Elles se marièrent et eurent beaucoup de chats persans de Laura de B. (Happyk)

Elles se marièrent et eurent beaucoup de chats persans de Laura de B. (Happyk)

Titre Français : Elles se marièrent et eurent beaucoup de chats persans...

Titre Original : Elles se marièrent et eurent beaucoup de chats persans...

Auteur : Laura De B. (Happyk)

Date de Sortie : Mars 2012

Nationalité : Française

Genre : Nouvelles

Nombre de Pages : 137 pages

Editeur : Des Ailes Sur Un Tracteur

ISBN : 978-1-4716-0181-1


Interview(s) :

Interview de Laura B. (Happyk) pour le site Univers-L.com

Elles se marièrent et eurent beaucoup de chats persans... : Quatrième de Couverture

Les chroniques « homo-ristiques » d’Happyk (Laura de B.) font le délice des lectrices du magazine La Dixième Muse et de ses parents qui sont très fiers d’elle car ils n’ont pas vraiment le choix.
Des tranches de filles pour les filles qui aiment un peu trop les filles parce qu’elles sont douces comme des petites peluches Disney, qu’elle peut, summum du pratique, leur piquer leur mascara le matin et transformer sa vie en soirée pyjama sans fin.
Elle découpe en morceau les joies et déconvenues d’une lesbienne de trente ans : au travail, face à ses copines hétéros et ses amis gays, ses rencards foireux via les sites de rencontres, ses ex, sa vie en couple et son chat qui lui fait la misère.
Il y aura du rire, des larmes, des orgasmes, de la pop, des guests, des pom-pom girl américaines en t-shirts mouillés (ça c’est censé te donner envie d’acheter le bouquin).
Un condensé de féérie à mettre entre toutes les mains (surtout celles de Blake Lively en maillot de bain).

« Juste après avoir lu ce livre, j’ai gagné au loto » Mère de l’auteur
« Miaou !!!! » Chat de l’auteur
« Ce livre m’a permis de retrouver l’amour et mes clefs aussi… » Concierge de l’auteur

Elles se marièrent et eurent beaucoup de chats persans... : Avis Personnel

Je ne suis pas abonnée au magazine lesbien La Dixième Muse. Je l’avoue comme si c’était une faute parce que c’est vrai que je pourrais. Sauf que je connais la plupart des news parce que je les cherche pour le site. Du coup ça perd de son charme. Donc je l’achète de temps en temps (j’en possède quand même une bonne quinzaine à la maison) quand l’envie m’en prend. Donc j’ai déjà lu quelques chroniques saphiques d‘Happyk sans pour autant les connaître parfaitement et surtout toutes.

Jérémy Patinier a décidé de réunir dans cet ouvrage, Elles se marièrent et eurent beaucoup de chats persans, toutes les chroniques réalisées par celle que l’on connaît sous le pseudonyme d’Happyk avec en plus quelques inédites. C’est une excellente idée parce que l’humour de l’auteure vaut le coup. On sourit souvent, on rit parfois, et surtout on ne s’ennuie pas une seconde. Les petites histoires se succèdent sans rapport particulier et permettent de se détendre.

C’est de l’humour léger et sans prise de tête. Au bout d’un moment ça risque d’en ennuyer certaines. En effet, les sujets ne sont jamais abordés sérieusement sous couvert de l’humour. Ce sont plutôt des délires très sympathiques mais également très superficiels. Ça permet de passer le temps et de se détendre mais sans s’interroger ni se remettre en question. Et surtout, pour celles qui sont abonnées ou lisent régulièrement La Dixième Muse, vous risquez d’être déçues.

Mon conseil, réfléchissez bien avant de dépenser les 14 euros pour vous procurer le livre. Si vous voulez rire sur la plage cet été, c’est parfait. Si vous attendez plus à tous les égards, vous risquez de ne pas y trouver votre compte.

Elles se marièrent et eurent beaucoup de chats persans... : Extraits

« « Dans un pays de tous les temps, vit la plus belle des lesbienneeuhh lalala »… oh pardon tu étais déjà là chère lectrice, je ne t’attendais pas si tôt, tu auras eu l’avant goût d’une chanson paillarde de mon cru petite veinarde. Belle entrée en matière.
La coutume voudrait que je me présente puisque tu ne me connais pas et que je viens de m’introduire dans ta bibliothèque sans que tu n’aies rien demandé à personne (enfin j’espère que t’as payé quand même).
Je suis même censée me vendre étant donné que ma seule motivation d’écrire ce recueil est de devenir ta nouvelle idole des jeunes et de me faire un max de nanas au passage mais ça je ne pouvais décemment pas le dire à mon éditeur, tu comprends ça fait vraiment désordre et pas sérieux du tout.
Donc voici le pitch : Il y aura beaucoup de rires, des moments d’émotion intenses, de l’argent facile, des filles tout aussi faciles (ça c’est pour la promo histoire de fidéliser la lectrice de passage.) (J’ai du être commerçante dans une vie antérieure).
Quand j’ai dit à ma mère que j’allais avoir un livre à moi toute seule elle m’a dit « ha mais tu vas devenir célèbre alors ? » Euh non maman j’écris un livre, je n’invente pas le couteau suisse ou autre objet pratique tel que le bonnet de bain.
Quand je l’ai annoncé à papa, il m’a paru d’un coup stressé : « donc tu parles de lesbiennes et y’aura ton nom (qui au passage est aussi le mien) sur la couv c’est bien ça ? »
Oui papa, c’est à peu près ça, je sens la fierté monter en toi mais dis-toi que ça pourrait être pire, on pourrait me reconnaître dans la rue suite au porno amateur que j’ai tourné en 1949 quand je cherchais un moyen de me payer une mandoline. Ha je ne t’en avais pas parlé ? Bon ben je te laisse j’ai judo.
Cela dit je sens que toi tu m’aimes déjà lectrice et ça c’est somme toute l’essentiel, je veux dire pour ma petite personne. Moi je t’aime déjà c’est sûr, j’aime aimer les filles qui m’aiment aussi. » (Pages 10-11)

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre