Sans Moi

Une histoire ennuyeuse de passion entre deux femmes

Année de Production : 2006

Date de Sortie : 10 Octobre 2007

Réalisation : Olivier Panchot

Scénario : Olivier Panchot, Gladys Marciano d’après l’œuvre de Marie Desplechin

Avec : Yaël Abecassis (Anna), Clémence Poésy (Lise), Eric Ruf (Thierry), Yannick Soulier (Eric), Vincent Martinez (le dealer), Lorena Guerreau (Suzanne), Iroué Cedron (Léo)

Nationalité : Française

Genre : Drame

Durée : 1h 30min.

Titre Original : Sans Moi

Sans Moi : Résumé

Sans Moi raconte l’histoire d’Anna, une jeune trentenaire et mère de deux enfants récemment divorcée. Pigiste pour un grand magazine, elle décide un jour d’embaucher une fille au pair pour s’occuper de Suzanne et Léo. Grâce à des amis, elle choisit Lise, qui s’installe rapidement chez Anna.

Le quotidien de toute la famille va alors changer. Lise rend le sourire aux enfants qui l’adorent et Anna apprécie la présence de la jeune femme qui illumine la maison de sa vitalité. Mais petit à petit, cette cohabitation d’abord facile va se compliquer. Anna découvre que Lise n’est pas l’ingénue qu’elle imaginait et apprend son séjour en hôpital psychiatrique et sa consommation de médicaments et de drogue.

Une spirale infernale va alors se mettre en place pour Anna. Peut-elle aider Lise à s’en sortir tout en gardant la tête hors de l’eau ?

Sans Moi raconte l'histoire d'Anna, une jeune trentenaire et mère de deux enfants récemment divorcée. Pigiste pour un grand magazine, elle décide un jour d’embaucher une fille au pair pour s’occuper de Suzanne et Léo. Grâce à des amis, elle choisit Lise, qui s’installe rapidement chez Anna. Le quotidien de toute la famille va alors changer. Lise rend le sourire aux enfants qui l’adorent et Anna apprécie la présence de la jeune femme qui illumine la maison de sa vitalité. Mais petit à petit, cette cohabitation d’abord facile va se compliquer. Anna découvre que Lise n’est pas l’ingénue qu’elle imaginait…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Pas lesbien.

Note des lectrices : 1.77 ( 3 votes)
29

Pour moi ce long-métrage n’a rien à faire sur un site dédié à la culture lesbienne dans le sens où il ne traite absolument pas de l’homosexualité féminine ou du désir, même passager, d’une femme pour une autre femme. J’ai plutôt la sensation qu’il s’agit du contrôle de l’autre et du fait de se sentir comme le sauveur et la seule personne capable d’aider ceux qui nous entourent et que l’on aime.

Anna est la petite bourgeoise trentenaire idéale au premier abord. Elle est récemment divorcée mais couche avec son patron. Elle a un travail fantastique qu’elle adore et qui la valorise. Elle a un appartement époustouflant qu’elle arrive à conserver pour faire plaisir à ses enfants. Elle n’a aucun problème qui mette sa vie en danger. Lise est plus fragile, plus faible et plus en retrait lors de leur premier entretien. Et pourtant, elle a une véritable fraîcheur et une vraie facilité avec les enfants qui vont conquérir Anna.

Oui mais voilà, chacun a ses secrets et ses parts d’ombre. Et Anna, en découvrant ceux de Lise va petit à petit perdre la tête et sombrer. C’est en gros le résumé du film qui ne nous surprend à aucun moment et offre un scénario sans réel intérêt. Les acteurs sont tous excellents et la réalisation sans surprise les met en valeur pour qu’ils deviennent l’unique intérêt du film. Sauf qu’il manque un petit quelque chose. Soit le basculement dans la véritable folie, soit le côté excessif du désir et de la possession de l’autre. Dans le genre par exemple, Je Te Mangerais va bien plus loin et est pour moi beaucoup plus abouti.

Ce n’est donc pas du tout un long-métrage lesbien qui n’a rien à faire dans la filmographie lesbienne. Et puis franchement, je n’aime pas trop les films qui passent leur temps à faire de la publicité cachée pour une marque de cigarettes et une marque d’anxiolytiques parfaitement identifiables du début à la fin. Ça casse un peu le film.

En conclusion, ne perdez pas votre temps et passez votre chemin sans le moindre regret.

Sans Moi : Critiques Presse et Récompenses

« Délicat, le film réussit à rendre l’intériorité des personnages tout en leur insufflant une extraordinaire vitalité poétique. » ME Rouchy (TéléCinéObs)

« Olivier Panchot s’est accaparé le roman éponyme de Maris Desplechin et réalise une œuvre troublante et sensuelle sur l’attirance et la destruction. » Jean-Pierre Lacomme (Le Journal du Dimanche)

« La confrontation (…) intrigue (scénario (…)) séduit (les actrices sont bien assorties) et irrite (mise en scène maniérée) » Thomas Sotinel (Le Monde)

«  (…) de cet exercice tout en finesse, Panchot se sort plutôt avec les honneurs (…) Seulement à force d’être carré et distant, le film finit par sembler un peu lisse. » Camille Brun (MCinéma.com)

« Une rencontre qui reste trop souvent dans le non-dit, à la surface des choses, pour dégager autre chose que des sentiments et des situations un peu convenues. » La rédaction (Ouest France)

« (…) la tension entre les deux femmes est intense à se rompre. Elle ne retombe qu’à de rares moments (…) » Sophie Grassin (Première)

« (…) adaptation atone et fatiguée d’un roman de Marie Desplechin (…). Olivier Planchot s’embourbe bien vite dans son système, ne jouant que sur la note ténue d’une mise en scène appliquée mais étroite. » Jean-Philippe Tessé (Cahiers du Cinéma)

« (…) un drame psychologique avec des morceaux de corps-filmés dedans. Sans nous, donc. » Jean-Philippe Tessé (Chronic’art.com)

« Certes, Yael Abecassis et Clémence Poésy sont formidables (…) Très vite, on est pris par l’ennui. » Par Anne Diatkine (Elle)

« La mise en scène feutrée (…) n’est pas vraiment à la hauteur des tensions psychologiques et de l’érotisme saphique en jeu. » Amélie Dubois (Les Inrockuptibles)

« Que dire de ce drame chic d’une parfaite vacuité, mis à part le fait qu’il offre de beaux plans de coupe sur les toits et jardins de la capitale ? Rien de très excitant. » Vincent Ostria (L’Humanité)

« Les ralentis mystérieux, les flous intrigants et une musique symphonique pompière ne font qu’écraser de leur laideur le jeu sensible des Comédiennes. » Elise Domenach (Positif)

Sans Moi : Extraits

ANNA : Je ne vous cache pas que j’ai vu d’autres jeunes filles, hein. Voilà, je préfère vous le dire maintenant. Bon, la plupart du temps je travaille beaucoup beaucoup à la maison mais j’ai fréquemment des rendez-vous, des réunions. Il peut m’arriver de rentrer tard, même après 19h. Jusque là j’ai toujours réussi d’aller chercher les enfants à l’école. Enfin au moins trois fois par semaine mais là je vais avoir beaucoup de travail et je risque de devoir m’absenter régulièrement. Je suis divorcée et à présent j’ai besoin de pouvoir travailler plus. Vous comprenez, un loyer comme ça, c’est pas évident. Oui, je ne voulais pas que les enfants soient perturbés par un déménagement qu’ils changent d’école, de camarades en plus. Mais seule, le loyer, les enfants, c’est différent. Bon bref, je ne veux pas vous raconter ma vie surtout que ça n’a aucun intérêt. Donc je travaille beaucoup à la maison et quand je travaille ici j’aime être au calme même quand les enfants sont là. Ça c’est très important. Je ne t’ai pas dit… Excusez-moi. Je ne vous ai pas dit que je travaille dans l’édition. J’écris. Enfin ce serait plus juste de dire que je rédige des textes.
LISE : On peut se tutoyer si vous préférez.
ANNA : Non, je ne préfère pas. N’y voyez rien et ne le prenez pas mal. C’est… C’est pas une question de principe mais là, tout de suite, je ne préfère pas. Vous comprenez ? Ça vous va ?
LISE : Ah oui, ça me va. Ça me va. C’est comme vous voulez. Je peux prendre du feu. On peut fumer ici.
ANNA : Oui.
LISE : Je peux emménager assez vite, si vous voulez.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre