Rome and Juliet

Une histoire d’amour moins tragique que la version hétéro

Année de Production : 2006

Date de Sortie : 24 Novembre 2006

Réalisation : Connie Macatuno

Scénario : Connie Macatuno, Chris Violago

Avec : Mylene Dizon (Rome), Andrea Del Rosario (Juliet), Rafael Rosell (Marc)

Nationalité : Philippines

Genre : Drame, Romance

Durée : 2h 15min.

Titre Original : Rome and Juliet

Rome and Juliet : Résumé

Philippines, de nos jours.

Juliet est une enseignante de maternelle qui fréquente Marc, un jeune politicien ambitieux. Lorsque celui-ci la demande en mariage devant sa classe entière, elle s’empresse d’accepter. Juliet décide de demander à Rome, une jeune femme d’affaires libérée qu’elle a croisée à plusieurs reprises et qui lui a été recommandée pour s’occuper des compositions florales de son mariage.

Rome accepte la proposition de Juliet et rapidement une forte amitié naît entre les deux femmes. Juliet trouve une confidente qui comprend ses responsabilités vis-à-vis de sa famille et Rome peut enfin être elle-même sans craindre d’être jugée.

Alors que l’amitié entre Juliet et Rome grandit pour laisser la place à un sentiment plus fort, Marc commence à se sentir délaissé et l’ex-fiancé de Rome refait subitement surface…

Philippines, de nos jours. Juliet est une enseignante de maternelle qui fréquente Marc, un jeune politicien ambitieux. Lorsque celui-ci la demande en mariage devant sa classe entière, elle s’empresse d’accepter. Juliet décide de demander à Rome, une jeune femme d’affaires libérée qu’elle a croisée à plusieurs reprises et qui lui a été recommandée pour s’occuper des compositions florales de son mariage. Rome accepte la proposition de Juliet et rapidement une forte amitié naît entre les deux femmes. Juliet trouve une confidente qui comprend ses responsabilités vis-à-vis de sa famille et Rome peut enfin être elle-même sans craindre d’être jugée. Alors…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Une histoire d'amour lesbienne... qui finit mal.

Note des lectrices : 2.85 ( 1 votes)
59

Le titre du film, Rome & Juliet vous a fortement fait penser à la tragédie de William Shakespeare quand vous l’avez découvert. Je suis rassurée, je ne suis pas la seule. Et effectivement, il y a de nombreuses similitudes entre les deux que je ne vais pas lister pour ne pas devenir ennuyeuse. Il y a également quelques différences pour notre plus grand bonheur.

Tout commence comme une histoire d’amour basique, un homme aime une femme qui l’aime également. Et même si cette dernière se demande s’il s’agit bien de l’homme qui lui est destiné, elle se persuade que c’est le cas et finit par apprécier sa chance. Malgré un point de vue différent sur la famille (Marc veut que Juliet cesse de travailler et qu’ils aient des enfants rapidement ce que Juliet n’est pas prête à faire pour l’instant) et la beauté (Marc veut qu’elle attache ses cheveux que Juliet préfère porter détachés sur ses épaules) leur couple satisfait tout le monde, Marc, Juliet et leurs familles respectives.

Et puis tout va basculer avec une simple rencontre. Juliet avait déjà repéré cette femme d’affaires magnifique toujours élégamment vêtue, qui vient prier régulièrement, lorsqu’elle se décide à l’aborder. L’entente est immédiate entre elles et même si la chronologie et le temps qui passe deviennent très difficiles à comprendre, on se met à apprécier leurs moments ensemble.

Il y a en effet une belle alchimie entre les deux actrices Andrea Del Rosario et Mylene Dizon renforcée par les dichotomies des personnages qu’elles interprètent, Juliet et Rome. Juliet est aussi conservatrice que Rome est libérée, Juliet a le sens de la famille alors que Rome prône l’individualisme, Juliet se sacrifie pour les autres alors que Rome profite de la vie au maximum… Chacune va permettre à l’autre de se découvrir et d’avancer. Et puis petit à petit leur relation passe de la simple amitié à quelque chose de plus difficile à cerner, à une attirance, un désir exacerbé par la jalousie que renforcent les hommes qui les entourent.

J’ai eu un peu de mal à me plonger dans le film tant la première demi-heure insiste lourdement sur le bonheur et la vie parfaitement rangée et hétéro de Juliet. Puis quand Rome est apparue j’ai compris que notre héroïne pouvait succomber sans la moindre difficulté.

Le principal reproche que je peux faire au long métrage concerne donc ses longueurs et ce scénario très larmoyant à la conclusion trop simpliste à mon goût qui se termine trop facilement en fin ouverte. Quand leur liaison est découverte, la première réaction de Juliet est de s’excuser auprès de Marc pour que leur mariage ait lieu. Elle choisit le côté de la morale, de la norme sociale,  et de la sécurité pour sa famille. Elle fait ce qu’elle doit faire, pas ce qu’elle veut faire. Cependant les autres la rejettent en découvrant ce qu’elle a fait et elle se retrouve seule et malheureuse.

L’accident de voiture arrive alors comme une solution à ses difficultés familiales. Sa mère qui l’a bannie se met à la veiller chaque jour, son ex-fiancé qui a annulé leur mariage continue à lui rendre visite et la femme qui l’aime n’est pas refoulée et peut ainsi rester à ses côtés. Un peu trop facile.

La bonne nouvelle c’est que contrairement à Roméo & Juliet ce n’est pas l’une des héroïnes qui meurt. Ouf, on est rassurés.

Rome and Juliet : Critiques Presse et Récompenses

Meilleur Scénario aux Gawad Urian Awards en 2007 pour Connie Macatuno et Chris Violago.
Meilleur Second Rôle aux Gawad Urian Awards en 2007 pour Rafael Rosell.

Rome and Juliet : Extraits

ROME : Je ne peux pas dormir avec la lumière éteinte.
JULIET : Je ne peux pas dormir avec quelqu’un à mes côtés. Je bouge beaucoup en dormant…
ROME : Il y a le canapé.
JULIET : Ça veut dire ? J’ai rêvé de toi… Tu étais avec un couple d’hommes.

ROME : Je plaisante.
JULIET : Tu es folle. Tu commençais si gentiment.
ROME : Je ne suis pas douce.
JULIET : Tu l’es.
ROME : Je ne le suis pas.
JULIET : Si tu l’es. Tu es vraiment douce.
ROME : Non.
JULIET : En fait tu me tues avec ta douceur.
ROME : Eh bien… c’est une première. Personne ne m’a jamais dit ça. Jamais aucune autre femme qui n’était pas liée à moi.
JULIET : Eh bien il y a toujours une première fois.
ROME : Toujours une première fois.

SARA : Ne me dit pas, tu craques pour Rome ?
JULIET : Sara ! Tu as perdu la tête ?
SARA : Je vais me marier, tu te rappelles ?
JULIET : Tu entends ce que tu dis ? Est-ce que tu n’es pas censée dire « Sara, tu perds la tête ? Nous sommes toutes les deux des femmes, tu te rappelles ? »
SARA : C’est ce que je veux dire.
JULIET : Ce n’est pas ce que tu as dit.
SARA : Est-ce que tu es en train de me dire que si tu ne n’allais pas te marier, tu accepterais le fait que tu peux tomber amoureuse d’une autre femme ? Écoute, je suis ton amie, Juliet. Tu ne le réalise peut être pas mais je peux le voir venir.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre