La Surprise : Déclarations du Réalisateur, des Actrices et de la Scénariste

La Surprise : Déclarations du Réalisateur, des Actrices et de la Scénariste

ALAIN TASMA : REALISATEUR

« La Surprise n’est pas un film militant sur l’homosexualité féminine. Ce qui est important, c’est le sentiment qui se tisse entre ces femmes. C’est une histoire d’âme à âme. Le corps est quasiment un obstacle dans cette relation »

« Ce n’est pas un film de voyeur. Le plaisir de ces deux femmes ne me concerne pas »

« Je me mets moi-même en déséquilibre, je partage avec les comédiennes la peur d’être dans des zones inconnues. Et j’ai choisi des comédiennes qui ne sont pas homosexuelles, capables d’aller très loin dans un rôle sans s’y perdre, de mettre la barre haut. J’ai évité qu’elles soient trop connues, parce que cette histoire peut nous arriver à tous »

« L’idée de départ de Sophie Tasma était de montrer que les mouvements du coeur sont parfois curieux, que les histoires d’amour ne fonctionnent que s’il y a des obstacles, que s’il faut conquérir quelque chose. Il faut avoir le courage d’écouter ce qui vibre au fond de soi, malgré ce que l’éducation, la famille a pu formater. Il faut aussi aller chercher du côté des amours adolescentes, quand on découvre l’amour pour la première fois » (Source : www.lalibre.be)

« C’est d’abord la rencontre de deux âmes, de deux êtres, et les corps, dans un premier temps, sont presque une gêne, un obstacle. Ensuite, bien sûr, il s’agit aussi de sexualité, et je ne voulais ni éluder la question ni choquer, ni enjoliver ni salir, et encore moins faire de ces femmes un objet de fantasme. Au fond, je n’ai rien à dire sur l’homosexualité (c’est bien ou ce n’est pas bien, il faut comprendre, etc.) Notamment parce que je me méfie des discours de tolérance un peu mous. La tolérance ne se décrète pas. Auparavant, il faut que ça grince, que ça travaille, que ça heurte, même ; il faut prendre le risque d’affronter ses propres préjugés. » (Source : www.leblogtvnews.com)

« J’avais le désir de raconter une histoire d’amour qui traite des sentiments comme d’un combat et dans la plus extrême simplicité » (Source : www.lefigaro.fr)

« Il ne s’agit pas d’un film sur les homosexuelles mais sur deux êtres qui s’aiment et qui prennent le risque d’aller jusqu’au bout de leur passion. À aucun moment, je ne porte de jugement moral sur leur comportement. J’ai voulu filmer avec le plus d’honnêteté possible. » (Source : www.lefigaro.fr)

« L’histoire qui se tisse entre ces deux personnes est une histoire d’âme à âme. Le corps est éventuellement un obstacle qu’il faut surmonter. Ce qui est important, c’est le courage d’écouter ce qui vibre au fond de soi, malgré ce que votre éducation a pu formater, malgré ce que la société a pu formater. Il y a cette idée que le choix de l’objet aimé vous tombe dessus, que l’amour vous tombe dessus. » (Source : www.telesatellite.com)

« C’est un film qui traite de deux femmes qui s’aiment, mais ce n’est pas un film sur l’homosexualité, poursuit-il. Ce n’est pas un film militant, car le but n’est pas un discours sur la tolérance. Pour les personnages, il s’agit d’un choix individuel » (Source : www.telesatellite.com)

MIREILLE PERRIER : MARION

« [Un tournage] complexe, sous tension, rapide, sur un sujet risqué, mais crédible. A tout moment, on peut se faire cueillir par les sentiments. On peut aussi se vider dans des vies où il n’y a pas l’essentiel » (Source : www.lalibre.be)

« J’aime les risques et je n’ai pas eu peur de me lancer dans ce rôle. D’autant qu’en lisant le scénario je me suis tout de suite rendu compte que le sujet était abordé avec beaucoup de pudeur et de délicatesse, explique la comédienne. J’ai aimé cette façon qu’a Marion de remettre en question sa vie, ses rapports avec sa fille. » (Source : www.lefigaro.fr)

« Ce n’est pas évident de jouer un désir amoureux vis-à-vis d’une femme. Rachida et moi, on était comme deux ados avant de s’embrasser, on ricanait bêtement. De plus, on tournait dans une tension permanente. » (Source : www.lefigaro.fr)

RACHIDA BRAKNI : CLAUDE

« Ce film est aussi une interrogation sur le sens du sacrifice, en ce qui concerne Marion et sa fille, sur le don de soi, qui n’est pas forcément salvateur pour les autres » (Source : www.lalibre.be)

DOMINIQUE GARNIER : SCENARISTE

« C’est l’histoire toute simple d’une femme de cinquante ans, Marion, qui a le courage, sur un coup de tête, de quitter l’homme avec qui elle vit depuis plus de vingt ans parce que l’usure a eu raison de leur amour et de leur désir.

La surprise, c’est qu’elle découvre, au mi temps de sa vie, qu’elle est tombée amoureuse, sans se l’avouer d’abord, d’une femme… Elle qui n’a aimé que les hommes jusque-là. Elle n’est pas brusquement, comme par enchantement, devenue homosexuelle, non, elle s’est éprise de cet être humain-là, de cette femme-là.

D’abord, elle va jouer avec cette idée, elle va fantasmer en secret, persuadée que jamais elle ne passera à l’acte. Elle se connaît bien : elle a une vie tranquille et n’est pas une aventurière du sexe… Mais c’est sans compter avec la personnalité troublante de Claude, son amie, qui va pulvériser ses certitudes.

La seconde surprise est que Claude, sur laquelle, mine de rien, elle essaie sa séduction et qu’elle croit farouchement hétérosexuelle (donc sans danger pour elle) parce qu’elle a pu constater à quel point elle plaisait aux hommes, aime en réalité les femmes. Elle les aime charnellement, sensuellement et refuse ce flirt maladroit qui ne mène à rien. L’amour, c’est mental, c’est érotique, c’est aussi physique. C’est se donner corps et âme quel que soit le sexe de l’autre partenaire. Or Claude ne veut plus donner ni recevoir. Elle ne veut plus aimer.

La Surprise est donc le chemin que ces deux femmes vont faire pour aller à la rencontre l’une de l’autre. Pour accepter le trouble, le séisme, pourrait-on dire, que chacune provoque en l’autre. Accepter cet amour sans culpabilité. Accepter aussi, en découvrant l’autre, de se découvrir soi-même, si différente. C’est l’histoire d’une initiation, d’autant moins facile, qu’elle arrive sur le tard. » (Source : www.leblogtvnews.com)

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre