She Loves Me, She Loves Me Not

Ou comment s’engager auprès de sa petite amie quand votre mère vous fait du chantage affectif

Année de Production : 2010

Réalisation : Linda Mirabilio

Scénario : Linda Mirabilio

Avec : Lorena Arancibia (Salia), Zulema Cappielli (Franca), Barbara Gouskos (Rosamaria), Louisa Mignone (Milena)

Nationalité : Australienne

Genre : Court-Métrage, Romance

Durée : 15 : 00 minutes

Titre Original : She Loves Me, She Loves Me Not

She Loves Me, She Loves Me Not : Résumé

Milena est une jeune fille d’origine italienne qui habite encore chez sa mère, Rosamaria, dans une maison bercée par la tradition, le conservatisme et la mémoire de son père décédé. Elle est amoureuse de Salia, qui est sûre de ses sentiments et souhaite s’engager officiellement.

Mais voilà, Milena se trouve coincée entre sa petite amie et sa mère, qui veut les séparer à tout prix et lui trouver un mari…

Milena est une jeune fille d’origine italienne qui habite encore chez sa mère, Rosamaria, dans une maison bercée par la tradition, le conservatisme et la mémoire de son père décédé. Elle est amoureuse de Salia, qui est sûre de ses sentiments et souhaite s’engager officiellement. Mais voilà, Milena se trouve coincée entre sa petite amie et sa mère, qui veut les séparer à tout prix et lui trouver un mari…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Très réussi. A voir

Note des lectrices : Soyez la première !
76

She Loves Me, She Loves Me Not est un excellent court-métrage sur le fait de devenir soi-même et de parvenir à couper le cordon familial.

Et ici, le cordon familial, il est vraiment épais et très, très difficile à rompre ! Et cela tient pour beaucoup au personnage de Rosamaria, véritable cliché ambulant de la mamma italienne dans toute sa splendeur : elle ne se sépare jamais de sa bible et de son chapelet, prépare des spaghettis aux boulettes de viande, ne peut s’empêcher d’écouter aux portes et encore moins de régir la vie personnelle de sa fille – dont elle souhaite absolument qu’elle fasse un bon mariage…! L’actrice est vraiment très forte à ce petit jeu-là et ses apparitions s’avèrent le plus souvent très drôles.

Le personnage de Milena est tiraillé entre sa petite amie, dont elle est amoureuse, et cette mère envahissante, qu’elle aime, mais qui l’étouffe et l’empêche de vivre véritablement. On sent bien qu’elle voudrait aller plus loin avec Salia, qui veut qu’elles emménagent ensemble, mais dans le même temps, elle n’a pas parlé de cette relation à sa mère, qui n’apprécie pas du tout le fort lien qui unit les deux jeunes femmes. La manière dont Milena, petit à petit prend ses distances avec sa mère et commence à vivre pour elle-même, à devenir elle-même, est très réussie.

En plus, pour ne rien gâcher, c’est bien filmé et le jeu des actrices est impeccable. La musique et l’image sont également  à la hauteur.

En bref un très bon court-métrage à voir absolument.

She Loves Me, She Loves Me Not : Extraits

MILENA : C’est la clef de ton cœur ?
SALIA : Je veux que tu emménages chez moi.
MILENA : Sal… Je ne peux pas…

MILENA : La dernière chose dont j’ai besoin, c’est que ma mère me découvre dans un défilé avec des gouines à moto en arrière-plan.

[Elles commencent à s’embrasser.]
MILENA : Ma mère pourrait passer par là.
SALIA : Je vais fermer la porte alors. Tu connais Rosamaria, elle écoute sûrement derrière la porte.
[La mère de Milena a en effet l’oreille collée à la porte, elle écoute, puis frappe.]
ROSAMARIA : Est-ce que tu as du linge à laver ?
MILENA : À cette heure de la journée ?!?

Répondre