Docteur T Et Les Femmes

Ce n'est pas parce que l'on est gynécologue que l'on comprend les femmes

Année de Production : 2000

Date de Sortie : 03 Janvier 2001

Réalisation : Robert Altman

Scénario : Anne Rapp

Avec : Docteur Sullivan Travis (Richard Gere), Helen Hunt (Bree), Farrah Fawcett (Kate), Laura Dern (Peggy), Shelley Long (Carolyn), Tara Reid (Connie), Kate Hudson (DeeDee), Liv Tyler (Marilyn), Robert Hays (Harlan), Matt Malloy (Bill), Andy Richter (Eli), Lee Grant (docteur Harper), Janine Turner (Dorothy), Holly Pellham-Davis (Joanne)

Nationalité : Américaine, Allemande

Genre : Comédie, Drame

Durée : 2h 03min.

Titre Original : Dr T and the women

Docteur T Et Les Femmes : Résumé

Le Docteur Travis Sullivan, baptisé « Dr T » par sa clientèle, est un gynécologue réputé. Il est le préféré des dames de la haute bourgeoisie de Dallas. Grâce à ses qualités humaines, son sens de l’écoute, sa disponibilité, sa discrétion et son élégance, il a fidélisé ces femmes qui ne font que louer son élégance naturelle. Le cabinet du « Dr T » ne désemplit d’ailleurs pas malgré tous les efforts de son assistante, Caroline, amoureuse de lui en secret.

Mais le Dr T ne gère pas aussi bien sa vie privée que sa vie professionnelle. Sa femme Kate, atteinte d’un trouble psychiatrique qui la fait retomber en enfance, doit être hospitalisée. Sa fille, DeeDee, doit se marier dans une semaine mais elle semble plus attirée par sa demoiselle d’honneur que par son fiancé. Sa belle-soeur Peggy, alcoolique et que son mari vient de quitter, s’installe chez lui avec ses trois filles. Et enfin, son autre fille, Connie, lui avoue que DeeDee et Marilyn entretiennent une liaison.

Afin d’échapper à toutes ces femmes qui l’entourent et pour fuir tous ses problèmes, le Dr T se réfugie dans son club de golf. Là, il rencontre Bree, une jeune et séduisante professeur de golf qui ne le laisse pas indifférent.

Le Docteur Travis Sullivan, baptisé « Dr T » par sa clientèle, est un gynécologue réputé. Il est le préféré des dames de la haute bourgeoisie de Dallas. Grâce à ses qualités humaines, son sens de l'écoute, sa disponibilité, sa discrétion et son élégance, il a fidélisé ces femmes qui ne font que louer son élégance naturelle. Le cabinet du « Dr T » ne désemplit d'ailleurs pas malgré tous les efforts de son assistante, Caroline, amoureuse de lui en secret. Mais le Dr T ne gère pas aussi bien sa vie privée que sa vie professionnelle. Sa femme Kate, atteinte d'un trouble psychiatrique…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : La fille était lesbienne...

Note des lectrices : Soyez la première !
30

Un film machiste et misogyne qui à la fin de son visionnage vous fait détester la gente féminine. Une satire ratée, une absence totale de scénario et des dialogues à rallonge qui semblent avant tout destinés à boucher les blancs. Ici, les femmes sont folles, possessives, intéressées, indécises, dominatrices, castratrices, égoïstes, hypocrites et terriblement bavardes.

DeeDee, la fille aînée du Docteur T, va se marier. Elle a quitté Houston et est revenue à Dallas dans ce but. Elle demande à Marilyn, sa meilleure amie, d’être sa demoiselle d’honneur. Sa petite soeur, Connie, trouve qu’il ne s’agit pas d’une excellente idée compte tenu du fait que DeeDee et Marilyn ont eu une liaison. Mais DeeDee refuse d’entendre quoi que ce soit. Les deux jeunes femmes apparaissent très proches et toujours amoureuses l’une de l’autre. Et le jour du mariage, DeeDee se précipite vers Marilyn, l’embrasse et se sauve avec elle.

Il fallait tout représenter pour caricaturer la haute bourgeoisie. Le couple lesbien s’imposait donc. Mais au vu des autres personnages et autres relations, la liaison entre Marilyn et DeeDee apparaît fraîche, douce et sincère. Elles se sont aimées mais DeeDee a choisi de revenir dans le droit chemin et de se marier. Seulement en revoyant Marilyn, elle réalise qu’elle est toujours amoureuse de celle-ci. Certainement le couple le plus sincère et le plus crédible du film.

Un long-métrage ennuyeux et raté. Robert Altman nous avait habitués à bien mieux. La question principale reste, comment des actrices aussi talentueuses ont-elles pu se fourvoyer à ce point ?

Docteur T Et Les Femmes : Critiques Presse et Récompenses

« Alors qu’on pouvait redouter que Robert Altman ne sombre dans les écueils de la blague pachydermique et du machisme aigre, Docteur T ne cesse de surprendre, d’emprunter des bifurcations inattendues, de stimuler l’oeil et l’esprit. » Olivier De Bruyn (Le Point)

«  (…) ce portrait acide de la haute société du Sud est surtout une lettre d’amour aux femmes et aux actrices, une saga au féminin pluriel dans la lignée du Women de Cukor. » Michel Rebichon (Studio Magazine)

« Rien d’outré ni de superficiel dans la façon de raconter les choses. On sent passer un grand souffle de vérité. Altman, en dépit de son tempérament satirique, reste fondamentalement un optimiste. » Claude Baignères (Le Figaro)

«  (…) Dr T et les femmes révèle une nouvelle fois l’art d’Altman pour les mises en situation drôles et décalées (…) » Elysabeth François (Chronic’art.com)

« L’Altman de ce nouveau millénaire est un excellent cru. » Olivier Salvano (MCinéma.com)

« Comme les vins, la qualité des films de Robert Altman varie selon les années. Cette fois-ci, il s’agit d’une bonne Comédie de moeurs où le cinéaste américain sait exceller. » Alain Grasset (Le Parisien)

« Ne cherchez surtout pas dans ce film l’Altman humaniste de Nashville ou de Short Cuts. C’est Altman le féroce qui est aux commandes. (…) Et c’est ce que rend palpable sa mise en scène précise, brillante et caustique (…) » Pierre Murat (Télérama)

« Altman, dans la même excellente forme que pour son Cookie’s Fortune, orchestre sa partition formelle comme aux plus belles heures. Mieux, l’intensité du film ne cesse de croître (…) » Olivier De Bruyn (Première)

« Dans ce film, Robert Altman retrouve le mordant et l’acuité cynique de Short Cuts et The Player et nous fait oublier ses récents demi-succès Il offre à Richard Gere un des meilleurs rôles de sa carrière. » Sacha Reins (Elle)

« (…) Il est certain que Dr. T et les femmes marque le retour d’un cinéaste aussi puissant que cyniquement malicieux. Indispensable, donc. » n.c. (Elle)

« Misogyne ? Assurément. Sarcastique, aussi. Altman parle “d’une lettre d’amour aux femmes du Texas”. Bob ne caresse jamais dans le sens du poil. Qu’il soit roux, blond ou brun. » Laurent Djian (FHM)

« Certains films s’offrent des préciosités de chroniques pipole. Tout le monde lit les chroniques pipole. Le film d’Altman en est une, dérisoire et délicieuse. » Jean-Pierre Dufreigne (L’Express)

«  Dr T et les femmes est pour un quart névrosé, pour un autre quart désopilant, pour un troisième quart fouillis, et pour le dernier quart mélancolique. Un patchwork comique au final, même si le film traîne parfois en longueur. » Anthony Duffraisse (Fluctuat.net)

« Le jeu de massacre est vif, alerte, cinglant et sanglant. » Christian Viviani (Positif)

« Les fans du grand Bob le compareront à Cukor, pour un (soi-disant, ici) amour des femmes et des actrices, et loueront son oeil toujours acerbe. Désolé, on n’y arrive pas. » Jean-Philippe Tessé (Urbuz)

« (…) on a rarement vu Altman faire preuve d’une telle misogynie. Reste que cette Comédie plutôt farce n’en est pas moins une satire réjouissante de la bourgeoisie du Sud et qu’un Altman en petite forme reste un Altman quand même. » Françoise Maupin (Le Figaroscope)

« Depuis The Player, Robert Altman semble avoir du mal à maîtriser ses films, et Docteur T est très fouillis. Heureusement, Richard Gere est parfait en homme au bord de la crise de nerfs (…). »Barbara Théate (Le Journal du Cinéma)

« (…) une fable sentencieuse et misogyne (…) » Sylvie Lachat (MCinéma.com)

« Une déclaration d’amour aux femmes bien peu convaincante. Voire malsaine sur les bords. » Laurent Cotillon (Ciné Live)

« (…) une lourde caricature et donne le sentiment nauséeux d’avoir jeté un coup d’oeil dans un kaléidoscope gonzo. » Delphine Valloire (Repérages)

« (…) un film misogyne et irritant. » Thomas Sotinel (Le Monde)

« (…) un film d’une misogynie absolument effrénée. » Didier Péron (Libération)

Docteur T Et Les Femmes : Extraits

MARILYN  : On est bien là.
DEEDEE  : T’as pas froid ?
MARILYN  : Non, ça va.
DEEDEE  : C’est vrai ?
MARILYN  : Tu as froid ?
DEEDEE  : Un peu. Si on reste assez longtemps ici, on pourra voir la dame du lac.
MARILYN  : Qui c’est ?
DEEDEE  : Tu ne connais pas la dame du lac ?
MARILYN  : Non.
DEEDEE  : C’est une légende très célèbre.
MARILYN  : Ah oui ?
DEEDEE  : Voilà, il y avait une femme… dans un déshabillé vaporeux, très exotique.
MARILYN  : Ahhh (elle rit)
DEEDEE  : Elle s’est noyée. Non, je suis sérieuse. Elle s’est noyée parce qu’on lui avait brisé le coeur.
MARILYN  : Ah oui ?
DEEDEE  : Et elle apparaît aux couples qui s’installent au bord du lac et qui sont vraiment très amoureux. Et elle lance des appels au secours ou bien elle pousse des cris bouleversants de tristesse, tu vois. Et moi, je crois que c’est vrai, cette histoire. Beaucoup de gens croient que c’est vrai.
MARILYN  : Moi aussi, j’y crois.

CONNIE  : Papa, tu peux pas laisser DeeDee se marier.
DOCTEUR T  : Pourquoi ? Bart est un très gentil garçon. Il adore DeeDee, je ne peux pas imaginer qu’il ne fera pas un excellent mari. À moins qu’il y ait quelque chose que j’ignore à son propos.
CONNIE  : Non, mais il y a quelque chose que tu ignores à propos de DeeDee et qu’il faut que tu saches.
DOCTEUR T  : Ah oui, quoi ?
CONNIE  : Elle est lesbienne.
DOCTEUR T  : Ahh. (il rit). Quoi ?
CONNIE  : Papa, tu peux me croire, c’est vrai. J’aurais préféré que quelqu’un d’autre t’annonce la nouvelle, c’est vraiment dur, mais cette fille qui vient de Houston, cette soi-disant demoiselle d’honneur, Marilyn, j’ai jamais imaginé que j’aurai à dire une chose pareille, papa. Écoute, tu te rappelle, quand DeeDee était à Houston, avant qu’elle revienne pour s’inscrire ici, à l’université, elle et Marilyn, elles ont… enfin, il y a eu… quelque chose.
DOCTEUR T  : Tu es sûre de ce que tu dis ?
CONNIE  : Oui, absolument. Tu te rappelles, l’an dernier, j’ai fait une visite surprise à DeeDee pour son anniversaire. Eh bien ça a été une surprise pour elle et une surprise pour nous trois. J’en ai pas parlé à l’époque parce que j’ai pensé que c’était une sorte d’expérience qu’elle faisait, quelque chose qu’elle voulait essayer et qu’elle allait faire une ou deux fois et que ça n’avait pas d’importance, tu vois, que c’était un truc d’étudiante ou quelque chose comme ça. Mais cette fille, Marilyn, elle est venue plusieurs fois ici pour les essayages et je peux t’assurer une chose, papa, c’est que c’est loin d’être fini entre elles.
DOCTEUR T  : Connie, je ne sais pas quoi dire.
CONNIE  : Je suis désolée papa, je suis désolée parce que je sais que tu as assez de soucis en ce moment avec maman et Peggy qui est revenue s’installer chez toi avec ses gosses.
CAROLYN  : Docteur T, les pouliches commencent à piaffer.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre