Arielle Scarcella : Interview de la Youtubeuse

arielle scarcella

Interview accordée à Mallorie DeRiggi pour le site The L Stop le 26 Juillet 2013.

La Youtubeuse à sensation Arielle Scarcella gagne chaque jour de nouveaux abonnés. Elle tire profit de cette mise en lumière pour faire une différence pour notre communauté et pour nous faire rire en même temps.

Arielle Scarcella est la femme typique vivant et travaillant à New-York et la lesbienne typique de bien des façons à l’exception près que les gens qui l’ont vue sur Youtube la reconnaissent dans la rue. Pour l’instant, elle a créé trois chaînes Youtube à succès avec près de deux cent mille abonnés au total.
Dans ses vidéos, Arielle adhère à l’expression « le rire est le meilleur remède ». Arielle a réussi à utiliser sa créativité pour nous faire rire et elle nous parle de sujets pertinents qui importent dans notre communauté et nous valorisent. Elle fait part de sa vie au monde et nous emmène avec elle dans chacune de ses vidéos.
Voici ma discussion avec Arielle Scarcella.

Dites-moi qui était Arielle Scarcella avant qu’elle ne devienne connue sur Youtube ? Comment avez-vous commencé à faire des vidéos ?

Il y a quelques années, j’ai obtenu mon diplôme universitaire et peu après j’ai commencé à travailler dans la publicité. J’ai travaillé avec beaucoup de grandes sociétés et je m’en sortais bien. Je travaillais beaucoup, je faisais des heures supplémentaires et je n’étais pas toujours satisfaite de la façon dont les choses fonctionnaient dans ce monde-là. C’était triste pour moi. À un moment, j’ai eu besoin de prendre un peu de temps pour moi puisque j’étais malade et que je traversais une période difficile dans ma vie privée. Après avoir quitté mon travail, j’ai décidé de poursuivre ma carrière en tant que designer indépendant et j’ai étendu mes ambitions de création à de nouveaux domaines.
Je n’avais jamais vraiment prévu de créer des vidéos et ne pensais pas que ça deviendrait ce que c’est devenu aujourd’hui, mais grâce aux encouragements et au soutien des autres, j’ai décidé de tenter le coup. C’est génial de voir comment les choses évoluent et grandissent vite sur Internet. J’ai fait passer la vidéo à un ami, et une personne l’a partagée avec une autre sur Twitter, et en peu de temps cent personnes me suivaient, et les choses se sont amplifiées à partir de ce moment-là.

Qu’est-ce que vous espérez que les gens retiennent de vos vidéos ?

J’ai toujours su que j’étais une guérisseuse. Pas dans le sens biblique, mais plus comme quelqu’un qui voulait aider les gens dans leur vie de tous les jours. Je pense que la chose principale que je veux que les gens retiennent de mes vidéos c’est l’idée d’émancipation. Je me livre et j’essaye de me livrer de manière honnête, parce que les gens veulent voir le « vrai » vous, vous voir grandir et évoluer dans votre propre vie. Il est important de se valoriser et de devenir identifiable pour les autres en leur montrant qu’ils ne sont pas seuls et qu’ils peuvent réussir ce qu’ils ont en tête.
Je me concentre beaucoup sur une petite création à but non lucratif que j’ai conçue qui s’appelle Project Toasty. Project Toasty est un programme d’aide créatif pour les adolescents. Le programme est censé donner confiance en eux aux jeunes qui ont peut-être des problèmes d’estime de soi. Je veux que ces ados n’aient pas à lutter contre le harcèlement. Avant d’en arriver au point de sauver quelqu’un victime de harcèlement, je crois qu’il y a des choses qui peuvent être faites pour prévenir le harcèlement en premier lieu. Il s’agit de développer son estime de soi tôt et d’aider à ce que les jeunes trouvent des débouchés créatifs qui les aideront dans leur développement.
Nous serons bientôt certifiés 501c3 [ndlt : ils seront certifiés comme organisation caritative]. C’est une chose sur laquelle nous travaillons depuis un moment maintenant. C’est une mention importante à avoir parce qu’alors je pourrai récolter de l’argent pour le programme de façon bien plus importante afin d’avoir des fonds et de développer les moyens du programme. Plus tard, je prévois de voyager de ville en ville, en partenariat avec d’autres organisations, et de faire en sorte que mon programme collabore avec d’autres groupes à travers le pays. Il y a une demande pour ce que notre programme a à offrir et nous avons des messages forts à partager.

Quelle vidéo a été la plus marrante à tourner ? L’expérience la plus drôle lors du tournage ?

Toutes les vidéos de la chaîne GirlfriendsTV ont été sympas à tourner. Il y a une vidéo que j’ai faite récemment où j’étais à une soirée de lesbiennes en bikini qui était vraiment cool. Oh, et j’ai fait un road trip jusqu’à Key West que j’ai mis en vidéo. Il y a beaucoup d’homos à Key West, qui l’eut cru ?!
Mais en général, j’aime être moi et rester aussi vraie que possible dans mes vidéos.

Dans vos vidéos vous faites venir certains de vos amis Youtubeurs. Quelles sont les autres chaînes que l’on devrait suivre à votre avis ?

Il y a plusieurs autres chaînes que je recommande, des gens avec qui je suis amie et qui font leurs propres vidéos. Pour n’en citer que quelques uns, s’il vous plaît allez voir les chaînes de Hart, ElloSteph, BriaAndChrissy et TheDiaryofJake.

J’ai remarqué que vous aviez fait venir votre mère dans vos vidéos, que pense-t-elle de ces vidéos ?

Elle adore. Elle ne comprend pas tout. Lorsque l’on sort quelque part et que quelqu’un me reconnaît, elle va me dire « Ils te connaissent grâce à Internet ? ». Elle ne réalise pas le nombre de personnes sur Youtube qui regardent les vidéos.

Depuis combien de temps êtes-vous out en tant que lesbienne ?

Depuis mes dix-neuf ans. Ma famille s’en fiche. Je n’en fais pas toute une montagne, et je ne le cache pas non plus. Cela fait partie de qui je suis.

J’ai compris que vous étiez actuellement célibataire, je sais que tout le monde aimerait savoir le genre de filles que vous aimez et votre premier rendez-vous idéal.

Les filles qui sont comme moi. Les filles fans d’informatique, geeks, qui ne vont pas trop aux soirées. Les filles qui veulent découvrir des trucs et faire plein de choses différentes en ville. J’aime les filles féminines mais pas super féminines, elle ne doit pas avoir peur de se salir les mains. Quelqu’un qui me rendrait meilleure, nous nous soutiendrions mutuellement pour atteindre nos objectifs.
Le premier rendez-vous parfait serait un mélange de quelque chose de nouveau et quelque chose de familier. Un endroit mignon. Pas au ciné. Le ciné c’est nul pour les premiers rendez-vous.

Avez-vous déjà été à Chicago ? En tant que new-yorkaise, quelles sont les choses qui vous viennent à l‘esprit à propos de Chicago ?

Je n’y suis pas allée, mais je veux y aller ! Quand je pense à Chicago, je me dis que c’est vieillot, même si je sais que ce n’est pas vrai ! J’ai aussi l’impression que les filles là-bas ont tendance à emménager et se jeter à corps perdu dans une relation plus vite que dans les autres villes. Mais je n’en suis pas sûre non plus. J’ai été à Los Angeles et c’est vraiment différent de New-York. Chaque lieu est différent. J’ai entendu de très bonnes choses sur Chicago, ça fait vraiment partie des lieux à visiter !

Ferez-vous une vidéo à Chicago un jour ?

Bien sûr !

Sur quoi d’autre travaillez-vous en ce moment ? D’autres projets ? Qu’est-ce que l’on peut attendre de vous dans vos prochaines vidéos ?

Eh bien, je travaille avec le magazine

Curve. Je vais faire quelques vidéos pour eux. Je continue à prendre de l’ampleur avec mon organisation caritative Project Toasty, j’ai vraiment hâte. Et je continue aussi à construire ma chaîne GirlfriendTV. C’est là que beaucoup de mes nouvelles vidéos seront postées !
S’il vous plait, n’hésitez pas à venir me dire bonjour et à laisser un commentaire sur l’une de mes vidéos, j’adore avoir des retours et cela m’aide de pouvoir parler avec vous, ça me donne de nouvelles idées pour de futures vidéos !

Interview Originale sur le site Thelstop.org

A propos de Lou Morin

Lou Morin
Traductrice Anglais/Français

Répondre