Pièce Montée

Le vilain petit canard de la famille rencontre une lesbienne qui ne la laisse pas indifférente

Année de Production : 2010

Date de Sortie : 10 Mars 2010

Réalisation : Denys Granier-Deferre

Scénario : Denys Granier-Deferre,Jérôme Soubeyrand d’après le roman de Blandine Le Callet

Avec : Jérémie Renier (Vincent), Clémence Poésy (Bérengère), Danielle Darrieux (Madeleine), Jean-Pierre Marielle (Victor), Christophe Alévêque (Alexandre), Aurore Clément (Catherine), Julie Depardieu (Marie), Léa Drucker (Hélène), Hélène Fillières (Agnès), Julie Gayet (Laurence), Dominique Lavanant (La mère de Vincent), Louise Monot (Nathalie)

Nationalité : Française

Genre : Comédie

Durée : 1h 33min.

Titre Original : Pièce Montée

Pièce Montée : Résumé

Aujourd’hui c’est le grand jour. Bérengère et Vincent, deux trentenaires de bonne famille, se marient. Ils ont décidé de faire cela dans le respect des traditions de la petite bourgeoisie. Et, comme le veut la coutume, ils se réunissent à la campagne par une magnifique journée de printemps, pour fêter cet évènement.

Mais un mariage c’est aussi l’occasion de voir ressurgir les difficultés et les vérités de tous les invités présents. Et contre toute attente, c’est du prêtre qui officie la cérémonie et de la grand-mère de Bérengère que va surgir la plus surprenante des déclarations…

Aujourd’hui c’est le grand jour. Bérengère et Vincent, deux trentenaires de bonne famille, se marient. Ils ont décidé de faire cela dans le respect des traditions de la petite bourgeoisie. Et, comme le veut la coutume, ils se réunissent à la campagne par une magnifique journée de printemps, pour fêter cet évènement. Mais un mariage c’est aussi l’occasion de voir ressurgir les difficultés et les vérités de tous les invités présents. Et contre toute attente, c’est du prêtre qui officie la cérémonie et de la grand-mère de Bérengère que va surgir la plus surprenante des déclarations…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Bof.

Note des lectrices : Soyez la première !
31

Pièce Montée c’est une histoire de mariage. Un mariage qui sert de prétexte pour parler d’amour et de relations humaines. Les petites histoires de famille, avec les enfants qu’on légitime, ceux qu’on dénigre (il y a l’exemple de la fille parfaite et de la fille considérée comme le vilain petit canard) et ceux qu’on ne veut surtout pas voir parce qu’ils dérangent sur la photo (je pense notamment à la petite fille trisomique). Mais c’est aussi l’occasion de parler d’amour. Et l’amour entre Vincent et Bérengère, même si on le pense sincère, n’est rien en comparaison de celui que se portent Madeleine et Victor.

La réalisation est sans surprise mais efficace. Le scénario, très convenu, nous ressort tous les gags que l’on connaît déjà (combien de pièces montées a-t-on déjà vues s’écrouler dans les films ?) et ne nous surprend jamais. Et pourtant, les acteurs sont très sympathiques et tentent de rendre leurs personnages plus profonds et intéressants qu’ils ne le sont en réalité. Les seconds rôles ne sont pas gâtés tellement ils sont parfois caricaturaux, je pense notamment au beauf de première incarné par Christophe Alévêque. Oui, mais en contrepartie, d’autres sont juste parfaits et attendrissants, Sophie et Lucie en tête.

Le plus marquant et tout l’intérêt de l’histoire reste à mon sens la magnifique histoire d’amour entre Madeleine et Victor, éblouissants Danielle Darrieux et Jean-Pierre Marielle. On sourit, on s’amuse et on s’attendrit devant la beauté de leurs personnages et leurs incroyables interprétations. Jean-Pierre Marielle parlant à Dieu, ça vaut vraiment le coup d’oeil. Et Danielle Darrieux engueulant Charlotte de Turckheim c’est hilarant. Le film est à voir rien que pour eux je pense.

Concernant l’aspect lesbien, il est assez présent ce qui est plutôt surprenant dans un film grand public. Je souligne la prise de position que je juge assez révolutionnaire dans un long-métrage français. On a un couple qui se sépare et un couple qui se retrouve. On a un amour qui disparaît et un amour qui se crée. L’amour qui apparait, naît entre deux femmes interprétées par Hélène Fillières et Julie Depardieu. Bon, on comprend tout de suite qu’Agnès est lesbienne. Elle est en tailleur blanc (et on lui fait remarquer qu’à un mariage seule la mariée a le droit d’être en blanc) et elle n’arrête pas de dévisager Marie au point où on se dit que cette dernière est vraiment aveugle. Marie, c’est le clown de la famille, le vilain petit canard, la femme incomprise qui préfère tenter de sauver le monde (elle travaille dans la lutte contre le cancer) plutôt que de se satisfaire du côté bourgeois de sa famille.

Bref, toutes les deux se rencontrent, s’entendent à merveille comme le montrent tous les passages où on les voit ensemble. Finalement Agnès invite Marie à danser après que celle-ci ait dit non à un homme. Et là elles s’embrassent. Je vais faire ma chieuse parce que j’ai le droit. Ce baiser il est un peu trop… excessif et faux. Pour un premier baiser, en public et en plein mariage, c’est too much et pas crédible. C’est tout.

En tout cas au niveau de la représentation lesbienne, difficile de faire plus banal. Pour ça et le couple Marielle/Darrieux, je vous recommande ce long-métrage.

Pièce Montée : Critiques Presse et Récompenses

« (…) un buffet d’excellents Comédiens qui donnent envie de dire oui à cette Comédie sur un mariage mouvementé. » Caroline Vié (20 Minutes)

« Un divertissement total. » Gilles Botineau (Excessif)

« Un casting de haute volée où l’on brasse à pleines mains des familles d’acteurs qui ne se rencontrent pas si souvent ; un scénario pourvu d’un vrai fil rouge dans ces noces blanches ; et cerise sur la pièce montée, Danielle Darrieux et Jean-Pierre Marielle aussi épatants qu’émouvants. » Pierre Vavasseur (Le Parisien)

« Le film de Denys Granier-Deferre est finalement plus plombant que déridant, plus tendre et profond qu’il n’y paraît (…) ça reste un poil trop chou à notre goût. » Eric Coubard (Brazil)

« (…) une Comédie enlevée à la distribution impeccable. » Corinne Renou-Nativel (La Croix)

« C’est parfois un peu appliqué mais le ton général, entre tendre et cinglant, est hautement appréciable. » Jean-Pierre Lacomme (Le Journal du Dimanche)

« En fait de pièce montée, on croque plutôt dans un pouding, sans y voir rien de péjoratif. (…) Un générique contrasté a été sollicité pour donner de la couleur et de la saveur à la dégustation. » La rédaction (Ouest France)

« Surprise: cette Pièce montée ne retombe pas comme un soufflé, portée par des dialogues où le noir le dispute au grinçant. » François Cardinali (Première)

« (…) au cinéma, les Comédies orchestrées autour du mariage répondent à des règles que Denys Granier-Deferre se garde de bousculer. Il y ajoute un sens du rythme manifeste, et un plaisir de direction d’acteurs évident. Jean-Pierre Marielle et Danielle Darrieux sont irrésistibles. » Xavier Leherpeur (TéléCinéObs)

« Denys Granier-Deferre (…) s’en sort, essayant de donner du mouvement aux allées et venues, de zigzaguer plus ou moins élégamment entre les convives. » Pierre Murat (Télérama)

« Un gâteau indigeste dans lequel alternent crème dégoulinante trop sucrée et sketches familiaux trop attendus. » Sarah Elkaïm (Critikat.com)

« Le portrait d’une famille bourgeoise, qui épouse les valeurs bourgeoises : mise en scène de bonne tenue, ironie sage et romantisme conventionnel. » Colette Monsat, Hugo de Saint-Phalle (Le Figaroscope)

« Tout cela, qui est plutôt tendre et sympathique, ne tient malheureusement pas la route (…). » Jacques Mandelbaum (Le Monde)

« Le produit aurait peut-être bénéficié d’un meilleur soin (ici l’image est hideuse), et le lissage des situations et des caractères n’aurait guère été plus convenu. » Jean-Marc Lalanne (Les Inrockuptibles)

« On ne tarde guère à deviner tous les ressorts de cette intrigue tant elle est mise en spectacle avec complaisance (…). » Alain Masson (Positif)

« Dommage que l’humour tendre de Granier-Deferre (…) vampirise sa causticité, qu’on aurait voulue plus mordante. » Viviane Pescheux (Télé 7 Jours)

Pièce Montée : Extraits

MÈRE DE MARIE : Ah Marie ! Mon Dieu mais qu’est-ce que c’est que cet cette horreur à plumes ?
MARIE : Vous voulez dire que vous n’aimez pas mon chapeau ?
MÈRE DE MARIE : Mais ma chérie je t’adore mais on dirait que plus tu fais d’efforts moins c’est réussi. Enfin maintenant qu’il est sur ta tête on ne va pas en faire toute une histoire.
PÈRE DE MARIE : Bonjour ma chérie, tu as mauvaise mine. Tu es malade ?
MARIE : Non, ça va. Je travaille beaucoup en ce moment mais…
PÈRE DE MARIE : Ma fille s’épuise à dépiauter des batraciens pour trouver le vaccin du cancer et elle en a apporté un dans son chapeau et l’arrosoir pour le faire boire.
MÈRE DE MARIE : Ma chérie, je t’en prie va t’arranger, on voit ta culotte !

SOPHIE : Si vous voulez on peut prendre votre passager, on a loué une voiture à Roissy.
MARIE : Ah c’est vous qui vivez en Écosse avec le frère de Vincent ? Enchantée. Je suis Marie, la sœur de Bérengère. Vous avez dû entendre parler de moi, le vilain petit canard…
SOPHIE : Ah oui ! Enchantée, moi c’est Sophie. Je voulais vous dire il est magnifique ce chapeau et ce sac c’est très original. Un peu de fantaisie ça peut pas nous faire de mal, non ? Vous vous connaissez ? Agnès, la sœur de Vincent. Marie, la sœur de Bérengère.
MARIE : Enchantée.
AGNÈS : Enchantée. J’aime beaucoup votre chapeau.
MARIE : Je crois que je vais changer de famille. Dans la mienne, ils le trouvent ridicule.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre