Visibilité lesbienne dans les séries

Les articles qui vous ont plu ou déplu, ce que vous appréciez ou détestez…
Avatar du membre
Bee
Messages : 596
Enregistré le : jeu. 20 nov. 2008 09:49
Localisation : Paris, France
Contact :

Visibilité lesbienne dans les séries

Message par Bee »

Ce topic vient au moment où le seul show entièrement lesbien du monde entier (The L-Word) vient de terminer et au moment également où diverses séries tentent d'introduire des personnages mineures ou plus importants dans leur scénario.
Voici le sujet que j'ai découvert concernant la série australienne "Home and Away", une série à destination des ados à une heure de grande écoute.

La controverse sur l'histoire lesbienne de "Home and Away"

L'émission s'appelle "Today Tonight" et propose des interviews et une mise en perspective de la représentation lesbienne dans les séries, notamment en Australie. Parmi les personnes qui donnent leur point de vue : un pasteur, en tenue très décontractée; une mère de famille, gardienne des valeurs du temple ; l'une des actrices ; un journaliste et un programmateur de la série (?).
La question est celle de la banalisation des relations lesbiennes et la question surtout du modèle... Les arguments ne sont pas très neufs, mais le plus intéressant est de voir le poids de la polémique alors que la fameuse relation lesbienne de "Home and Away" a été tournée mais pas encore diffusée...
C'est du lobbying...
Instructif, je trouve :shock:

EDIT : J'ajoute que malgré les tentatives de "censure" du programme, la diffusion a commencé et qu'on peut donc déjà trouver en ligne les débuts de cette relation... à suivre :D

Avatar du membre
AllegrA
Messages : 311
Enregistré le : sam. 19 avr. 2008 17:04
Localisation : Chicago

Re: La visibilité lesbienne progresse-t-elle dans les séries TV

Message par AllegrA »

La vidéo sur la polémique autour d'un futur épisode qui n'a pas encore été diffusé, m'a complètement hérissé les cheveux (ou les poils je me rappelle plus de l'expression lol).
Le mec qui dit "mes enfants croient tout ce qu'ils voient à la TV, et lorsqu'il y a ce type de représentation cela va contraire à ce que je souhaite leur transmettre" OMG, retourne vivre au 12ème siècle !!! Parfois on croit que des pays comme l'Australie sont des pays évolués ben on se trompe bien.... Les américains comme le montre le reportage n'ont pas les même problèmes même si bon ils ne sont pas parfaits et aussi "gay-friendly" que l'on le souhaiterait (toujours la prop 8 en tête) mais au moins cela ne fait pas une polémique de fou d'avoir à des heures de visionnage "familial" des lesbiennes qui s'embrassent .

Sinon merci beaucoup Bee pour les liens et l'info et j'ai hate de voir la suite :D
Home is where I plug-in my laptop

Avatar du membre
Bee
Messages : 596
Enregistré le : jeu. 20 nov. 2008 09:49
Localisation : Paris, France
Contact :

Re: La visibilité lesbienne progresse-t-elle dans les séries TV

Message par Bee »

Je suis d'accord avec toi Allegra, je ne m'attendais à ce genre de polémique conservatrice en Australie, le pays de Portia de Rossi...

Je crois que ce genre d'émission grand public est de nécessité quand on découvre l'ampleur et la bêtise de la polémique. Pour reprendre l'excellente new d'hier de Dieu, je dirai qu'il faut que cela rentre dans les mœurs : être homophobe, ça pue !!!!!!!! Et cela vous fait paraître crétin...

Je suis l'affaire. J'ai mené l'enquête sur Skins, pour savoir si le public anglais trouvait également scandaleux qu'il existe une série qui banalise à ce point l'usage de la drogue, de l'alcool et de la sexualité (y compris déviante... :shock: ) à destination des jeunes. Je n'ai rien trouvé de très probant : il existe bien sûr des groupes de pression de parents affolés, mais médiatiquement, ils n'ont pas pignon sur rue.
Si vous avez d'autres infos, notamment sur les réactions conservatrices aux séries espagnoles, je serais très intéressée... ;)

Avatar du membre
caty
Messages : 162
Enregistré le : mer. 19 nov. 2008 13:42

Re: La visibilité lesbienne progresse-t-elle dans les séries TV

Message par caty »

Bee :
"J'ai mené l'enquête sur Skins, pour savoir si le public anglais trouvait également scandaleux qu'il existe une série qui banalise à ce point l'usage de la drogue, de l'alcool et de la sexualité (y compris déviante... ) à destination des jeunes."
Oups. ;)
"l'usage de la drogue, de l'alcool et de la sexualité" : lier le troisième point aux deux premiers, cela fausse les bases d'une discussion sur l'effet potentiel des comportements délétères des personages des séries sur les ados qui les regardent.
La drogue (dans la série Skins, ce n'est pas de petits joints qu'il s'agit) et l'abus d'alcool sont délétères, quoi qu'on dise et qu'on fasse soi-même. Le sexe non, au contraire ;) . Sauf le sexe "picoreur" sans préservatif, OK.
(Dans cette série, c'est vrai, on ne voit pas souvent ouvrir les petits sachets....)

Ce que je veux dire est qu'il y a de nombreuses controverses et études sur l'effet de la violence (sexuelle et non sexuelle) et de l'usage de drogues dans les films sur les spectateurs en particulier adolescents. Il me semble important de tout faire pour ne pas inclure dans cette controverse le sexe (hors violence), de tout faire pour ne pas participer aux tentatives des puritains pour l'y inclure...

Quoi qu'il en soit, je pense que la polémique en Australie a été médiatisée parce qu'on lui a donné l'occasion de l'être. On s'y prendrait pareil pour créer la polémique en Angleterre, en Espagne ou aux USA (les "provinces" notamment du sud y sont ultra-conservatrices, et même les grandes villes qui viennent de détruire les avancées sociales pour les homos), on obtiendrait probablement les mêmes réactions d'une fraction de la population de ces différents pays.
Laquelle fraction serait mise en avant par les journaleux et/ou les militants de la même manière que dans ce cas australien, c'est à dire destinée à faire penser que "les australiens" sont conservateurs en matière de représentation publique du sexe.
Ce qui est peut-être vrai en majorité, mais tout comme les populations des tous les pays dits développés.
Mais on ne peut se baser sur des articles et vidéos partiaux qui ont cherché à enfler la polémique et y ont réussi, pour en conclure que c'est pire en Australie qu'ailleurs.
.
Image

Avatar du membre
Bee
Messages : 596
Enregistré le : jeu. 20 nov. 2008 09:49
Localisation : Paris, France
Contact :

Re: La visibilité lesbienne progresse-t-elle dans les séries TV

Message par Bee »

Bonjour Cathy : ça fait plaisir de te lire :D

D'abord merci beaucoup de clarifier le débat et de démêler des choses effectivement distinctes : dans cette "affaire", il y a d'une part la médiatisation (qui au passage a permis, c'est vrai, de faire un vrai coup de pub à la série) et d'autre part l'action de lobbying militant.
caty a écrit : Oups. ;)
"l'usage de la drogue, de l'alcool et de la sexualité" : lier le troisième point aux deux premiers, cela fausse les bases d'une discussion sur l'effet potentiel des comportements délétères des personages des séries sur les ados qui les regardent.
La drogue (dans la série Skins, ce n'est pas de petits joints qu'il s'agit) et l'abus d'alcool sont délétères, quoi qu'on dise et qu'on fasse soi-même. Le sexe non, au contraire ;) . Sauf le sexe "picoreur" sans préservatif, OK.
(Dans cette série, c'est vrai, on ne voit pas souvent ouvrir les petits sachets....)
Parfaitement d'accord sur le fait que les lobbys conservateurs mélangent ces trois thèmes qui n'ont pas lien entre eux. Je suis également d'accord sur le fait que la médiatisation a trouvé dans ce genre d'attaque "gros calibre" le terrain rêvé pour amener du public. Je crois que tu as raison, évidemment, sur le fait que les Australiens ne sont pas plus "conservateurs" que les autres pays sur ce type de série adolescente.
caty a écrit : Quoi qu'il en soit, je pense que la polémique en Australie a été médiatisée parce qu'on lui a donné l'occasion de l'être. On s'y prendrait pareil pour créer la polémique en Angleterre, en Espagne ou aux USA (les "provinces" notamment du sud y sont ultra-conservatrices, et même les grandes villes qui viennent de détruire les avancées sociales pour les homos), on obtiendrait probablement les mêmes réactions d'une fraction de la population de ces différents pays.
Laquelle fraction serait mise en avant par les journaleux et/ou les militants de la même manière que dans ce cas australien, c'est à dire destinée à faire penser que "les australiens" sont conservateurs en matière de représentation publique du sexe.
Ce qui est peut-être vrai en majorité, mais tout comme les populations des tous les pays dits développés.
Mais on ne peut se baser sur des articles et vidéos partiaux qui ont cherché à enfler la polémique et y ont réussi, pour en conclure que c'est pire en Australie qu'ailleurs.
Je suis d'accord pour dire qu'il y a eu utilisation médiatique de ce type de controverse en Australie, mais pourrais-tu clarifier ce "on" qui manipulerait l'attaque et ce que tu entends par "journaleux et/ou militants" ?

Deuxième point : ce qui ressort de ce genre d'émissions, c'est finalement le vieux problème des effets de la représentation. Ce débat qui existe depuis que la communication de masse et la consommation de masse existent, et ce, dans tous les pays, était jusqu'à présent plutôt centré sur l'effet des armes, de la drogue, de l'alcool (rappelez vous la polémique autour des verres de whisky dans Dallas) plutôt que sur la sexualité (qui ne devient visible vraiment que dans les années 60-70). Son extension au thème de l'homosexualité (avec l'idée sous-jacente : ce qui est vu est pensé comme possible et donc ferait sauter un verrou moral et mental) est révélatrice à la fois d'une augmentation très nette de la visibilité de l'homosexualité à l'écran et d'une augmentation aussi très nette de la perception de cette visibilité nouvelle.
La question que je me pose est donc la suivante : ce genre de polémique est-il un indicateur pour savoir si nous sommes ou non entrés dans un moment plus conservateur ou pas en matière de visibilité homosexuelle ?

J'ai l'impression que pour toi, Cathy, ce n'est pas un indicateur fiable car il y a trop de manipulation : c'est ça ?

Avatar du membre
alexandraki
Messages : 92
Enregistré le : sam. 7 févr. 2009 09:54
Localisation : à côté de Bordeaux

Re: La visibilité lesbienne progresse-t-elle dans les séries TV

Message par alexandraki »

J'ai quelques amies australiennes qui suivent l'affaire, la rumeur dit que Channel 7, embarrassée par la controverse a plus ou moins décidé de "downplay" l'histoire. Ils ne la suppriment pas mais ils ne vont probablement pas aller au bout de ce qu'ils avaient prévu de faire au départ...

Moi ça m'enrage de voir ça, je suis persuadée que si on interroge toute la population australienne sur la romance lesbienne dans Home and Away, la plupart sera soit pour, soit neutre, et ce n'est qu'une minorité qui l'ouvre pour crier au scandale et brandit le drapeau de la vertu outragée! Et bien sûr c'est celle-ci qui a gain de cause! Je suis furieuse! :evil:
"Quand on fait à la place de l'autre, non seulement on n'est pas à sa place, mais en plus, on empêche l'autre de prendre la place qui est la sienne"

Avatar du membre
caty
Messages : 162
Enregistré le : mer. 19 nov. 2008 13:42

Re: La visibilité lesbienne progresse-t-elle dans les séries TV

Message par caty »

Bee :
"pourrais-tu clarifier ce "on" qui manipulerait l'attaque et ce que tu entends par "journaleux et/ou militants" ?"
Quand il y a une polémique, un coup médiatique, toujours regarder qui en est à l'origine.
Parfois les personnes à l'origine l'ont fait sans intention particulière et sans se douter que ça prendrait une ampleur négative, mais le plus souvent c'est fait intentionnellement.

Ici, la vidéo que tu avais mise en lien (et encore et toujours merci à toi et aux participants de ce forum pour cette constante veille que je qualifierais de sanitaire :) ) semble tournée de manière à laisser penser que la polémique est très grande en Australie et que "les" australiens sont comme ça.
Qui est à l'origine de cette vidéo et des articles en rapport avec la polémique ? Des militants homos, des journalistes ?
Dans un cas comme dans l'autre je trouve le résultat douteux.
"Son extension au thème de l'homosexualité (avec l'idée sous-jacente : ce qui est vu est pensé comme possible et donc ferait sauter un verrou moral et mental) est révélatrice à la fois d'une augmentation très nette de la visibilité de l'homosexualité à l'écran et d'une augmentation aussi très nette de la perception de cette visibilité nouvelle.
La question que je me pose est donc la suivante : ce genre de polémique est-il un indicateur pour savoir si nous sommes ou non entrés dans un moment plus conservateur ou pas en matière de visibilité homosexuelle ?"
La polémique australienne n'est effectivement pas un bon indicateur, en tous cas pas de la manière dont elle est présentée sur Internet, et aussi parce que l'Australie n'a pas assez de séries et de films à contenu homosexuel pour être un bon exemple (L'Espagne en serait un peut-être).

Mais même sans m'appuyer sur cette polémique, mon sentiment est que nous sommes arrivés au point crucial où la visibilité accrue de l'homosexualité dans les médias de loisir peut faire pencher (ou non) la balance dans le sens du ras le bol de la part de ceux qui ne sont pas concernés.
De même qu'au début des fêtes et manifestations publiques LGBT, au bout d'un moment ça reveillait les antis et ça éveillait un certain nombre de neutres contre tout ce tintouin.
J'étais de ces neutres agacés à une époque, non pas anti-homo, bien sûr, c'aurait été le comble, mais agacée parce que je trouvais que ça ne valorisait pas l'image des homos en général et que ça renforçait leur marginalité (et que c'était voulu, consciemment ou inconsciemment). Etant quand même interessée par le sujet, j'abordais assez souvent le sujet, et j'ai eu de nombreuses discussions à ce propos avec ma famille et mes amis : la plupart des "neutres" avaient les mêmes réactions.
Donc je sais ce que ça peut créer comme sentiment de "rejet", le trop plein d'un thème sur quelqu'un qui ne se sent pas directement concerné, même sans être à priori anti.

J'ai en partie changé d'avis sur l'effet de l'activisme homo, du moins d'une certaine forme d'activisme. J'ai pu constater que ça avait eu un effet bénéfique sur la tolérance sociale, dans les lois aussi bien sûr, et contrairement à ce que je craignais aussi sur la "normalisation" de l'homosexualité (on est très loin d'un idéal, mais impossible de nier qu'il y a eu des avancées en 20 ans).

Alors actuellement on est sur le faîte du toit : d'un côté la pente de l'apaisement et de la normalisation, retombée progressive des polémiques et nivelage progressif des sexualités et des vies sentimentales quelles que soient leurs orientations ?
De l'autre la pente de la régression.
Celle qu'on descend pour tant d'autres thèmes actuellement, hélas, avec notamment la remontée de l'envahissement par les religions de la vie quotidienne, sociale et intellectuelle des gens dans de plus en plus de pays.
Alors renforcement et explosion des haines de ce qui est différent de soi et de ce que des siècles de martelage ont embrigadé à penser, qui touchera bien sûr en priorité la sexualité et la vie publique sociale ?

Je ne suis pas très optimiste...

Peut-être faut-il qu'on se calme un peu avec la médiatisation LGBT en attendant que les choses se tassent ?
(Mais ça risque de durer un moment et notre génération va probablement morfler ; je n'ai pas le goût du sacrifice.)
Ou bien on continue l'activisme en tablant sur l'effet positif des années précédentes ?
Mais il faut tenir compte du contexte social et politique contemporain, et probablement modifier les formes d'activisme, les "adoucir", les rendre plus subtiles, et surtout eviter tout ce qui est suscpetible de créer l'effet inverse et les contre-réactions anti.
C'est à inventer encore et encore.
.
Image

Avatar du membre
Bee
Messages : 596
Enregistré le : jeu. 20 nov. 2008 09:49
Localisation : Paris, France
Contact :

Re: La visibilité lesbienne progresse-t-elle dans les séries TV

Message par Bee »

Pour poursuivre sur le sujet de la visibilité lesbienne dans les séries à la TV, j'ai été frappée récemment par une sorte d'ovni : la série s'appelle Guided Light, passe aux Etats-Unis en heure de grande écoute, raconte la vie d'Américains moyens et très croyants.
Dans cette série, il y a un duo (parler de couple ne serait pourtant pas de trop) de deux femmes très différentes mais qui ont vécu des épreuves communes, apparemment. Bien sûr, je ne suis pas l'affaire depuis le début, donc tout cela est à vérifier.
Il y a d'abord Natalia, une femme généreuse, solidaire, très croyante, assez timide, mal à l'aise parfois avec les autres.
Puis, il y a Olivia : une plantureuse femme, divorcée, mère d'une charmante petite fille et qui cherche à éloigner le père, son ex-mari, un escroc ou un criminel apparemment (c'est le méchant).
Entre ces deux-là, il y a bien des choses : du respect, des difficultés partagés, une vie en commun (elles partagent le même appartement et Natalia est un peu la seconde maman de la fille d'Olivia). Depuis quelques mois, la série est passée à la vitesse supérieure.
Olivia a compris qu'elle était tombée amoureuse de Natalia. Cette dernière ne voit rien de rien et elle est hyper queer sans s'en douter (c'est la prouesse de l'écriture). Olivia l'embrasse mais s'excuse dès le lendemain. Natalia passe l'éponge et fait comme si de rien était. Mais depuis quelques temps, elle se fait draguer par un certain Franck et après le baiser, comme par hasard, elle accepte sa demande en mariage.
En ce moment, c'est la torture d'Olivia qui fait tout pour étouffer son amour afin de laisser vivre Natalia et Natalia regarde avec des yeux de chien battu Olivia.

La question est la suivante :
1. Est-ce une stratégie de scénaristes que de ne pas dire que Olivia et Natalia s'aiment et sont un couple pour montrer qu'il existe aussi des beaux amours platoniques entre femmes ?
2. Est-ce pour éviter la montée au créneau des croyants dans une série qui s'appelle Guided Light ? On présente d'une certaine manière l'homosexualité sans le dire et on sous-entend qu'on peut canaliser ses sentiments et de décider de ne pas agir sur eux (not to act on them, comme dans Home and away) ???
3. Est-ce simplement une stratégie de soap pour faire durer, voire éterniser le plaisir ???

Qu'en pensez-vous, si vous avez un avis sur la question.
Pour vous aider, voici un extrait issu de la chaine de Otaliafan : extrait de l'épisode du 6 avril

Avatar du membre
manousmile
Messages : 567
Enregistré le : ven. 18 avr. 2008 14:41
Localisation : Marseille

Re: La visibilité lesbienne progresse-t-elle dans les séries TV

Message par manousmile »

whouaaa bee je suis toujours impressionnée de voir qu'on a les même référence on dois avoir les même site en favori!! ;)
ça fait pas longtemps que je suis cette série et là ça a bien bouger hier apparemment!!! :mrgreen: ça évolues dans le bon sens!! avoir si ils vont osez aller jusqu'au bout!! :roll:

pour celle qui veule le suivre ce site et super!!! ;)

http://www.onemorelesbian.com/otalia-pr ... 41709.html
"On est belle, on est fière, on est lesbienne!!!!" 8-) (Pourquoi pas moi)

Avatar du membre
Bee
Messages : 596
Enregistré le : jeu. 20 nov. 2008 09:49
Localisation : Paris, France
Contact :

Re: La visibilité lesbienne progresse-t-elle dans les séries TV

Message par Bee »

D'abord, Manou : ;) excellent site, je suis d'accord :D

Pour en revenir à Guiding Light, j'étais persuadée que les scénaristes allaient nous la jouer "lesbian subtexts" jusqu'au bout, un peu comme dans ce clip de fans où l'on voit que l'essentiel de la manifestation amoureuse passe par certes un baiser ou des tentatives, mais surtout par des regards insistants et malheureux et des scènes sacrificielles à faire pleurer dans les chaumières lesbiennes : Subtext ou prétexte ?

Mais, comme tu l'annonces, les choses ont tourné très différemment ces dernières semaines (car tout va très lentement dans cette série) et Natalia finit par renoncer à se marier devant l'autel, quand elle doit prêter serment devant Dieu. Sa foi l'empêche de mentir sur ce qu'elle ressent et elle préfère fuir... Alors là, je dis : c'est énorme !!!
Voici la preuve en images : http://www.youtube.com/watch?v=vLXHUUIP_rw
Dans ce clip, on découve Natalia, enveloppée dans un énorme anorak enfilé par dessus sa robe de mariée, qui s'en va sous un belvédère où elle est bientôt rejointe par Olivia. Celle-ci, en tant que témoin, lui demande de revenir se marier bien poliment. Et là, c'est la fronde : Natalia lui répond qu'elle ne peut pas épouser Franck devant Dieu car ce n'est pas lui qu'elle aime mais Olivia...

Vue comment Natalia semblait cruche à cet égard, c'est un tournant gigantesque. Du coup, je me demande comment les scénaristes vont négocier la suite... Je ne vois que l'exil comme dans Crime et châtiment : il faut un rituel de purification :twisted:

Tout cela non pas pour pourrir le topic, mais se dire que la représentation lesbienne prend des tournants parfois très curieux : est-ce que ce genre de scènes dans ce genre de show peut avoir un impact sur la réception de l'homosexualité chez les personnes croyantes ???
Qu'en pensez-vous ?

Répondre