Lesbiennes et représentation audiovisuelle

Les articles qui vous ont plu ou déplu, ce que vous appréciez ou détestez…
Avatar du membre
absolutely
Messages : 523
Enregistré le : sam. 8 juin 2013 12:16

Re: Lesbiennes et représentation audiovisuelle

Message par absolutely »

elleUwant a écrit : Sérieusement, je serai tout à toi le week-end prochain ! :twisted:
Je t'attends avec impatience, elle. :lol:

elleUwant
Messages : 989
Enregistré le : mar. 4 oct. 2011 16:43
Localisation : Ouagadougou

Re: Lesbiennes et représentation audiovisuelle

Message par elleUwant »

Donc, Fleming me prends pour une dépravée alcoolique. Est-ce mieux ? :mrgreen: :lol: Tiens, je vais boire ce soir, pour oublier ce que je viens de lire :lol:

Là, je ne suis venue que pour répondre à ceci, mais promis, demain au plus tard : je prendrai mon temps pour répondre et démontrer par A+B que j'ai raison et que vous avez tort :twisted: :mrgreen: (comment j'me fais désirer... vous allez être déçues ! :lol: )
Votre signature contient 544 caractère(s). Le nombre maximum de caractères autorisés est de 255.

Et c'est ainsi que Jean-Pascalin et le raton-laveur furent anéantis.

Arpagon

Re: Lesbiennes et représentation audiovisuelle

Message par Arpagon »

J'ai lu les divers posts de ce sujet et compris que parfois si ce qui nous représente est cliché c'est que c'est fait par des non lesbiennes.
Peut-être.
Perso, je n'ai jamais couché avec un homme, mais il me semble que j'en sais autant sur un messieur qu'une hétéro pratiquante. :mrgreen:

( je sais, j'ai des mauvaises lectures :oops: )

Sinon, je connais au moins une réalisatrice homo qui, il me semble encore, parle surtout de liaisons hétéros: Josée Dayan.
Aussi, devrait-elle s'en maintenir à son domaine . :?

Mille excuses si vous me lisez Josée : je ne mets pas en doute votre aptitude à reconstituer l'hétérosexualité, hein?!!! :mrgreen: :mrgreen:

Au fait, ou presque, saviez-vous qu'on dit qu' Emilie Brontë avait de sacrées prétentions en parlant sexe alors qu'elle n'y connaissait rien, la gamine ?

jepassevitefait

Re: Lesbiennes et représentation audiovisuelle

Message par jepassevitefait »

Pour beaucoup c'est un gentil film anodin, pas très fin, parfois, mais tendre et plein de bons sentiments.
Pourtant, quand gamine, je l'ai vu pour la première fois, j'ai été gênée et maintenant je le trouve plutôt porteur de clichés dans un premier temps Mais surtout très significatif des mentalités d'une masse peu informée dans un second temps .
Apparemment, je ne suis pas la seule à penser que la scène qui suit n'est pas très positive pour notre représentation .
Pourtant, il est plus que vraisemblable que nul ne pensait à mal avec cette séquence du Maître d'Ecole , où Coluche interprète un instit' aux méthodes modernes pour l'époque, arrivée de la gauche au pouvoir en 81; ici, il tente d'expliquer l'homosexualité à ses jeunes élèves qui s'interrogeaient dessus.
A noter qu' il spécifie plus loin, que ce n'est pas dégoûtant, mais une question d'hormones .
Autrement dit, pas d'intention homophobe, comme certains l'ont clamé, mais un réel raccourci très primaire .
https://youtu.be/RXCivA9lSpo

ladydauvrecy

représentation LGBT et le dictat du paraître.

Message par ladydauvrecy »

Perso, je me trouve plutôt moche ( et pas du fait de mon handicap moteur ), alors que beaucoup me trouvent plutôt attrayante, visuellement parlant . Mouais, au fond, malgré les beaux discours et les grandes théories, c'est bien le physique qui d'emblée impose son dictat, et c'est bien l'aspect qui compte.
Peut-être parce que j'ai la vue basse d'un côté, et suis aveugle de l'autre? , mais pour moi ce n'est guère important, le look des autres. ( Je dis bien des autres , puisque paradoxalement je m'inflige personnellement à ce sujet un jugement de valeur.)
Cependant, il faudrait être naïf pour penser que la beauté n'est pas un point positif pour la belle personne , c'est comme la richesse: seul le riche dit que l'argent ne fait pas le bonheur.
Ainsi, connaissez-vous des gens favorisés de ce côté qui voudraient être moches ?
De même, dans les séries et films avec des LGBT, le gentil gay est toujours représenté avec des atouts dignes des concours de beauté.
Peut-on alors parler de visibilité ?
A mon sens, non, et c'est pourquoi , malgré mes griefs par rapport à la saison 2 de Dix pour cent , niveau choix scénaristiques, je dis bravo pour la fraîcheur naturelle de Colette et Andrea , pareil pour le couple lesbien et marié de Demain nous appartient.
Pour ce qui est de Glacé : même heureuse surprise.
Je pense que les séries britanniques sont inscrites, la plupart du temps, dans la même ligne directrice d'ailleurs.
Mais c'est loin d'être malheureusement le cas des séries américaines ( du Nord, mais aussi du Centre, et du Sud) qui pourtant inondent nos écrans.
C'est pour moi un autre paradoxe en pleine dénonciation du sexisme hollywoodien...

Avatar du membre
Atta
Modérateur
Messages : 3016
Enregistré le : mer. 23 févr. 2011 13:52
Localisation : Upside down

Re: représentation LGBT et le dictat du paraître.

Message par Atta »

Ton message m'interpelle car je suis à la fois d'accord et pas d'accord avec toi (paradoxe quand tu nous tiens!)
Voila mon avis :
ladydauvrecy a écrit :Cependant, il faudrait être naïf pour penser que la beauté n'est pas un point positif pour la belle personne , c'est comme la richesse: seul le riche dit que l'argent ne fait pas le bonheur
Finalement on en revient à la question du beau. Qu'est ce que c'est? Impossible de donner vraiment une réponse. Oui, mais ce qui est beau pour quelqu'un ne l'est pas forcément pour une autre...
ladydauvrecy a écrit :De même, dans les séries et films avec des LGBT, le gentil gay est toujours représenté avec des atouts dignes des concours de beauté.
C'est faux. (Mais aussi vrai en partie bien sur, mais on ne peut pas réduire la visibilité gay à ce que tu dis)
Enormément d'exemple en tête avec des représentations gays dans Unbreakable kimmy, torch song trilogy (pour une partie du moins), ....
Pas besoin de faire de vagues ou d'avoir des milliards de vues pour faire une bonne représentation. Après, il ne faut pas non plus dénigrer tous les couples gay car , au final, c'est comme pour les lesbiennes, les hétéros, les trans, les bis (etc...): il y a de tout pour faire un monde. On trouvera des gays efféminés au possible, des femmes butchs, des gens moches, des gens beaux... Et au final, la seule chose que je trouve importante c'est de vivre sa vie avec, de prendre les séries/films/autre qu'on a envie et qui nous plaise et de laisser le reste de côté.
Et c'est bien que tout soit montré aussi!
ladydauvrecy a écrit :Peut-on alors parler de visibilité ?
Tout dépend de ce que tu entends par visibilité. Pour moi la visibilité c'est de montrer quelque chose et donc d'en faire parler . En partant de ca, oui, toute représentation (qu'elle plaise ou non) constitue une visibilité.
ladydauvrecy a écrit :A mon sens, non
alors quel est ton sens de visibilité?
Ca me fait penser au débat qu'il y avait eu lorsque The L Word était sorti: Est ce que ca représente bien la communauté? Oui pour une partie, non pour l'autre. Mais en même temps, on s'en fiche, non?
C'est comme à la gay pride, à la télé on ne voit qu'une certaines partie alors qu'en fait, ce n'est pas que ca.
Et à vrai dire je ne vois pas le problème de montrer un bout puisqu'on a les moyens, maintenant, de voir tout dans sa globalité.
ladydauvrecy a écrit :Je pense que les séries britanniques sont inscrites, la plupart du temps, dans la même ligne directrice d'ailleurs
Ca c'est bien vrai, et pour tout. C'est pour ca que j'aime particulièrement les séries britanniques, elles sont très souvent en avance sur tout un tas de choses.
ladydauvrecy a écrit :Mais c'est loin d'être malheureusement le cas des séries américaines ( du Nord, mais aussi du Centre, et du Sud) qui pourtant inondent nos écrans.
Oui, mais après c'est à chacun d'aller voir les séries (ou films ou autres) qui peut mieux correspondre à ce qu'on cherche. Et les séries américaines ont plein de pépite qui sont cachés ou dont on entend pas parlé.

Je n'ai pas le temps de développer plus donc je finirai là dessus: Le problème, ce n'est pas les séries (films autre), ce sont les généralisations qu'on en tire. Pour moi en tout cas :roll:
“My silences had not protected me. Your silence will not protect you.” Audre Lorde
"Disrespect invites disrespect. Violence incites violence. When the powerful use their position to bully others, we all lose." Meryl Streep

Avatar du membre
apache
Messages : 297
Enregistré le : lun. 21 août 2017 21:05

Re: représentation LGBT et le dictat du paraître.

Message par apache »

Représentation : c'est un besoin qui vient du sentiment d'exclusion, les moyens utilisés (les associations, les films, les séries) ne sont que des instruments et qui dit instrument, dit instrumentalisation. Pour l'instant on en est à la représentation pour montrer qu'on existe et qu'on respire, mais ce terme se vide de sens par lui même parce qu'il doit se mouler au regard de la société, c'est elle qui nous autorise et qui nous guide avec la pression du nombre. Du coup nous ne sommes qu'un pourcentage de la population, une minorité qui essaie de se faire représenter, mais cette représentation ne peut pas se transformer en autre chose parce qu'elle doit demander autorisation.

Quand tu ne corresponds pas à l'image lesbienne (le garçon manqué aux cheveux courts par exemple), on va te dire : ça se voit pas ! Mais si tu corresponds, malgré toi, tu deviens représentante d'un groupe minoritaire pour une infime partie de ce que tu es, et on ne verra plus que ça.

La beauté, l'image, le paraître, représentent quelque chose de fondamental dans nos modes de communication c'est vrai. Mais, et le reste ? Ce qui ne peut apparaitre ? C'est mis de côté ? Ignoré, impossible à imaginer, à parler ? Je pense que c'est ça qui va exclure le plus une personne et bon an mal an, elle pourrait se contenter de la représentation, s'y mouler, mais gare à elle si elle ne répond pas à ses critères, parce qu'elle sera exclue deux fois, par la société et par la minorité qui se représente à travers l'image.

Quand on pas le physique de son mode de vie, ça dénote et c'est suspect et ça donne envie de se retirer de tout le monde. Je pense que tant qu'on parlera de représentation, on répondra à des critères établis, à des repères entendables pour toucher le plus grand nombre, ce qui nous fait tomber dans la justification, la permission de notre existence.

Bonne soirée à toi et à toutes.

keneddy

Re: Lesbiennes et représentation audiovisuelle

Message par keneddy »

Un soi-disant reportage qui assimile la lesbienne au vampirisme : pitoyable :cry:
https://www.youtube.com/watch?v=5a43HunEN8E

greystone

Re: Lesbiennes et représentation audiovisuelle

Message par greystone »

Dans l'Histoire de la visibilité LGBTI à l'écran, il est un personnage en particulier qui, mine de rien, donne une vision moins orientée que ce que nous connaissons en règle générale : la perpétuelle bataille manichéenne de La Méchante Lesbienne contre La Gentille Lesbienne, la Brune contre la Blonde, la Maléfique versus l'Ange.
Nous avons donc, surtout pour habitude d'observer sous la loupe l'homosexuelle symbole de dépravation, empreinte d'une culpabilité aux saveurs de tendances suicidaires. A contrario, nous est présentée la lesbienne vertueuse qui fait l'amour tout habillée quand ce n'est pas par la pensée.
Dans les deux cas, qu'elle soit 'maudite ' ou 'sanctifiée' , d'ailleurs rares sont les cas d'odeur de Sainteté, elle n'est jamais en haut de l'affiche et connaît toujours un sort funeste très tôt. C'est le cas de la pourtant irréprochable Tara, symbole malgré elle des violences masculines contre les femmes.
Un cas en particulier m'a également choquée dans une série française : la femme policière ouvertement lesbienne dans commissaire Moulin. Aussi, après avoir été victime d'un viol , chez elle, plus question pour elle d'aborder son homosexualité, bien au contraire elle semble s'être rapprochée de son binôme, un gros macho qui lui fait de l'oeil et devenu son égide.
Sinon, nous avons les cas de couples lesbiens qui ont un temps donné l'apparence de couples heureux pour au final se déchirer, cf dans 'Fais pas ci, fais pas ça ', ' Famille d'Accueil ' ( avec un brusque retournement de situation où la fille Ferrière revient vers les hommes ) ou encore dans 'Une famille formidable " avec l'épouse d'une Baumont devenue psychopathe et prête à faire incriminer de viol un membre de la 'familia sagrada', après l'avoir obligé à coucher avec elle,dans le but de se venger de son ex belle-famille.
Donc, et surtout à la TV française, beaucoup d'espoirs mais très peu de réalisations positives.
Mais, nous arrive Enfin une brise d'air frais et vivifiant , L'Espoir d'une réelle visibilité positive en prime time, et dans le service public au travers du personnage d'Andrea de 'Dix pour cent' , une lesbienne qui ne se cache pas, qui s'affirme en outre tel Le Personnage principal de la série , une femme à la carrière brillante, porté par l'interprétation très touchante de Camille Cottin.
Cette femme au caractère bien trempé, de plus, n'est pas un prétexte à un quelconque débat politique sur les droits des LGBTI: elle est lesbienne, et alors ?
Il y a en effet une cruciale banalisation de son homosexualité sans oublier que ses amours arrivent à tenir en haleine tant des homo que des hétéros :)

Avatar du membre
Mira2012
Messages : 2068
Enregistré le : dim. 4 nov. 2012 19:42
Localisation : Paris

Re: Lesbiennes et représentation audiovisuelle

Message par Mira2012 »

Quelque chose dont on parle peu je pense est que dans certaines series, une grande confusion est faite entre les lesbiennes et bisexuelles, ce qui fait que l'on ne sait plus qui représente qui, et que cette confusion n'aide pas le public general a comprendre les unes et les autres.

Exemples on voit des lesbiennes se tourner vers un homme a un moment donne (en general dans un moment de "faiblesse" ou de "détresse", etc... je pense notamment a "les Hombres de Paco" et meme, Dix pour Cent, ou le public probablement pense que c'est tout a fait normal) et a contrario, on reprochera la meme chose a une bi, et pourtant pour elle ce serait tout a fait possible (sans être obligatoire).

Tout cela pour dire, que nous avons un double souci de représentation (sans parler des femmes en general)

Je ne sais pas si je suis claire... ;)

Répondre