Du Bout des Doigts (Fingersmith) : L’adaptation d’un autre roman de Sarah Waters

Article lié à la série Fingersmith

image fingersmith 1image fingersmith 2image fingersmith 3

Fingersmith est une mini série composée de trois épisodes créée par la chaîne anglaise BBC, qui avait initié Tipping The Velvet. Il s’agit d’une adaptation homonyme du roman de Sarah Waters (Du bout des doigts en version française). Après les records battus par Tipping The Velvet, les Britanniques ont décidé de se lancer dans cette nouvelle adaptation et l’on peut dire qu’il s’agit également d’une réussite.

Fingersmith conte l’histoire de Susan « Sue » Trinder (Sally Hawkins) et de Maud Lilly (Elaine Cassidy). Nous sommes en 1862, en Angleterre. Dans le quartier de Land Street, le quartier des voleurs, des fripons et des receleurs, Sue, abandonnée à la naissance par sa mère qui a été pendue, vit chez Mrs Sucksby (Imelda Staunton). Mrs Sucksby est une nourrice qui élève des orphelins pupilles de l’État. Elle a gardé Sue par bon cœur et la considère comme sa fille.

SUSAN  : Je m’appelle Susan Trinder. J’ai grandi à Land Street. On avait la meilleure vue sur la potence. Les jours de pendaison, les gens payaient pour en profiter.

En parallèle, une autre jeune fille se présente. Elle se nomme Maud Lilly.

MAUD  : Je m’appelle Maud Lilly. J’ai grandi dans l’asile où ma mère est morte en me mettant au monde.

Durant ce premier épisode, conté par Sue, nous découvrons l’enfance des deux jeunes femmes et leur rencontre. Élevée par son oncle dans un manoir isolé, Maud est devenue sa secrétaire et lectrice d’une littérature érotique qui sent le soufre. Elle fait un jour la connaissance de Mr Richard Rivers (Rupert Evans).

Rivers, également connu sous le pseudonyme de Gentleman, est un joueur désargenté et ruiné qui se présente un jour à Land Street afin de proposer une arnaque à Sue. Il a besoin d’une associée pour escroquer Maud Lilly, qui est une riche héritière. Le plan est simple. Susan doit devenir la bonne de la jeune femme, puis son amie et finalement la convaincre d’épouser Rivers avant que celui-ci ne la fasse interner. Une fois Maud enfermée à l’hôpital psychiatrique, Rivers touchera son magot et le partagera avec Sue.

Munie d’une fausse lettre de références réalisée par Gentleman, Sue se présente aux Églantiers et devient la nouvelle bonne de Miss Lilly. Enfermée dans cet immense manoir mystérieux où règne une atmosphère étouffante et passionnée, Sue se rapproche de Maud. Elle lui tire les cartes, lui apprend à danser et devient très amie avec la jeune femme.

Sue et Maud se rapprochent et dorment ensemble, Maud faisant régulièrement des cauchemars et ayant besoin de la présence de Susan pour la réconforter. Et puis un soir, alors que Rivers a enfin demandé Maud en mariage et que celle-ci a accepté, cette dernière interroge Sue pour savoir ce qui se passera durant sa nuit de noce. Susan commence par faire semblant d’être endormie mais, démasquée, elle est obligée de lui expliquer. Devant la peur et l’angoisse de Maud, elle lui montre en l’embrassant. Et toutes les deux finissent par faire l’amour.

MAUD  : Sue, au cours de la nuit de noces, que doit faire une épouse ? Je sais que tu ne dors pas. Sue !
SUSAN  : Pour l’amour de Dieu ! Vous devez savoir.
MAUD  : Je sais ce que j’ai lu dans les livres.
SUSAN  : Comment ça, dans les livres ?
MAUD  : Tu as raison. Je ne sais rien, rien ! Qu’arrivera-t-il ? Il va m’embrasser ?
SUSAN  : Je pense bien.
MAUD  : Où ?
SUSAN  : Sur les lèvres.
MAUD  : C’est tout ?
SUSAN  : Non, miss. Les baisers vous exciteront. Ça viendra tout seul.
MAUD  : Danser n’est pas venu tout seul, tu m’as appris. Ils ne m’exciteront pas. Ceux de M. Rivers ne l’ont jamais fait.
SUSAN  : Vous êtes une magnifique jeune fille. Montrez-moi vos lèvres. Non, pas comme ça. Imaginez que je suis M. Rivers.

Elles s’embrassent.

SUSAN  : Voilà. Vous avez senti ?
MAUD  : C’est… une étrange sensation de désir.
SUSAN  : Pour M. Rivers.
MAUD  : Je ne peux pas.
SUSAN  : Mais si. Vous devrez bien. Enfin, je sais pas. Vous devrez bien le faire un jour ou l’autre.
MAUD  : J’ai peur.
SUSAN  : Il faut pas. Une fois qu’on commence. (Et là, elles font l’amour)

Ensuite, Maud et Susan font comme si rien ne s’était passé. Elles vaquent à leurs occupations habituelles et Maud épouse Rivers après s’être enfuie de chez son oncle. Quelques jours après le mariage, isolée dans une ferme anglaise, Maud commence à perdre la tête. Encouragée par Rivers, Susan ment aux psychiatres et déclare que sa maîtresse est folle.

Le premier DVD se termine sur Maud, Rivers et Susan se présentant aux portes de l’hôpital psychiatrique. Là, ce n’est pas Maud qui est enfermée, mais Sue.

Lorsque la seconde partie débute, ce n’est plus du point de vue de Susan, mais de celui de Maud. Et l’éclairage est totalement différent. Maud n’est pas la jeune femme sensible, douce et innocente qu’elle semblait être. Elle est intelligente, froide et manipulatrice. En effet, elle savait depuis le début que Sue était un imposteur et son plan consistait à la faire enfermer à sa place en hôpital psychiatrique afin d’être enfin libre.

On apprend que Maud a manipulé Susan depuis le début, bien qu’elle soit tombée amoureuse de la jeune femme à un moment donné. Après avoir aidé Rivers à faire enfermer Sue, Maud l’accompagne à Londres et découvre une vie de misère qui lui fait horreur. Elle s’installe chez Mrs Sucksby qui la retient prisonnière chez elle.

Seulement, contrairement à Sue, elle ne parvient pas à s’évader. Susan, de son côté, réussit à s’enfuir de l’hôpital psychiatrique avec l’aide bienvenue d’un garçon timide, un cireur qu’elle avait connu lorsqu’elle travaillait aux Églantiers. Elle regagne Londres pour retrouver la seule personne qui l’ait jamais aimée, Mrs Sucksby. Mais là, elle découvre désespérée que Maud a pris sa place auprès de la seule mère qu’elle ait jamais eue.

image fingersmith 4image fingersmith 5image fingersmith 6

Lorsque Maud et Susan se retrouvent dans la même pièce, elles s’affrontent et Mrs Sucksby ne parvient pas à les séparer. L’arrivée de Rivers ne fait qu’aggraver la situation et Maud le tue d’un coup de couteau. Mrs Sucksby décide alors d’endosser le crime pour la simple et bonne raison que Maud est sa fille naturelle. Elle a en effet, échangé deux bébés à la naissance, sa fille contre la fille de mademoiselle Lilly. Susan est en fait une véritable dame. Sa mère est morte dans un asile et elle est à la tête d’une véritable fortune. Maud n’est qu’une fille du peuple, l’enfant d’une voleuse.

Heureusement tout est bien qui finit bien. Mrs Sucksby est pendue pour le crime de Rivers. Maud regagne la maison de son oncle, qui n’était pas son oncle mais celui de Susan et où elle écrit des livres érotiques pour gagner sa vie. Susan, à la recherche d’un lieu où vivre, se rend aux Églantiers où elle retrouve Maud. Les deux jeunes femmes tombent alors dans les bras l’une de l’autre.

MAUD  : Tu es venue pour me tuer ?
SUSAN  : Comment pourrais-je te faire du mal ? Je sais tout.
MAUD  : Tu sais ? Tu ne sais rien. Tu ne me connais pas. (Elle s’empare d’un livre et lit) « J’aperçus l’éclat de ses épaules d’ivoire en l’entraînant sur le sofa. Je savais à peine ce que je faisais. Tout en nous s’activait ardemment : nos langues, nos lèvres, nos ventres, nos cuisses, nos bras, nos jambes, nos postérieurs. Le tout s’agitant voluptueusement. » (Susan lui arrache le livre)
SUSAN  : Ils sont tous de ce genre ?
MAUD  : Chacun d’eux. Je les écris moi-même. Il faut bien que je gagne ma vie. Je ne suis pas la fille douce et pure que tu croyais. Voilà ce que je suis. Tu dois me détester.
SUSAN  : Je ne te déteste pas.
MAUD  : Je regrette ce que je t’ai fait, Sue. Je regrette.
SUSAN  : Ils nous ont piégées. J’ai trouvé ça dans sa robe. On me l’a lu.
MAUD  : L’argent est à toi.
SUSAN  : Savais-tu qui était ma mère, depuis le début ?
MAUD  : Pas avant d’arriver à Londres. Mme Sucksby ne voulait pas que tu le découvres. Elle t’aimait. C’est vrai, Sue. Elle a dit qu’elle avait eu tort de faire d’une perle telle que toi.
SUSAN  : Une perle ?
MAUD  : De faire de toi une fille ordinaire. Je l’ai tué. Je l’ai suppliée de dire la vérité, mais tout ce qu’elle acceptait de dire, c’était qu’elle l’avait fait. Point final.

SUSAN  : Je sais… (Susan se rapproche de Maud et essuie l’encre qu’elle a sur le front). Dans quel état tu t’es mise. (Maud regarde Susan de manière intense, s’appuie sur le bureau et fait tomber par terre tout ce qu’elle venait d’écrire. Sue et Maud s’agenouillent pour ramasser les feuilles de papier. Sue pose sa main sur celle de la jeune femme et demande). Qu’y a-t-il d’écrit ?
MAUD  : Tous ces mots disent… que je te veux… que… je t’aime. (Elles se rapprochent, s’embrassent et c’est la fin)

Fingersmith est une adaptation réussie du roman de Sarah Waters. J’ai beaucoup apprécié le fait que les scénaristes gardent ce découpage en deux parties, l’une contée par Susan, l’autre par Maud. La découverte de la véritable personnalité de Maud, est aussi frappante que dans le livre. Le téléspectateur ressent le même sentiment de trahison et réalise qu’il s’est fait berner. La douce, tendre, chaste et innocente jeune fille n’était pas ce qu’elle semblait être. Et là, tout d’un coup, elle prend toute sa saveur et devient terriblement humaine.

La scène d’amour est très bien amenée et respecte le livre mais le plus réussi reste le premier baiser entre Maud et Susan. C’est Maud qui supplie Susan de lui montrer et de lui apprendre. Sue accepte de lui enseigner et dépose un doux et chaste baiser sur les lèvres de sa maîtresse. Les lèvres se joignent, se découvrent et Maud ne résiste plus et impose un baiser plus profond plus sensuel. C’est extrêmement bien filmé et bien joué. Ça c’est du baiser mes amies.

Une adaptation qui égale celle de Tipping The Velvet. À découvrir absolument pour sa superbe reconstruction de l’Angleterre du XIXème siècle, pour la réalisation parfaite et par-dessus tout pour les actrices époustouflantes.

Aujourd’hui, la question est : « Quel est le prochain roman lesbien que la BBC va adapter ? » Gageons que ce sera encore une réussite.

image fingersmith 7image fingersmith 8image fingersmith 9

Retour à la fiche de présentation Fingersmith

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre