Jeux De Mains, Une Enquête De Donald Strachey

Un détective privé gay enquête sur un couple de lesbiennes vieillisantes

Année de Production : 2008

Réalisation : Ron Oliver

Scénario : Gillian Horvath, Ron McGee

Avec : Chad Allen (Donald Strachey), Sebastian Spence (Tim Callahan), Margot Kidder (Dorothy), Gabrielle Rose (Edith), Nelson Wong (Kenny Kwon), Daryl Shuttleworth (Detective Bailey), Damon Runyan (Andrew McWhirter), Lori Ann Triolo (Gina Santer), William MacDonald (Jonas Baskin), Barclay Hope (Carl Deems), Kerry James (Joey Deems)

Nationalité : Américaine

Genre : Action, Policier & Thriller

Durée : 1h 25min.

Titre Original : On the Other Hand, Death - Donald Strachey

Jeux De Mains, Une Enquête De Donald Strachey : Résumé

Donald Strachey, Don pour les intimes est un détective privé qui a monté sa propre agence. Alors qu’il file une femme car son mari craint qu’elle ne le trompe, il se fait soudain arrêter. La femme en question est policière et travaille sous couverture. Un premier problème à régler.

Un second problème s’impose bientôt à lui. Son compagnon, Tim, est appelé par son ex pour soutenir un couple de lesbiennes, Dorothy et Edith victimes de discrimination. Conseillère d’éducation dans un lycée, Dorothy qui a récemment révélé son homosexualité risque d’être renvoyée car elle aurait une mauvaise influence sur les jeunes. Et loin d’en rester là, les habitants vandalisent son domicile et la menace pour qu’elle quitte la ville. Devant l’insistance de Dorothy pour rester, Don accepte d’enquêter et de découvrir qui mène cette campagne de harcèlement contre elle.

Les pistes sont nombreuses et plus Donald découvre des informations plus l’enquête se complique. Et si les deux histoires étaient mêlées ?

Donald Strachey, Don pour les intimes est un détective privé qui a monté sa propre agence. Alors qu’il file une femme car son mari craint qu’elle ne le trompe, il se fait soudain arrêter. La femme en question est policière et travaille sous couverture. Un premier problème à régler. Un second problème s’impose bientôt à lui. Son compagnon, Tim, est appelé par son ex pour soutenir un couple de lesbiennes, Dorothy et Edith victimes de discrimination. Conseillère d’éducation dans un lycée, Dorothy qui a récemment révélé son homosexualité risque d’être renvoyée car elle aurait une mauvaise influence sur les jeunes.…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Un film LGBT pas mal du tout.

Note des lectrices : Soyez la première !
78

Donald Strachey est un détective privé imaginé par le romancier Richard Stevenson en 1981. Son premier livre, Death Trick le présente et situe le personnage qui enquête sur un meurtre intervenu dans la communauté gay. Ce personnage attire très vite le public qui plébiscite le héros. Richard Stevenson lui offre alors six autres romans, le dernier étant sorti en 1998.
Au cinéma en règle générale, on a l’habitude de voir les héros papier prendre vie et devenir des héros sur grand écran. C’est ce qu’a fait l’excellente entreprise Shavick Entertainment spécialisée dans les films LGBT. Trois romans ont pour l’instant été adaptés et sont disponibles en dvd, malheureusement sans passage par la case grand écran, juste sur les chaînes du câble gay. Même si les adaptations ne suivent pas l’ordre des romans, peu importe. Chaque épisode se suffit à lui-même et autant le reconnaître, j’ai été sous le charme de celui-ci et je compte bien m’offrir les deux autres pour Noël.

Donald Strachey est interprété par l’acteur Chad Allen dont tout le monde se souvient pour son rôle dans la série Docteur Quinn, Femme Médecin quand il était adolescent. Ce que la plupart ignore c’est que le jeune homme a bien grandi depuis. Il a fait son coming out et affiche simplement son homosexualité. Il a co-créé une compagnie de théâtre et une maison de production et il participe régulièrement à des manifestations pour les droits des personnes LGBT. Le rôle de Don lui va donc comme un gant et je dois avouer que l’acteur a une prestance, un naturel et un sourire un peu triste qui conviennent parfaitement à ce rôle.

L’histoire est complexe à souhait et je dois sincèrement avouer que je n’avais pas du tout vu venir la fin. Bien joué, je l’avoue. On sent que le réalisateur sait ce qu’il fait et qu’il n’en est pas à son premier film. L’image est sombre, l’atmosphère lourde et le peu de luminosité qui irradie est présent à cause de la neige qui tombe dans ce petit village, renforçant ce sentiment d’étouffement.

Le couple de lesbiennes représenté par Edith et Dorothy est fort et rare à la télévision. Déjà parce qu’il est âgé, ensuite parce qu’il est amoureux mais qu’il n’est pas dans la démonstration mais plutôt dans une intimité et une confiance en l’autre évidente et enfin parce qu’il n’est pas parfait. Edith et Dorothy se mentent mutuellement mais je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous gâcher l’histoire.

J’avoue, qu’au-delà de ça, j’ai craqué pour Don et Tim. Le couple est terriblement beau. Leur attitude l’un envers l’autre. La manière dont leurs dialogues et leurs regards prouvent qu’ils s’aiment et qu’ils se connaissent a quelque chose de très agréable. Au début, Don cherche des excuses pour ne pas se rendre à un repas. Tim éloigne le téléphone et le laisse parler dans le vide jusqu’à ce que Don comprenne et accepte de venir. Pareil quand Don surprend Tim et son ex. Il n’est pas particulièrement jaloux et explique à son compagnon pourquoi. Tim répond alors qu’il aimerait bien que Don soit un peu jaloux. On a quelques baisers seulement ce qui permettrait de diffuser le film sans heurter la sensibilité de certains. Le problème c’est que leur amour est évident. La magnifique déclaration d’amour de Don à Tim dans les escaliers de son bureau en est la preuve. Il dit simplement ce qu’il ressent et on comprend que toutes les femmes du bureau soient sous le charme et trouve cela romantique, ça l’est. Leur relation amoureuse est banalisée comme rarement. C’est évident qu’ils vont se retrouver chez eux, le soir.

Mon seul reproche pourrait être que, comme dans de nombreuses productions LGBT, on a tendance à tomber dans l’excès inverse c’est-à-dire à sous représenter les hétéros et à les stéréotyper un peu. En même temps, le papa qui ne veut que le bonheur de son fils, il est assez commun.

Un très beau téléfilm sorti directement en dvd en France qui mérite qu’on s’attarde dessus et qu’on se demande pourquoi on n’a pas l’équivalent en version féminine. Parce que les acteurs sont excellents, la réalisation sans faute, le scénario bien construit, les personnages riches et complexes et qu’on ne s’ennuie pas une seconde. L’homosexualité n’est pas au cœur même de l’histoire mais apparaît plutôt comme un détail, une particularité, une évidence.

Jeux De Mains, Une Enquête De Donald Strachey : Extraits

DOROTHY : Non, non. Merci Andrew mais je peux mener mes propres combats.
EDITH : Tu l’as toujours fait. Ça aurait été plus simple si tu n’avais pas toujours choisi des combats.
DOROTHY : On ne choisit pas ses combats, Edith. Ils nous choisissent. Et je n’ai aucune intention de leur tourner le dos.

ANDREW : Et Don a proposé de nous aider avec l’affaire.
DONALD : Ouais. Si vous êtes d’accord, j’aimerais vous poser quelques questions pour voir si je peux aider. Si on commençait pas Jonas Baskin. Qu’est-ce que vous pouvez me dire à son sujet ?
DOROTHY : Eh bien c’est… c’est un bigot. C’est un idiot. Je crois qu’il n’a pas la moindre idée de combien son fils est prêt à se faire sérieusement du mal. Mais, mon Dieu, je ne pense pas qu’il soit un insignifiant vandale.
DONALD : Eh bien, je ne suis pas certain que j’appellerais ça, « insignifiant ».

DONALD : Non. Tu veux savoir quel était le problème, Don ? C’est ton ami. Tu l’admires vraiment. Je peux le voir. Et il y a quelques heures de ça, je n’ai pas voulu que ça change.
TIMOTHY : Tu l’as fait pour moi ?
DONALD : Oui. Tu as ce truc ! Ce truc que j’aime qui fait que tu vois les gens comme automatiquement bons. C’est l’une des choses que j’aime le plus chez toi. Je ne l’ai pas. Et Tim, j’espère que j’ai tort. Mais je ne le sens pas. Je ne lui fais pas confiance. La seule chose dont je suis sûr c’est que je t’aime. Ok ?
TIM : Ok.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre