Caramel

Un film féminin débordant de sensualité

Année de Production : 2007

Date de Sortie : 15 Août 2007

Réalisation : Nadine Labaki

Scénario : Nadine Labaki

Avec : Nadine Labaki (Layale), Yasmine Elmasri (Nisrine), Sihame Haddad (Rose), Joanna Mkarzel (Rima), Aziza Semaan (Lili), Gisèle Aouad (Jamale)

Nationalité : Libanaise

Genre : Drame

Durée : 1h 35min.

Titre Original : Sukkar banat

Caramel : Résumé

À Beyrouth, dans un institut de beauté, les destins de plusieurs femmes se croisent et se mélangent. Dans ce lieu de paix et de confidences, plusieurs générations se rencontrent, se parlent et se confient.
Layale, la spécialiste de l’épilation au caramel est la maîtresse d’un homme marié. Elle vit en attendant les coups de klaxon qui annoncent la présence de celui-ci et espère toujours qu’il va quitter sa femme et sa fille pour elle.
Nisrine est une jeune musulmane qui va bientôt se marier. Alors que toutes ses amies et sa famille se réjouissent, cette dernière angoisse de plus en plus. En effet, elle n’est plus vierge et elle redoute la réaction de son fiancé qui n’est pas au courant.
Rima, bricoleuse et coiffeuse préfère les femmes. Elle ne sait comment réagir face à cette réalité et est terriblement troublée par une nouvelle cliente qui vient se faire coiffer toutes les semaines.
Jamale, mère de deux enfants et divorcée, est obsédée par son âge et son physique. Refusant de vieillir elle est prête à toutes les supercheries pour faire croire qu’elle est encore jeune.
Rose, la couturière d’à côté a sacrifié sa vie pour s’occuper de sa sœur. Aujourd’hui, un homme arrive dans son échoppe et la séduit. Pourra-t-elle vivre cette histoire ?

À Beyrouth, dans un institut de beauté, les destins de plusieurs femmes se croisent et se mélangent. Dans ce lieu de paix et de confidences, plusieurs générations se rencontrent, se parlent et se confient. Layale, la spécialiste de l’épilation au caramel est la maîtresse d’un homme marié. Elle vit en attendant les coups de klaxon qui annoncent la présence de celui-ci et espère toujours qu’il va quitter sa femme et sa fille pour elle. Nisrine est une jeune musulmane qui va bientôt se marier. Alors que toutes ses amies et sa famille se réjouissent, cette dernière angoisse de plus en…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Le lesbianisme sous-entendu.

Note des lectrices : 0.9 ( 1 votes)
52

Caramel est un film sublime. Il dégage une sensualité et une grâce qui sont terriblement envoûtantes. Il y a une atmosphère particulière qui reste même une fois le long-métrage achevé. La plus grande réussite tient à mon avis au fait que la question technique de la réalisation s’efface pour suivre un groupe d’actrices d’une force et d’un talent incroyables.

L’autre force du film réside dans sa capacité à alterner les scènes dures avec d’autres, beaucoup plus drôles. L’équilibre est maintenu du début à la fin et donne le sentiment au spectateur d’être un équilibriste marchant sur un fil ténu entre drame et légèreté.

L’écriture des personnages est vraiment fouillée mais, contre toute attente, ces derniers ne dévoilent pas tout. Ils sont réels. Ils se livrent un peu, à un moment donné pour ensuite s’éloigner et se refermer sur eux-mêmes avant de revenir… La pudeur qui plane sur Caramel permet d’apprécier encore plus ces femmes qui se dévoilent devant nous.

Il est bien évidemment question d’homosexualité féminine sinon jamais ce long-métrage ne se serait retrouvé ici. Mais il est question de l’attirance d’une femme pour une autre femme comme il est question d’adultère ou de perte de virginité. Les images se succèdent, les visages changent, les regards s’éclairent mais les paroles ne révèlent rien. On voit, on surprend, on apprécie.

Jamais un shampooing n’a été aussi sensuel et tendre. Jamais l’entrée d’une cliente dans un institut de beauté n’a été aussi attendue ou n’a révélé un tel bonheur. Jamais un sourire n’a été plus éclatant, une coupure d’électricité plus ennuyeuse, une absence d’eau chaude plus anecdotique. C’est doux, c’est chaud, c’est romantique et fort. Et c’est tellement visible que tout le monde le voit. Les collègues de Rima ne sont pas dupes et pourtant ne disent rien.

D’autres histoires m’ont touchée. Notamment celle de Jamale que j’ai trouvé terriblement forte et universelle. Ce refus de vieillir est terrible. Et celle de Rose qui a sacrifié sa vie pour faire ce qui était bien. Elle n’a jamais vécu mais si elle avait fait autrement, se serait-elle aimée ?

Un très beau film, à voir et à posséder. La scénariste, réalisatrice et actrice principale Nadine Labaki est une femme à suivre.

Caramel : Critiques Presse et Récompenses

 « Sensible et drôle; Caramel (…) nous fait fondre ! » Marie-Françoise Colombani (Elle)

 « Le contexte politique, comme les pressions sociales ou les contraintes religieuses, ne pouvaient être balayés, mais ces éléments de dramaturgie ne sont traités qu’en filigrane, pour conserver à l’ensemble une tonalité douce-amère qui pourrait aussi être celle d’un caramel que l’on déguste avec une tranquille gourmandise. » La Rédaction (Ouest France)

 « La réalisation s’efface devant l’interprétation énergique des Comédiennes, qui font que ce Caramel est, tour à tour, sucré… et amer. » Alain Spira (Paris Match)

 « Il ne faut (…) pas bouder son plaisir devant ce Caramel, première oeuvre terriblement séduisante et dont la petite musique s’impose durablement dans nos esprits pourtant gavés d’images. » Virgile Dumez (aVoir-aLire.com)

 « Une ode à la solidarité féminine (…) C’est la subtilité de son discours qui permet à la cinéaste de familiariser le spectateur avec la vie de ses protagonistes. » Caroline Vié (20 Minutes)

 « Il y a quelque chose de léger, de sensuel et de sensible dans ce Vénus beauté institut à la libanaise (…) ce film est terriblement attachant. » Hubert Lizé (Le Parisien)

 « Une Comédie extravertie sur la société libanaise, joyeusement enrobée d’impertinence. » Philippe Azoury (Libération)

 « La photographie est superbe, et joue à merveille avec les couleurs. Les rôles sont parfaitement attribués (…) Caramel est une gourmandise à s’en pourlécher les doigts (…) un vrai plaisir des sens. » Eric Coubard (Brazil)

 « Recette éprouvée d’un cinéma qui est encore autre chose que le récit de son tournage, ou de sa réception mouvementée : le tableau consensuel du public qu’il entend rassembler. » Emmanuel Burdeau (Cahiers du Cinéma)

 « (…) cette Comédie pleine de charme et de finesse esquisse aussi le dessin d’un Liban en pleine mutation, où le rôle et la place des femmes changent. » Juliette Bénabent (Télérama)

 « Il y a (…) de l’Almodovar dans l’univers très coloré du salon, ces portraits de femmes à la fois fortes et fragiles (…) Un caramel d’une jolie douceur. » Barbara Théate (Le Journal du Dimanche)

 « (…) les meilleurs moments de Caramel (…) démontrent avec élégance que la cinéaste sait capter les grands tout dans les (faux) petits rien. Inégal, soit, mais prometteur. » Olivier De Bruyn (Première)

 « (…) pas de grandes surprises thématiques dans Caramel. En revanche, il est fait d’une grâce terriblement envoûtante (…) » Emmanuelle Spadacenta (Score)

 « Une Comédie dramatique plutôt efficace et légère, mais qui risque de s’oublier assez rapidement, de par son manque de réelle profondeur. » Aurélien Allin (MCinéma.com)

« D’un côté, (…) un éloge de la futilité qui lorgne vers les Sex and the City et consorts. De l’autre, l’ambition affichée de nous livrer quatre versions de la femme libanaise moderne (…) ici affreusement stéréotypées (…) » Emily Barnett (Les Inrockuptibles)

Caramel : Extraits

NISRINE : Il reste du gâteau ?
JAMALE : Comment tu as trouvé cet endroit ?
NISRINE : Tais-toi s’il te plaît  !
JAMALE : C’est déprimant cet hôtel. (Nisrine marche sur un ballon qui éclate) Sainte Marie.
LAYALE : Pourquoi vous faites des têtes d’enterrement ?
JAMALE : Est-ce que tu as vu la tienne ?
LAYALE : Qu’est-ce que tu as fait à ton visage ?
JAMALE : Seulement quelques retouches.
LAYALE : Des retouches… Depuis ce matin, comme une imbécile, j’ai nettoyé la chambre de fond en comble. J’ai même failli shampooiner la maquette et j’ai même… même supporté que le concierge croit que je suis qu’une pute ! Tout ça pour qu’il m’appelle pas. Il m’a envoyé un message pour dire qu’il n’arrivait pas à échapper à sa femme. Le plus dur dans cette histoire c’est que je me trouve si idiote ! J’ai une existence qui est dominée par un coup de klaxon ! Un stupide klaxon.
JAMALE : De quel klaxon elle parle ?

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre