière le menu.) Je pense qu’ils croient que je suis complètement dingue.
JENNY : N’importe quoi ! Ils t’aiment bien.
EMMA : Je dis n’importe quoi.
JENNY : Tu t’en sortiras à un moment ou à un autre.
CHRISTINE HARTMANN : Avez-vous décidé ce que vous voulez pour dessert ?
EMMA : Tiramisu ?
ROLF HARTMANN : Ha, c’est aussi ce que Jenny préfère.
JENNY : Et si c’est pas un signe ça.
ROLF HARTMANN : Vous vouliez nous raconter comment vous vous êtes rencontrées ?
EMMA : Oui, c’est une histoire plutôt drôle. Au début je croyais que Jenny n’était que la fille gâtée de son riche papa. Euh, évidemment je ne parle pas de vous. Vous êtes quelqu’un de très gentil. Je voulais parler de ces gens qui ne pensent qu’à l’argent.
ROLF HARTMANN : Vous savez déjà que je travaille dans la finance ?
EMMA : Oh, euh, vraiment ? Je suis désolée, ça n’était pas dirigé vers vous. Vous n’y êtes pour rien si votre travail… Ça ne se voulait pas si négatif. Euh… et puis de toute façon, c’est une bonne chose que de savoir gérer l’argent.
ROLF HARTMANN : C’est exactement ce que je pense.
EMMA : Et puis la plupart des gens riches sont très gentils. Comme par exemple euh… vous ! Et aussi…
JENNY : Dieter Bohlen. Il vaudrait mieux qu’on oublie cette dernière remarque. Ce qu’Emma essaie de dire, c’est qu’elle me prenait pour une vipère arrogante.
EMMA : Mais seulement parce que tu n’arrivais pas à te souvenir de mon prénom. Tu m’appelais Edda, Elsa, Esther etc. Ça me semblait évident que tu te fichais de moi.
JENNY : Emma, j’ai vraiment une très, très mauvaise mémoire des prénoms.
EMMA : Et moi comme une idiote, je n’ai remarqué que très tard que tu…
ROLF HARTMANN : Nous voulions nous rendre chez les Bergman, voulez-vous nous y accompagner ?
EMMA : Non, merci je…
JENNY : Allez viens, juste pour un digestif.

Ronnie parle de sa voiture, une Supar. Il propose alors une course à Ben. Celui qui gagne peut prendre la voiture du perdant. Un marché que Ben accepte.

Michael pense que si Helena lui a menti, c’est qu’elle connaît l’histoire entre Bea et Ben. Il conseille à cette dernière de faire attention à ce que la directrice n’apprenne pas sa liaison avec Ben, car elle pourrait la renvoyer pour ça.

Ben et Ronnie se préparent pour la course, sous les yeux de Sophie et Luzi. Cette dernière veut que Ben renonce, car c’est trop dangereux. Mais le jeune homme lui explique qu’il va gagner et ainsi pouvoir revendre la voiture de Ronnie, afin de résoudre ses problèmes d’argent. Au moment du départ, Luzi monte dans la voiture de Ben. Celui-ci est en colère car il a peur que cela ne lui coûte la victoire. Pourtant il est trop tard et Ben est obligé de démarrer.

Jenny et Emma sont sur le lit et discutent de la soirée.

EMMA : Aah aah ! C’était quoi ce numéro ?
JENNY : Tu as vu leurs têtes ? C’était digne du cinéma !
EMMA : Mais que peuvent-ils bien penser de nous maintenant ?
JENNY : Ça m’est tout à fait égal.
EMMA : Et M. Bergman ?
JENNY : As-tu remarqué à quel point mes parents deviennent coincés lorsqu’ils sont en présence d’une relation d’affaires ?
EMMA : Et que se passe-t-il s’ils me détestent à cause de ça ?
JENNY : Mes parents te trouvent formidable.
EMMA : Vraiment? J’étais super nerveuse et j’ai dit toutes ces choses stupides.
JENNY : Emma, tu m’as fait une si merveilleuse déclaration d’amour, j’ai failli en pleurer de joie.
(Emma embrasse Jenny brièvement ; puis Jenny l’embrasse plus longuement, en passant la main sous le chemisier d’Emma, mais celle-ci l’arrête.)
EMMA : Mm, Jenny ? (Elle embrasse la main de Jenny.)
JENNY : Juste des câlins ?
(Emma acquiesce et elles se blottissent l’une contre l’autre, le sourire aux lèvres.)

La course se poursuit et Ben se fait doubler par Ronnie. Ce dernier remporte la course et Ben est obligé de lui donner les clés de sa voiture. Ronnie et Sophie prennent la voiture de Ben quand la sirène de la police se fait entendre. Ronnie passe alors les clés de sa voiture à Ben afin qu’il puisse s’enfuir avant l’arrivée de la police. Mais c’est une voiture volée et la police est sur le point d’arriver.

Ben va-t-il prendre le risque de rouler dans une voiture volée ou bien va-t-il attendre la police et se faire arrêter pour course illégale de voitures ?


Hand Aufs Herz - Episode 148Hand Aufs Herz - Episode 148Hand Aufs Herz - Episode 148

Retour à la fiche de présentation Hand Aufs Herz

A propos de Nathalie Danel

Avatar
Chroniqueuse et Traductrice Allemand

Répondre