Sugar Sweet

Un film érotique japonais

Année de Production : 2002

Réalisation : Desiree Lim

Scénario : Desiree Lim, Carole Hisasue

Avec : Saori Kitagawa (Naomi), C. Snatch Z. (Sugar), Saki (Azusa)

Nationalité : Japonaise

Genre : Drame, Erotique, Romance

Durée : 1h 07min.

Titre Original : Sugar Sweet

Sugar Sweet : Résumé

Dans Sugar Sweet, Naomi est une jeune cinéaste qui rêve de devenir une grande réalisatrice. Elle tourne son premier film, un porno lesbien qui ne satisfait ni ses producteurs qui trouvent que ça n’est pas assez érotique, ni ses amies qui trouvent qu’elle trahit les homosexuelles.

La seule personne à soutenir Naomi est une femme virtuelle rencontrée sur internet qui se nomme Sugar. Toutes les deux ne se sont jamais rencontrées mais Naomi est tombée amoureuse de la jeune femme.

Très préoccupée par son travail, Naomi obtient une chance incroyable. Elle est chargée de réaliser un programme télévisé populaire où une femme rencontre une autre femme. Elle choisit de filmer son amie Azusa dont la vie de couple est devenue extrêmement ennuyeuse et Miki, une femme fatale qui danse la nuit dans un club exotique.

Dans Sugar Sweet, Naomi est une jeune cinéaste qui rêve de devenir une grande réalisatrice. Elle tourne son premier film, un porno lesbien qui ne satisfait ni ses producteurs qui trouvent que ça n'est pas assez érotique, ni ses amies qui trouvent qu'elle trahit les homosexuelles. La seule personne à soutenir Naomi est une femme virtuelle rencontrée sur internet qui se nomme Sugar. Toutes les deux ne se sont jamais rencontrées mais Naomi est tombée amoureuse de la jeune femme. Très préoccupée par son travail, Naomi obtient une chance incroyable. Elle est chargée de réaliser un programme télévisé populaire où…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Premier film lesbien japonais.

Note des lectrices : Soyez la première !
68

Sugar Sweet traite du désir et de la représentation du sexe entre lesbiennes. Il aborde ces questions de manière légère, amusante et humoristique. Ce second degré est d’ailleurs ce qui fait le charme du film. Les personnages ne semblent jamais se prendre au sérieux et les actrices donnent l’impression de réellement s’amuser.

Il y a également une grande part de romantisme et de réalisme concernant la relation entre Azusa et Yuriko. La perte de désir, l’installation de la routine, le sentiment que l’autre est acquise, autant de vérités qui ne concernent pas uniquement les couples homosexuels mais bien tous les couples.

Le sexe n’est pas absent et, sur un long métrage d’une durée aussi courte, est même relativement présent. Les scènes d’amour sont recherchées, bien tournées, sans complaisance ni indécence, un sacré défi étant donné l’aspect pornographique du sujet. Mais après tout, ce qui est reproché à Naomi est justement d’être trop romantique et de faire de l’art alors qu’on ne lui demande que du cul. Pari réussi !

Au final, Sugar Sweet est un film amusant, intelligent, sensible et romantique qui aborde un sujet sulfureux mais reste politiquement correct. On aurait pu craindre une frilosité sur les scènes d’amour, il n’en est rien. Un premier long métrage lesbien japonais réalisé par une femme elle-même homosexuelle relativement réussi. A voir.

Sugar Sweet : Critiques Presse et Récompenses

” Engaging ! ” (Variety)

” The actresses her are smart and eye-catching, and the sex is definitely hot ! ” (San Francisco International Lesbian et Gay Film Festival)

“A tender ode to cyber-romance. ” (Miami Gay & Lesbian Film Fest)

Sugar Sweet : Extraits

NAOMI  : Mon Dieu, je ne peux plus prendre ça.
AZUSA  : Ce n’est pas comme toi, Naomi. Où est la forte tête, têtue…
NAOMI  : Gouine ?
AZUSA  : Non ! La réalisatrice de films avec un rêve ! Où est la « Je-serais-la-meilleure-réalisatrice-du-20 ème -siècle » ? La Naomi que je connais ?
NAOMI  : C’est déjà le 21 ème siècle !
AZUSA  : Alors quoi ? Sois la meilleure réalisatrice du 21 ème siècle maintenant.
NAOMI  : Ouais, au final il me reste encore 100 ans pour achever ça.

AZUSA  : Yuriko. Yuriko. Je suis si désolée. si désolée.
YURIKO  : Non, je suis désolée, Azusa. Je te considérais comme acquise. Ca m’est finalement apparu. Tu es celle que j’aime le plus au monde. Je ne veux pas te perdre. pour personne.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre