Nadya & Elena de Sylvie Geroux

Nadya & Elena

Titre Français : Nadya & Elena

Titre Original : Nadya & Elena

Auteur : Sylvie Geroux

Date de Sortie : 15 Avril 2013

Nationalité : Française

Genre : Roman d'Amour

Nombre de Pages : 63 pages

Éditeur : HQN

ISBN : B00CBG9ORG


Interview(s) :

Interview de de Sylvie Geroux pour le site Univers-L.com

Nadya & Elena : Quatrième de Couverture

Lorsqu’elle arrive au village olympique de Londres, Nadya n’a qu’une seule idée en tête : décrocher la médaille d’or. Rien d’autre ne compte, et rien ne la détournera de son objectif. Du moins le croit-elle. Car, un soir, après l’entraînement, elle aperçoit sur la piste la silhouette gracile d’Elena Lumiya, qui fait naître en elle un trouble intense, et la déstabilise complètement. Et lorsque, quelques jours plus tard, la belle Ukrainienne vient lui parler, un sourire éblouissant aux lèvres, Nadya a le sentiment que tout son univers bascule d’un seul coup. Mais après toutes ces années d’entraînement intensif, à mettre entre parenthèses sa vie amoureuse, ses questionnements, sa jeunesse, est-elle vraiment prête à tout remettre en cause pour une beauté blonde ?

Nadya & Elena : Avis Personnel

J’avais lu un article fort intéressant dans un magazine féminin qui disait que les lectrices (et lecteurs) ne disaient jamais qu’ils lisaient des livres Harlequin. L’auteur de l’article expliquait d’ailleurs que dès que le sujet était abordé, cette littérature sentimentale était systématiquement critiquée et moquée. Et il se demandait donc où se cachaient les centaines de milliers de lecteurs qui faisaient les beaux jours des éditions Harlequin. Parce que oui, les ventes se portent très bien. Je ne vais pas jouer les hypocrites et je l’avoue bien volontiers, entre quatorze et seize ans, j’ai dévoré des centaines de romans Harlequin achetés quelques francs (oui, je suis vieille) dans des brocantes. Je connais donc par cœur le mode de fonctionnement de ces romans.

Les années ont passé, j’ai grandi et compris que j’étais lesbienne. J’ai cessé de lire ce type de livres pour plusieurs raisons. J’avais l’impression d’avoir épuisé le genre et puis les histoires ne me touchaient plus. J’ai donc été la plus heureuse de toutes les femmes quand j’ai découvert qu’un Harlequin lesbien venait de sortir. Il était pour moi ce livre ! J’ai donc foncé sur l’occasion et je peux vous l’assurer, la mémoire de mes 14-16 ans est revenue avec une extrême facilité. Parce que soyons honnêtes tout de suite, ce livre reprend tous les codes de l’Harlequin hétérosexuel. Tous.

Nadya et Elena sont attirées et tombent sous le charme l’une de l’autre au premier regard. Elles font passionnément pardon, délicatement l’amour avec les oiseaux qui chantent et l’arc en ciel le premier soir. Puis elles s’avouent leur amour mutuel le lendemain avant de décider de vivre ensemble à tout jamais à la fin de la semaine. Je sais que c’est en temps de vie lesbienne mais quand même. C’est un peu rapide pour être crédible. En même temps on s’en fout, c’est un Harlequin !

Que dire d’autre ? L’histoire est improbable juste ce qu’il faut. Sans être mauvaise langue, les lanceuses de poids ne sont pas les athlètes les plus sexys aux Jeux Olympiques. Mais là, ça passe. On y croit, presque. Pareil sur la totale liberté dont jouissent les deux jeunes femmes. Elles n’ont jamais personnes avec elles, c’est incroyable ! L’aspect politique intervient pour permettre un dénouement tout rose tout sucre tout miel et c’est juste parfait.

Au final si vous aimez la grande littérature, passez votre chemin, vous allez détester. Par contre si de temps en temps, les doigts de pieds en éventail ou dans le sable chaud vous aimez les histoires d’amour entre deux femmes qui se dévorent en quelques heures et se terminent bien, ce roman s’inscrit dans la digne lignée des Harlequin de la collection sentimentale. Maintenant j’attends avec impatience ceux de la série blanche (pour me moquer parce que je suis infirmière et que c’est toujours absurde), la collection fantastique (des vampires lesbiens ? Des fantômes gays ? Des femmes loups garous ?) et la collection érotique…

Nadya & Elena : Extraits

“La pluie tombait maintenant comme un rideau opaque. Un éclair déchira le ciel d’un gris de plomb, juste au-dessus du stade, suivi de peu par le roulement sonore du tonnerre. Elena jeta un coup d’œil circulaire autour d’elle et déclara :
– On dirait bien que nous sommes les seules à braver la tempête. Le stade est complètement désert.
– Tout le monde est parti se mettre à l’abri. Nous ferions peut-être bien d’en faire autant, fit Nadya, un peu tendue.
C’était vraiment étrange de se retrouver seuel, au milieu de ce stade olympique, avec la fille qui hantait ses pensées depuis plusieurs jours. Et précisément dans cette position… C’était encore plus déroutant de ressentir à quel point elle n’avait pas du tout envie d’aller se mettre à l’abri.
Seigneur… Plus de trois ans passés à s’appliquer à éradiquer tout sentiment… hum… inadéquat. À éliminer tout risque, à se tenir consciencieusement à l’écart du danger. Et il avait fallu qu’elle attende ce moment précis pour se laisser aller. Et il avait fallu qu’elle tombe sur cette Ukrainienne aussi directe que charmante. Elle n’aurait pas pu flasher, au moins, sur l’une de ces Russes inaccessibles et glacées. Elles ne lui auraient jamais consenti qu’un regard méprisant, et les choses en seraient restées là. Un rêve agréable mais sans lendemain…
Nadya poussa un profond soupir, avant de se rendre compte qu’Elena ne l’avait pas lâchée du regard. Elle avait toujours un léger sourire dans les yeux, mais son visage était plus sérieux, tout à coup. Elle déclara de sa voix à la fois douce et un peu rauque :
– Tu as vraiment de jolis yeux Nadya, mais ils ne savent vraiment pas cacher ce que tu ressens. Je te mets mal à l’aise…” (Page 11)

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre