Work Out : Interview de la sportive Jackie Warner

Jackie Warner

Interview accordée à Sarah Warn le 05 Septembre 2006 pour le site Afterellen.com

Quelle est votre spécialité de formation ?

Le power circuit. Je suis la meilleure au power circuit et boot camp et tout ce qui fatigue. Donc c’est  une bonne activité combinée avec une parfaite forme pour complètement vous fatiguer, tout comme je viens juste d’entraîner Eve aujourd’hui, et elle était en retard, donc nous n’avions qu’une demie heure aujourd’hui et je l’ai crevée en une demie heure, et elle était genre « Je suis si contente d’avoir tenu le coup. ».

Quels sont certains de vos autres clients célèbres ?

Eh bien, il y a beaucoup de clients que je ne peux pas dévoiler. Marc Jacobs, le créateur de mode, et son petit ami sont venus et se sont entraînés il y a à peu près une semaine et demie et ont passé un excellent moment, nous les avons tués. Mais beaucoup de personnes disent « Eh bien, vous n’avez pas une liste de clients haut de gamme. » Non, les célébrités ne seront pas dans une série réalité [rires]. Désolée d’en informer le public, mais ils n’en ont juste pas vraiment besoin ni ne le veulent, et ils peuvent se permettre leur session. Ils n’ont pas besoin d’entraînements gratuits, ils s’en fichent de ça. À Sky Sport les paparazzis ne rentrent pas, et ça c’est un gros gros plus.

Quels sont vos exercices de musculation favoris ?

Eh bien, j’adore faire les jambes et la poitrine. Travailler tous les grands groupes musculaires est mon entraînement préféré. J’adore porter des haltères. L’haltérophilie est encore mon exercice de base en musculation et ma passion ; ça me manque quand je suis absente pendant quelques jours.

Avez-vous déjà  fait de la randonnée autour de L.A. ?

Je ne marche pas, je fais du vélo. Je fais du VTT, donc je prends les chemins de randonnée en VTT, je ne suis pas tellement une randonneuse. Et j’adore l’eau. J’adore nager, surfer, faire de la plongée avec tuba, de la plongée sous marine. J’aime tout dans l’océan.

Quel est votre philosophie en musculation ?

C’est ma devise : « Tout ce qui est fait avec modération est bien », donc je ne suis pas quelqu’un qui va tenter de prendre votre mode de vie et de le faire mien. Et j’aime tout, j’aime les choses que les autres aiment, j’aime boire des verres occasionnellement, mais je le fais seulement lorsque le temps n’est pas aux responsabilités et je ne pousse pas jusqu’à l’excès. Et j’aime manger, et j’ai mes week-ends de triche. Chaque week-end est un week-end de triche où j’ai un repas quotidien que j’aime vraiment, ou de la glace ou des sucreries au cinéma, mais du lundi au vendredi, je suis rigoureuse, très rigoureuse. Donc vous avez juste besoin de vous connaître et savoir que la modération est la clé, pas d’excès, pas de dépravation. Ça ne fonctionne pas.

Je suis d’accord avec vous. [rires]

Ça ne marche juste pas du tout. Je l’ai vu et revu, et quand j’ai affaire à des gens de l’industrie qui doivent boire chaque soir pour leurs affaires ou [sont] très sociabilisés parce qu’ils sont agents ou producteurs, je ne vais pas m’asseoir et leur dire qu’il faut qu’ils arrêtent de boire, c’est idiot. Ça n’arrivera pas, ils partiront. Ce que j’essaie de faire c’est réduire leur consommation d’alcool et en changer le contenu, et puis leur botter les fesses à la salle de gym. Et croyez-moi : leur corps commence naturellement à rejeter ces substances.

Ah oui, elles deviennent toxiques.

Très, oui. Ça commence à devenir une substance toxique pour leur nouveau corps sain et enrichi en nutriments. Et ils arrêtent de faire des choses comme fumer et boire de trop. Et de beaucoup. C’est la clé. Le truc avec l’alcool c’est qu’il y a des points positifs et négatifs. Avec modération ça peut être une merveilleuse façon de se sociabiliser et peut vraiment vous aider à vous débarrasser de certaines de vos inhibitions et vous faire ressentir des choses que vous ne ressentiriez pas normalement, ou du moins, vous faire sentir comme si vous pouviez vous exprimer, mais le mauvais côté c’est que nous connaissons tous les dangers de l’alcool et les avons constatés/vus. Vous les voyez tout le temps dans notre communauté en particulier.

Avez-vous remarqué que vous aviez plus de clients depuis que la série a été diffusée ?

Oh, bien sûr.

Et vous n’êtes pas la seule personne homosexuelle de la série. Vous avez deux entraineurs gays également : Jesse et Doug.

Nous recevons davantage de client(e)s homosexuel(le)s, mais nous avions déjà un bon mélange d’industriels et, d’hommes et de femmes homosexuels. Les gens me connaissent dans cette communauté et ils savent que je suis lesbienne, et ils sont souvent attirés par la salle de gym à cause de ça. Mais maintenant nous recevons une clientèle homosexuelle haut de gamme.

Il y en a plein, ici, à L.A. [rires].

Oui, nous recevons des hommes et femmes bien plus haut de gamme qui sont peut-être encore eux-mêmes dans le placard, mais qui ont vu la série et ont commencé à venir à la gym.

Woah, c’est vraiment intéressant.

Oui, ça l’est.

Quand je vous ai rencontrée en Juillet, Mimi et vous étiez de nouveau ensemble. L’êtes-vous toujours ?

Eh bien, ça va et vient, parce qu’elle est très en colère par rapport à la série. Elle a beaucoup de ressentiment, et personnellement, je ne peux plus me disputer avec elle et discuter de la série.

Qu’est-ce qui s’est passé aussi loin que vous vous soyez remises ensemble ?

Nous nous aimons juste. Nous sommes attirées l’une par l’autre, et maintenant, il ne s’agit pas de  codépendance, c’est réellement que nous avons toutes deux fréquenté d’autres gens, et certains sérieusement. Nous nous sommes séparées deux fois en 4 ans et demi pour de courtes périodes et je dois vous dire, nous sentions toutes les deux que nous en avions terminé. Maintenant vous pouvez analyser ça pendant des jours, vous pouvez parler de codépendance, vous pouvez dire ci ou ça mais qu’importe ce que c’est, c’était très réel pour nous, et ça nous a plongé dans les bras de l’une et l’autre une nouvelle fois. On s’en sort bien en ce moment, mais c’est toujours délicat car il y a beaucoup de ressentiments avec la série. Et je ne vais plus changer maintenant. Je suis genre « tu vas devoir faire avec ça, je suis désolée »

Mimi est plus jeune que vous et semble très immature.

Oui, eh bien, elle l’est.

La morsure me fait penser à une enfant de 5 ans.

Une enfant, bien sûr.

Est-ce qu’elle s’est calmée avec les morsures ?

Oui, absolument. Et le truc c’est que ça a été une expérience grandissante, pour nous deux.

A propos de Lou Morin

Lou Morin
Traductrice Anglais/Français

Répondre