Dakota Bound

Un navet catastrophique et ennuyeux

Affiche : Dakota Bound

Année de Production : 2001

Réalisation : Lloyd A. Simandl

Scénario : Chris Hyde

Avec : Fawnia Mondey (Liz), Esther Hanuka (Kate), John Comer (McCracken), Eva Aichmajerová (Miranda), Lenka Jelinková (Friday), Katerina Cermak (Doreen), Olga Schmidtova (Soeur Helen), Elin Spidlová (Trina), David O’Kelly (Arno)

Nationalité : Canadienne

Genre : Fantastique & Science-Fiction

Durée : 1h 32min.

Titre Original : Dakota Bound

Dakota Bound : Résumé

Dans un futur proche, le monde a été soumis à une attaque nucléaire mondiale. Les populations ont été décimées en grande partie et le chaos s’est installé.

Sœur Helen, une vieille femme, a recueilli auprès d’elle une vingtaine de jeunes filles d’une école privée qu’elle a élevées sous terre, dans le respect de la religion catholique. Tandis que ces dernières grandissent, l’envie de découvrir ce qui les entoure se fait plus présente.

Liz et Kate, les deux meneuses, apprennent alors que le monde est aujourd’hui divisé entre les maîtres d’un côté, personnages forts et machiavéliques et les esclaves de l’autre, humains faibles devant obéir à tous les caprices.

Liz et Kate, les deux meneuses, apprennent alors que le monde est aujourd’hui divisé entre les maîtres d’un côté, personnages forts et machiavéliques et les esclaves de l’autres, humains faibles devant obéir à tous les caprices.

Alors que Liz succombe à cette découverte du pouvoir et de ce qu’il implique, Kate prend conscience qu’elle doit se battre si elle veut obtenir la liberté et l’égalité pour celles qui l’entourent…

Dans un futur proche, le monde a été soumis à une attaque nucléaire mondiale. Les populations ont été décimées en grande partie et le chaos s’est installé. Sœur Helen, une vieille femme, a recueilli auprès d’elle une vingtaine de jeunes filles d’une école privée qu’elle a élevées sous terre, dans le respect de la religion catholique. Tandis que ces dernières grandissent, l’envie de découvrir ce qui les entoure se fait plus présente. Liz et Kate, les deux meneuses, apprennent alors que le monde est aujourd’hui divisé entre les maîtres d’un côté, personnages forts et machiavéliques et les esclaves de l’autre,…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Un navet à éviter.

Note des lectrices : Soyez la première !
14

Dakota Bound, renommé White Slave Lovers pour sa sortie dvd est un navet de première. Ce film est plus que médiocre, c’est une calamité, une horreur, une catastrophe. Je me suis même demandé comment il avait bien pu obtenir un budget.

Alors pour vous le décrire rapidement, j’avoue ne pas avoir compris s’il s’agissait d’un film de science-fiction, d’un film d’action, d’un film engagé sur les relations sadomasochistes ou d’un film érotique. Parce que si vous voulez faire un film de science-fiction, il vous faut un tout petit peu plus de scénario. Parce que si vous voulez faire un film d’action, il faut acheter des pétards qui font au moins des traînées rouge sur les vêtements quand les hommes se font cribler de balles et investir dans un véritable spécialiste sonore. Parce que si vous voulez faire un film sur les relations maîtres/esclaves, il faut aller plus loin que la laisse en corde et la nana qui dort sur le tapis, par terre. Parce que si vous voulez faire un film érotique, faut les déshabiller plus souvent les actrices et leur apprendre à simuler les orgasmes.

Ce n’est pas crédible du début à la fin. Les écolières en mini jupe et chemisier blanc qui vivent sous terre, élevées par une religieuse et qui savent se servir d’un révolver, viser et tuer, qui savent conduire des camions et forcer des serrures avec un couteau suisse, moi je dis, c’est bizarre. Ajoutez à cela des fusillades qui rivalisent avec les meilleurs épisodes de Bioman et des Power Rangers, des dialogues cul cul la praline et une absence totale de scénario et vous vous demanderez, comme moi, pourquoi vous regardez ça.

Vous le regardez tout simplement parce qu’un homme a décidé d’attirer un public masculin en faisant coucher ensemble deux nanas et en mettant du subtext entre deux autres. Vous le regarderez parce qu’il est classé dans la super catégorie des films lesbiens et vous déprimerez, une fois de plus.

Rien à sauver, c’est nul et inintéressant au possible en ce qui concerne la représentation lesbienne. La blonde couche avec son esclave sexuelle féminine pour découvrir le plaisir avant de tester avec un homme, qu’elle poignarde en plein milieu de ce qui semble être le coït même si tous les deux jouent tellement mal que je n’en suis pas sûre.

Kate, la gentille rousse n’est même pas à sauver tant elle est niaise… Et pourtant, Dieu sait que j’adore les rousses…

Seul point positif, l’idée de génie consistant à filmer les filles descendant l’échelle d’en bas. Elles sont en mini jupes… À chaque fois on a une vue géniale et fugitive sur leurs fesses. C’était sympa. Même qu’il y en avait qui n’avait pas de culottes…

Ce film a grillé les derniers neurones qui me restaient. Passez votre chemin sans regret.

Dakota Bound : Extraits

SŒUR HELEN : Certains devinrent des maîtres. D’autres leurs esclaves.

KATE : Qu’est-ce que tu fais ?
FRIDAY : Tu as dit que c’était l’heure de dormir.
KATE : Non imbécile ! Dans le lit. Il est peut-être petit mais il devrait y avoir assez de place pour nous deux.
FRIDAY : Tu es sûre ?
KATE : Oui.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre