Seconde Chance de Marie Parson

Seconde Chance de Marie Parson

Titre Français : Seconde Chance

Titre Original : Seconde Chance

Auteur : Marie Parson

Date de Sortie : 15 Septembre 2015

Nationalité : Française

Genre : Roman d'Amour

Nombre de Pages : 251 pages

Editeur : Reines de Coeur

ISBN : 979-10-95349-08-2


Interview(s) :

Interview de Marie Parson l’auteure de Seconde Chance pour le site Reines de Coeur

Seconde Chance est le premier roman lesbien écrit par Marie Parson. Elle y dresse avec finesse et humour le portrait de femmes à la fois fortes et maladroites. Alexia Tyler, actrice américaine de renommée internationale, a fait un coming out marquant il y a quelques années. Nouvellement célibataire, elle est sous les feux des projecteurs depuis sa récente rupture, qui a fait le bonheur des paparrazzi. Quoi de mieux pour la presse à scandale qu’une actrice trompée par sa compagne lors d’un tournage à l’étranger ? Lors d’une soirée de charité en l’honneur d’une association LGBT, elle fait la rencontre d’une…

L'avis d'Univers-L

Histoire
Style
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Gloire, foot et super-héros !

Note des lectrices : 3.3 ( 14 votes)
67

Seconde Chance : Quatrième de Couverture

Seconde Chance est le premier roman lesbien écrit par Marie Parson. Elle y dresse avec finesse et humour le portrait de femmes à la fois fortes et maladroites.

Alexia Tyler, actrice américaine de renommée internationale, a fait un coming out marquant il y a quelques années. Nouvellement célibataire, elle est sous les feux des projecteurs depuis sa récente rupture, qui a fait le bonheur des paparrazzi. Quoi de mieux pour la presse à scandale qu’une actrice trompée par sa compagne lors d’un tournage à l’étranger ?

Lors d’une soirée de charité en l’honneur d’une association LGBT, elle fait la rencontre d’une étrange jeune femme. Quand, par un heureux hasard, elles se retrouvent sur un terrain de football quelques jours plus tard, leur vie prend une nouvelle tournure…

Mais sont-elles toutes les deux prêtes à aimer à nouveau ?

Seconde Chance : Avis Personnel

Avec cette jolie romance, Marie Parson nous plonge dans la vie d’une star américaine lesbienne et out. Après avoir trouvé la force de faire son coming-out et avoir eu peur que sa carrière s’effondre, Alexia, superstar internationale, se voit toujours proposer autant de rôles et s’engage publiquement pour la communauté LGBT. Le seul changement réside dans le fait que les recherches internet à son sujet concernent sa vie privée et sa petite-amie potentielle. Mais derrière cette célébrité, Alexia se révèle être une femme très simple, naturelle et gaffeuse, n’appréciant pas d’être au centre de l’attention. Bien loin en somme de ce que l’on pourrait penser des grandes stars hollywoodiennes.

Jennifer, quant à elle, après avoir été une auteure à succès dans la communauté lesbienne, semble se concentrer uniquement sur son métier d’entraîneuse de foot. Très discrète et ne dévoilant que très peu d’elle, on apprend au fil de ses rencontres avec Alexia à connaître les raisons de ses réserves et de son comportement.

Les deux héroïnes ont bien évidemment des défauts, que ce soit la maladresse d’Alexia ou la réserve de Jennifer, et des démons de leur passé, qu’il s’agisse de la perte d’un proche, d’une rupture difficile, d’une addiction, qui reviennent parfois les hanter, mais desquels elles se sont affranchis, ou tentent encore de s’affranchir. Et c’est bien là ce qui les rend réalistes et attachantes.

Pour finir, outre la sympathie immédiate que l’on ressent pour tous les personnages, tant principaux que secondaires, les dialogues sont frais et drôles et nous donnent envie d’intégrer leur cercle d’amis.

En résumé, Seconde Chance est une romance lesbienne certes simple mais qui nous emmène dans un univers assez peu abordé à mon sens avec des personnages tout ce qu’il a de plus humain et adorable. Alors, un soir, confortablement installée dans votre canapé, laissez-vous tranquillement embarquer dans cette agréable histoire d’amour. Et en plus, l’auteure nous offre des bonus en incluant dans le livre quelques scènes coupées au montage !

Seconde Chance : Extraits

« Avançant d’un pas assuré, Alexia savoura l’ambiance festive pendant quelques secondes. Balayant la pièce du regard, elle se félicita du succès de cette association LGBT qui commençait à attirer l’attention sur ses actions. C’était un juste retour des choses, largement mérité. Étouffant un bâillement qui trahissait sa fatigue des derniers jours, Alexia décida de se mêler à la foule. Elle savait qu’elle allait, encore une fois contre sa volonté, être le centre de l’attention. Depuis que Nicole et elle avaient rompu quelque six mois plus tôt, elle était plus convoitée que jamais.

Et cette réalité se caractérisait par une constatation simple : il lui était impossible de faire le moindre pas sans se faire draguer. Cela pouvait être terriblement lourd ou agréablement subtil. Enfin, elle avait plutôt l’impression que la première situation l’emportait dans 90 % des cas.

Relevant la tête, Alexia se glissa dans le rôle du personnage public qu’elle avait créé lorsque la célébrité avait commencé. Ce n’était pas vraiment elle, même si cela lui ressemblait beaucoup. Cet alter ego était sûr de lui, à l’aise en public et heureux d’attirer les regards. Et tout ça ne la définissait absolument pas.

Elle fit un pas en avant et s’empara d’une coupe de jus d’orange proposée par un serveur. Soudain, une jeune femme se matérialisa à ses côtés et engagea la conversation. Ça commence, songea Alexia bien décidée à se débarrasser rapidement de cette importune. Elle cherchait un moyen de s’esquiver sans paraître rude ou impolie quand l’inconnue prit la parole :

— Bonsoir. Je me doute que vous avez certainement entendu des milliers de fois ce que je vais vous dire, mais je tenais quand même à vous parler vu que j’ai la chance de vous croiser. Vous permettez ?

Alexia se tourna vers la femme brune aux cheveux courts en bataille qui s’était postée silencieusement à ses côtés. Ses tempes grisonnantes et une mèche blanche sur le haut de son front détonnaient en ce lieu où la moindre marque de vieillissement devait être gommée au profit d’une quête de jeunesse éternelle. Personne ne l’a prévenue ? songea Alexia surprise par cette marque du temps si visible. Mais cette inconnue ne paraissait pas s’en soucier et ces quelques cheveux blancs rehaussaient la force tranquille qui émanait d’elle. Lorsqu’elle s’arrêta sur son visage fin et sa peau lisse, la rouquine fut surprise de ne pas déceler de rides plus visibles que les pattes d’oies autour de ses yeux rieurs.

L’inconnue faisait bien dix centimètres de plus qu’Alexia et avait baissé la tête pour se mettre à sa hauteur. Elle arborait un smoking parfaitement coupé, mais sans l’habituel nœud papillon, ce qui offrait ainsi une très belle vue sur son cou musclé. Sa chemise blanche mettait son teint mat en valeur et l’actrice remarqua plusieurs élastiques de couleur ornant son poignet droit. Elle trouva cela surprenant et inhabituel pour ce genre de lieu. L’inconnue lui offrait un sourire sincère qui dévoilait ses dents claires et Alexia se maudit de ne pas avoir plus de répartie. Elle aurait pu la remettre à sa place, là, maintenant, au lieu de la laisser continuer son monologue.

Alexia ne sut dire si c’était l’aisance de la jeune femme qui la dérangeait ou sa beauté magnétique. Elle dégageait quelque chose de fort et de puissant qui rendait toute fuite inutile. Elle était belle et vu son attitude, elle devait le savoir et en abuser. Alexia leva un sourcil interrogateur, mais ne dit pas un mot et l’importune poursuivit en posant son regard sur la foule devant elle.

— Quand vous avez fait votre coming out lors de ce discours bouleversant il y a cinq ou six ans…

— Six ans, corrigea automatiquement la rouquine en reportant, elle aussi, son regard sur les personnes devant elle.

Elle lança une prière muette pour que quelqu’un lui vienne en aide sachant par avance où cette conversation allait la mener. Elle en avait tellement l’habitude. Encore plus quand elle était à ce type de soirées étiquetées « LGBT ».

— On a vu la vidéo avec mon épouse. Nous étions à la maison. C’était vraiment touchant et on était à une période où les choses se passaient mal avec ses parents. Peu importe… Quand elle a vu la vidéo, elle s’est mise à pleurer et à me dire combien c’était fantastique et important. Ça a vraiment compté. Donc merci.

— C’est gentil à vous… répondit Alexia par habitude, peu touchée.

Elle avait déjà entendu tellement d’histoires qu’elle avait l’impression d’être devenue perméable à la souffrance et à la douleur des autres. C’était terrible de penser ainsi et surtout cela ne lui ressemblait pas. Elle avait besoin de temps pour elle, de temps pour se retrouver. Elle devait cesser d’être aussi indifférente au monde qui l’entourait. La fatigue des derniers mois ne devait pas être étrangère à cette attitude et la jeune femme se félicita d’avoir choisi de se reposer plus que d’habitude entre deux tournages.

Cherchant toujours un moyen de mettre rapidement un terme à la conversation, Alexia réalisa soudain que la jeune femme ne flirtait pas comme elle l’avait d’abord imaginé. Elle ne la draguait même absolument pas puisqu’elle venait de mentionner son épouse. Elle reconnut qu’elle l’avait certainement jugée trop vite et qu’elle s’était méprise. Cette inconnue ne s’intéressait visiblement pas du tout à elle. Peut-être qu’elle n’était pas la séductrice qu’elle avait d’abord imaginé. Après tout, sa voix était douce et tendre quand elle avait mentionné son épouse. Habituée à être félicitée pour un geste qu’Alexia considérait encore aujourd’hui comme égoïste, elle commença à remercier l’inconnue, débitant un discours bien rodé. Alors que sa réponse coulait, facile et claire, la brune l’interrompit soudain.

— Oh, oh… Il va falloir que j’y aille. Désolée, la coupa l’inconnue sans lui laisser le temps de poursuivre.

Intriguée par le ton abrupt, Alexia suivit des yeux ce que la jeune femme observait de manière insistante. Ou plutôt qui. En effet, elle ne quittait pas des yeux une femme d’une quarantaine d’années qui s’avançait dans leur direction d’un air menaçant. Celle-ci relevait sa robe de cocktail d’une main pour ne pas poser ses talons sur le fin tissu et marchait d’un pas rapide. Surprise, Alexia se tourna vers l’inconnue qui l’avait abordée et dont elle ne connaissait même pas l’identité. Cette dernière lui expliqua alors :

— Vous voyez la femme qui s’avance vers nous. Si vous pouviez lui remettre cette enveloppe de ma part, vous me rendriez un immense service, annonça la grande brune subitement. »

A propos de Lou Morin

Lou Morin
Traductrice Anglais/Français

Répondre