Dikkenek

Un film comique raté

Année de Production : 2006

Date de Sortie : 21 Juin 2006

Réalisation : Olivier Van Hoofstadt

Scénario : Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain

Avec : Jean-Luc Couchard (JC), Dominique Pinon (Stef), Jérémie Renier (Greg), Marion Cotillard (Nadine), Mélanie Laurent (Natacha), Catherine Jacob (Sylvie), Florence Foresti (le commissaire Laurence), François Damiens (Claudy), Marie Kremer (Fabienne), Catherine Hosmalin (la femme de Mich)

Nationalité : Franco-belge

Genre : Comédie

Durée : 1h 24min.

Titre Original : Dikkenek

Dikkenek : Résumé

Steph et JC sont amis depuis leur plus tendre enfance et sont inséparables. Steph est un homme timide et sensible qui rêve du grand amour mais ne fait rien pour le trouver. JC de son côté est le type même du dikkenek belge, un homme fier, vantard, le prototype de la grande gueule.

Alors que JC explique à Steph comment s’y prendre pour trouver la femme idéale, les deux compères croisent sur leur route une multitude de personnages exceptionnels. Il y a tout d’abord Claudy, un photographe amateur également directeur d’abattoirs et Natacha, une séductrice désoeuvrée. Puis, Greg, qui passe son temps à se faire tabasser ainsi que Fabienne, une fille de riche et meilleure amie de Nadine, institutrice adorant la schnouf. Et, enfin il y a Laurence, commissaire de police accro à son gros calibre.

Steph et JC sont amis depuis leur plus tendre enfance et sont inséparables. Steph est un homme timide et sensible qui rêve du grand amour mais ne fait rien pour le trouver. JC de son côté est le type même du dikkenek belge, un homme fier, vantard, le prototype de la grande gueule. Alors que JC explique à Steph comment s'y prendre pour trouver la femme idéale, les deux compères croisent sur leur route une multitude de personnages exceptionnels. Il y a tout d'abord Claudy, un photographe amateur également directeur d'abattoirs et Natacha, une séductrice désoeuvrée. Puis, Greg, qui passe…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Un film à éviter.

Note des lectrices : 1.77 ( 3 votes)
26

Je vais être franche et vous avouer que je n’ai pas apprécié cette Comédie. C’est lourd, peu inventif et ça tourne en rond et à vide. En clair, c’est affligeant.

Les personnages masculins sont crades, lourds, imbus de leur personne et je ne vous parle même pas des personnages féminins. Pourtant les acteurs sont loin d’être mauvais. Marion Cotillard est pas mal en enseignante déjantée et accro à la « schnouf » et Jérémie Renier est presque amusant à chaque fois qu’il se fait tabasser et qu’il va porter plainte. Malheureusement, ce n’est pas suffisant pour faire un film.

Juste un dernier mot pour dire que l’homosexualité féminine est archi exploitée. Sur ce long-métrage d’1 heure 30, on a le droit à un baiser lesbien dans un bar entre deux figurantes, quelques petits baisers entre Natacha et Nadine durant leur partie à trois et une superbe lesbienne butch en la personne du commissaire Laurence. Je dois d’ailleurs reconnaître que Florence Foresti est la seule à m’avoir fait rire. Elle est tout simplement géniale.

Mais c’est tout, ça ne va pas plus loin et la parodie tourne vite à vide. Honnêtement, Dikkenek ne vaut pas le prix d’une place de cinéma.

Dikkenek : Critiques Presse et Récompenses

« À hurler de rire, ce Dikkenek n’est pas sans rappeler, dans la violence et l’absurde de ses dialogues et de ses situations, C’est arrivé près de chez vous (…) Hautement recommandable. » Françoise Delbecq (Elle)

« [Et] les séquences, parfois brouillonnes mais toujours bouillonnantes, s’enchaînent dans un crescendo ravageur qui laisse le spectateur vidé d’avoir trop ri. » Patrick Fabre (Studio Magazine)

« À condition de goûter son humour particulier et rentre dedans, voilà un film qui vous mettra de très “méchante” humeur pour quelques heures. Et ça, ça fait du bien ! » Arnaud Lefranc (MCinéma.com)

« François Damiens, petite suée sur le front et oeil injecté, confirme qu’il est ce que la Belgique a enfanté de plus drôle depuis Benoît Peolvoorde. » Mathieu Carratier (Première)

« Le film (…) frise rapidement la succession de sketches (…) Tant pis pour un vrai sens de la vanne ou l’enthousiasme des Comédiens (…) » Alex Masson (Score)

« Pas vraiment de scénario mais un délire permanent, qui ne sera pas du goût de tout le monde. » La rédaction (Ouest France)

« S’apparentant à une suite de sketches plus ou moins réussis, servis par des acteurs plus ou moins en veine (…) et par des dialogues plus ou moins (mais malheureusement trop souvent moins) percutants, Dikkenek devient peu à peu aussi médiocre que ses héros. » Emmanuelle Cocud (aVoir-aLire.com)

« [Des] personnages surréalistes qui lorgnent du côté de C’est arrivé près de chez vous. Mais n’est pas Poelvoorde qui veut et Dikkenek se résume à une succession de sketches décousus et pas toujours drôles. » Barbara Théate (Le Journal du Dimanche)

« (…) si l’absence de scénario cohérent pourrait éventuellement renvoyer à une tradition belge d’humour absurde, les gags, eux, font cruellement défaut – ou, du moins, n’appellent-ils pas le moindre sourire. On est donc ailleurs. » Isabelle Regnier (Le Monde)

« [un] film d’une laideur de compétition, où l’accent belge est caricaturé avec des stridences à faire tourner le lait et où les personnages rigolent tellement à notre place qu’il n’y a absolument aucune raison de les accompagner. » Bijan Anquetil (TéléCinéObs)

« Tout ça se veut, bien sûr, ironique, parodique, sympathique … Mais ça vole tellement bas que ça tombe forcément à plat. » Frédéric Strauss (Télérama)

« L’humour a beau s’autoproclamer vachard et sans concession, le vulgaire atteindre un point de non-retour, peu de vraie méchanceté jouissive n’imprime la pellicule. Ce qui provoque un effet de ressac violent contre le film comme s’il ravalait son vomi : le premier à s’attirer pitié ou bastonnade, c’est lui. » Guillaume Loison (Chronic’art.com)

« (…) ce film est une désolation. » Grégory Alexandre (Ciné Live)

Dikkenek : Extraits

SYLVIE  : Dis, je peux te poser une question ? Le prends pas mal, hein. Mais qu’est-ce que tu comptes faire toi, pour la rentrée ? Non, parce qu’avec Baudoin on se pose la question. Hum. Quand on voit tes résultats. Non, parce que si tu veux l’UNIS c’est bien gentil mais faut quand même un petit peu étudier. Tu peux pas continuer comme ça à échouer tous les ans. C’est échec sur échec.

LAURENCE  : Quoi ? C’est mon engin que tu regardes, là ? (En désignant son arme sur le bureau) Féroce ça. Pistolet tchèque semi-automatique, plastique léger, 17 coups. Ça ça t’arrête un bus scolaire en pleine course. P’t-être même un avion. Ch’ais pas, j’ai pas essayé mais je pense. J’ai toujours été passionnée par les armes à feu, moi. C’est ma passion depuis que je suis toute gamine. Ça s’explique pas, y en a c’est les poupées, d’autres les bagnoles.
GREG  : Bon on peut.
LAURENCE  : Allez, bon qu’est-ce qui vous amène ?

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre