Broken Flowers

A la recherche de sa vie

Année de Production : 2004

Date de Sortie : 07 Septembre 2005

Réalisation : Jim Jarmusch

Scénario : Jim Jarmusch

Avec : Bill Murray (Don Johnston), Jeffrey Wright (Winston), Sharon Stone (Laura), Frances Conroy (Dora), Jessica Lange (Carmen), Tilda Swinton (Penny), Julie Delpy (Sherry), Chloë Sevigny (l’assistante de Carmen), Chris Bauer (Dan), Alexis Dziena (Lolita)

Nationalité : Américaine

Genre : Comédie, Drame

Durée : 1h 45min.

Titre Original : Broken Flowers

Broken Flowers : Résumé

Dans Broken Flowers, Don Johnston est un célibataire endurci que tout le monde traite de Don Juan. Sa dernière conquête en date, Sherry, ne supportant plus de jouer les maîtresses, décide de le quitter. Plus ou moins malheureux, Don se résigne à retrouver la solitude de son existence.

C’est à ce moment là qu’il reçoit une lettre rose d’une ancienne conquête lui révélant qu’il est le père d’un garçon de 19 ans parti à sa recherche. La missive n’étant pas signée, Don suit les conseils de son voisin et meilleur ami, Winston, un détective amateur qui se propose de résoudre cet étrange mystère.

Après avoir fait une liste des femmes qu’il a connues il y a plus de 20 ans et pouvant être les rédactrices potentielles de la lettre, Don se lance dans un grand voyage. Durant cet impressionnant périple, il rencontre quatre de ses anciens amours auxquelles il rend des visites surprises.

Confronté à son passé, Don remet en question son présent et s’interroge sur sa vie.

Dans Broken Flowers, Don Johnston est un célibataire endurci que tout le monde traite de Don Juan. Sa dernière conquête en date, Sherry, ne supportant plus de jouer les maîtresses, décide de le quitter. Plus ou moins malheureux, Don se résigne à retrouver la solitude de son existence. C'est à ce moment là qu'il reçoit une lettre rose d'une ancienne conquête lui révélant qu'il est le père d'un garçon de 19 ans parti à sa recherche. La missive n'étant pas signée, Don suit les conseils de son voisin et meilleur ami, Winston, un détective amateur qui se propose de résoudre…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Retour vers le passé.

Note des lectrices : 3.7 ( 1 votes)
50

Un film magnifique, sublime et touchant. Sous un enrobage d’humour et de comique, le scénariste et réalisateur cache un corps triste, déchirant et profond. Toute la force du long-métrage réside dans cet aspect et l’exceptionnelle prestation de Bill Murray, plus sobre et silencieux que jamais et pourtant si causant.

Broken Flowers aborde la vie, le passé, la famille, l’amour, la paternité et par-dessus tout, le temps qui passe, irrésistiblement. Bill Murrray incarne un séducteur âgé qui refuse de se remettre en question et de changer. Il mène une vie déprimante et solitaire et un jour, une lettre bouleverse toute sa routine. Un simple aveu de paternité remet tout en question. Son ami Winston, un brillant et hilarant détective amateur, lui propose de retrouver toutes ses anciennes maîtresses susceptibles d’être la mère de son fils.

Le parcours initiatique débute alors. Sa première étape chez Laura et Lolita est à mourir de rire. Le charme de Sharon Stone et sa capacité comique explosent littéralement. Elle irradie. Après une nuit réparatrice, Don reprend la route et se rend chez Dora interprétée par Frances Conroy, méconnaissable Mme Fisher de la série Six Feet Under.

Et puis, le plus intéressant pour nous, Don se rend chez Carmen jouée par Jessica Lange. Carmen qui a abandonné son métier d’avocate pour devenir communicatrice avec les animaux. Don dont le charme magnétique a fonctionné sur ses deux précédentes conquêtes, essaie de renouer un lien particulier avec Carmen mais sans y parvenir. Il se fait gentiment reconduire à sa voiture, déçu. Il n’a intéressé ni Carmen ni son assistante. Mais tout s’explique par un geste.

Alors que Carmen a raccompagné Don à sa voiture, son assistante vient lui rappeler qu’elle a un rendez-vous. Et alors que Carmen lui dit qu’elle arrive, la jeune femme en une caresse possessive et langoureuse, pose sa main sur la fesse de Carmen. Sans dire un mot, rien qu’avec des gestes, Jarmusch explique pourquoi le charme de Don n’a pas opéré. Superbe.

Pas de coming-out ou de déclaration barbante, simplement un geste, une attitude et un regard qui en disent long. Le génie est là.

Un long-métrage tout simplement inoubliable. À voir impérativement.

Broken Flowers : Critiques Presse et Récompenses

Grand Prix au Festival de Cannes en 2005.

« (…) Broken Flowers est un chef d’oeuvre d’humour désenchanté (…) Escalier pourvu de nombreux paliers psychologiques, ce film sobre et brillant nous interroge sur l’amour, le temps qui passe, la paternité… » Alain Spira (Paris Match)

« (…) Broken Flowers est un road-movie sentimental doux-amer qui doit son charme persistant à ses actrices, à ses acteurs, un humour qui a toujours la politesse de se faire discret, à sa manière de raconter les choses en sourdine, de parler autant par les silences et l’intériorité que par la parole et les actes. » Serge Kaganski (Les Inrockuptibles)

« Tout est drôle sur le moment et, dans le fond, tout est déchirant. C’est la touche Jarmush : dignité dans le désarroi, humour dans le désespoir. Bill Muet est un peu le Takeshi Kitano américain (…) quand il lève un sourcil, c’est degré 8 sur l’échelle de Richter. Irrésistible. » Elisabeth Quin (Elle)

« L’intelligence de Broken Flowers est d’aborder ce thème par le rire, grâce à des dialogues hilarants, des acteurs divins et un décalage permanent. Mais sous la Comédie coule une rivière de tristesse (…) Une oeuvre drôle, poétique, profonde. Un plaisir délicat dont on aimerait se délecter infiniment. » Aurélien Allin (MCinéma.com)

« (…) un road movie soigneusement calibré, qui retrouve le principe du film à sketches, genre dans lequel Jarmusch est passé maître (…) Jim Jarmusch y déploie avec un talent intact son proverbial sens de l’humour froid, pince-sans-rire (…) Mais, au-delà, une fois de plus, un homme se penche sur son passé (…) » Jean Roy (L’Humanité)

« (…) comme d’autres s’y entendent en bons vins, Jarmusch s’y connaît en êtres humains. Il a le goût des gens mélancoliques, étouffés par la solitude de la vie moderne. Il sait, avec une élégance discrète, inscrire leurs silhouettes dans un paysage, dire tout de leur existence en captant juste un instant, suggérer une atmosphère (…) » Florence Colombani (Le Monde)

« La simplicité du programme, relayée par la fluidité parfaite de la réalisation (…) fait de Broken Flowers le film le plus limpide de Jarmusch (…) chaque maîtresse retrouvée est un spectacle en soi. Mais, tandis que l’énigme de la filiation se creuse, sur fond de burlesque flegmatique, le film révèle sans la dire sa tristesse abyssale. » Louis Guichard (Télérama)

« Chaque territoire que défriche Don est (…) un mini-film dont on explore avec émerveillement les règles, les codes de jeu et de mise en scène. A Bill Murray de s’adapter sans s’y diluer, à Jarmusch d’y capter une drôlerie, une émotion, un état, un style. Grand tisseur beat et béat, le cinéaste laisse s’entrecroiser chaque fragment d’information sur l’état émotionnel de Don, laissant psychologie et flash-back au placard. » Guillaume Loison (Chronic’art.com)

« Calme et introspectif, Broken Flowers est un bon Jarmusch. C’est-à-dire qu’une vraie ambiance naît de la mise en scène soignée (…) Un brin caricatural par certains aspects, l’humour très pince-sans-rire contenu dans le tableau n’en est pas moins savoureux. » Julie Deh (Fluctuat.net)

« Il faut s’abandonner : c’est du cinéma au fil de l’eau, au fil de la vie. Il y a là une patte inimitable : Jarmusch est un impressionniste rock. » François Forestier (TéléCinéObs)

« Un film plein de charme et de charmes, de tendresse et de mélancolie. » Françoise Maupin (Le Figaroscope)

« Jim Jarmush, qui revient à l’écran avec cette Comédie de haute volée, fait valoir au mieux le talent [de] Bill Murray (…) La série de ” caractères ” que Jarmusch met en scène bénéficie de son approche subtile, d’un sens de l’humour à froid qui jamais ne détonne. » Dominique Widemann (L’Humanité)

« Le constat pourrait être amer et désabusé, Jim Jarmusch a le joli doigté qui le rend drôle, et léger. Ses fleurs sont peut-être brisées, mais elles dégagent un parfum d’une savoureuse délicatesse. » La Rédaction (Ouest France)

« Malgré une construction prévisible et un rythme languissant, on est peu à peu happés par la mélancolie de cet homme à la recherche du temps perdu. Et intrigués par un épilogue audacieux qui refuse tout sentimentalisme. » Charlotte Lipinska (Zurban)

« Après cette reddition face à la douleur, (…) Jarmusch et son interprète ont laissé les émotions s’infiltrer. Finalement, le cinéaste et la vedette n’ont pas pu s’empêcher de se laisser prendre au piège de la mélancolie, plus doux et plus subtil que celui de la nostalgie. » Thomas Sotinel (Le Monde)

« Tranquille, super cool, Broken Flowers est un film de la perte du monde, la mise en forme soyeuse et élégamment souriante d’une déliaison. L’homme parti sur la barque des morts est encore bien loin du port. Du moins sait-il nous donner avec grâce de ses nouvelles, même si elles sont mauvaises. » Jean-Michel Frodon (Cahiers du Cinéma)

« (…) Une Comédie romantique douce-amère pleine de charme et d’humour décalé, une variation plutôt réussie sur le thème du donjuanisme blasé avec un Bill Murray impeccable, aussi perdu et irrésistible en Amérique que dans le Tokyo de Sofia Coppola (…) » Frédéric Bas (Chronic’art.com)

« Une fable acide, subtile et délicieuse, à laquelle Bill Murray, fort bien entouré, apporte sa note bleue : sa fameuse “mélancol-ironie”. » Laurence Tournier (Télé 7 Jours)

« Ni amer ni nostalgique. Plus drôle que cruel, mais curieusement difficile à nommer, le charme de Broken Flowers est d’une essence rare. » Vincent Thabourey (Positif)

« Une ballade sympatoche, réflexion pince sans rire sur la paternité. » Grégory Alexandre (Rolling Stone)

« (…) son film le plus doux-amer et le plus drôlement mélancolique (…) laissez-vous cueillir. » Patrick Fabre (Studio Magazine)

« Sur fond d’affro-jazz relaxant et de plans fixes étirés à l’extrême, Jarmush installe une atmosphère zen, presque surréelle, qui plonge le spectateur dans une hébétude complice. A travers ces rencontres, Jarmusch propose quatre visages de l’Amérique (…) qui traduisent à l’évidence un désarroi profond. » Christophe Narbonne (Première)

« Bill Murray donne une leçon de jeu minimaliste (…) Jarmusch signe un film nettement plus grand public que les précédents, en faisant appel à d’excellents Comédiens qui sont au service d’une histoire accessible. » Todd McCarthy (Variety)

« Constamment, sous l’humour des situations (…) on peut lire un deuxième film, pus inquiet, sur la fuite du temps (…) Sans doute pas le meilleur Jarmusch (on peut préférer Dead man ou Ghost dog), mais une savoureuse Comédie, délicieusement mélancolique. » Bernard Génin (Zurban)

« Une suite de solos (…) souvent drôles et parfois touchants, mais qui ne dissipe pas la frustration qu’inspire depuis trop longtemps (…) un cinéaste toujours attachant, mais qui semble avoir du mal à s’arrêter sur une partition qui lui paraisse en valoir la peine. » Pascal Mérigeau (Le Nouvel Observateur)

« Ici, pas d’intrigue malade ne tenant pas debout, juste une historiette édifiante qui permet à l’auteur de Stranger than paradise de se remettre sur le chemin de son lopin de cinéma. Plaisant. » Julien Welter (Score)

« (…) Ce Jarmusch se révèle relativement mineur dans une filmographie habituée à un standard très élevé. La déception vient essentiellement de la rencontre entre Bill Murray (…) et le cinéaste qu’on aurait souhaité plus corrosive. » Romain Le Vern (aVoir-aLire.com)

« Jarmush tire in extremis son épingle du jeu pour un film flottant entre Lost in translation et Coffee and cigarettes. » Emmanuel Cirodde (Ciné Live)

« Avec Broken Flowers, Jarmusch ne devrait plus être cantonné aux salles art et essai, mais ses admirateurs s’interrogeront sur l’aspect conventionnel du film. Nous sommes conviés à une promenade agréable et superficielle, à travers des vignettes délicieuses mais qui ne semblent mener nulle part. » Kirk Honeycutt (The Hollywood Reporter)

Broken Flowers : Extraits

SHERRY  : J’ai pratiquement toutes mes affaires. On dirait que tu as reçu une lettre d’amour d’une autre de tes amies.
DON  : Je n’ai pas d’autre amie. Il n’y a que toi, chérie. Arrête. D’accord, j’ai compris.
SHERRY  : Non, tu te trompes. Mais ça ne fait rien. Tu es comme ça et tu ne changeras jamais. Je crois que je n’ai pas envie de rester avec un Dom Juan sur le retour. Plus maintenant.
DON  : Qu’est-ce que tu veux, chérie ?
SHERRY  : Qu’est-ce que tu veux Don ? J’ai l’impression d’être comme ta maîtresse sauf que tu n’es même pas marié.

DON  : (Lis la lettre à voix haute) Cher Don, la vie réserve parfois de bien étranges surprises. Cela fait presque 20 ans que nous ne nous sommes pas vus mais aujourd’hui, il faut que je te dise quelque chose. Il y a des années, quand notre histoire s’est terminée, j’ai découvert que j’étais enceinte. J’ai décidé de mener ma grossesse à terme et de garder l’enfant. J’ai un fils. C’est ton fils. J’ai décidé de l’élever toute seule parce que nous ne vivions plus ensemble, c’était fini entre nous. Mon fils va bientôt avoir 19 ans. Il est un peu timide et secret contrairement à toi mais c’est un être sensible et merveilleux. Il y a quelques jours, il est parti pour une destination inconnue. Je suis presque sûre qu’il recherche son père. Je ne lui ai pratiquement rien dit de toi mais il est débrouillard et a beaucoup d’imagination. J’espère que j’ai envoyé cette lettre à la bonne adresse parce que j’estimais que tu devais le savoir.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre