Sex Addict : Interview de Tatiana Potard pour le Site La Référence

Sex Addict : Interview de Tatiana Potard pour le Site La Référence

Interview accordée à Erwan Chuberre pour le Site La Référence

Sex Addict est le premier de roman de Tatiana Potard. Si vous lisez la presse gay française, vous ne pouvez pas être passé à côté d’un article de cette figure rédactionnelle de l’univers LGBT ! Et si par malheur, vous n’avez jamais rien lu d’elle, il n’est pas trop tard pour vous ruer sur son livre, une véritable friandise à déguster sans modération. Avec Sex Addict, on s’amuse, on pleure, on rit.

Au fil des pages, Tatiana Potard nous promène de fêtes dans le Marais en nuits torrides entre demoiselles…  Alex, son héroïne, est une jeune lesbienne d’aujourd’hui bien dans ses pompes et dans sa sexualité qui nous fait partager son blog. On y croise des méchants et des gentils. Hmm… Une sex addict, la Tatiana ? À voir… où plutôt, à questionner… Justement, ça tombe bien, elle arrive…

Rédactrice depuis plusieurs années, pourquoi avoir choisi de sortir votre premier roman seulement maintenant ?

En effet, cela fait une dizaine d’années que je suis chroniqueuse pour divers magazines, LGBT ou non, mais j’écris des nouvelles depuis que je suis adolescente. L’idée d’écrire un roman construit sous la forme d’un journal intime d’une jeune lesbienne me trotte en tête depuis longtemps. Le phénomène blog a pris de l’ampleur. Je me suis mise moi-même à bloguer. Et c’est tout naturellement que Sex Addict est passé du simple journal intime au blog. Le temps libre que m’a imposé une longue période de chômage m’a permis de me jeter à corps perdu dans l’écriture… jusqu’à la naissance de mon bébé rose.

Quand on lit votre roman, on a vraiment l’impression que vous avez retranscrit votre propre blog. Où est la frontière entre le vécu et la fiction ?

En fait, ce n’est pas du tout une retranscription fidèle de mon blog. Même si, je dois bien l’avouer, il y a énormément de mon vécu et de celui de mes amis dans ce roman. Néamoins, Sex Addict est une fiction et, au risque de vous décevoir, je ne suis pas tout à fait Alex. Dans le livre, j’ai également changé le nom des boîtes et des bars parisiens. Je trouvais ça ludique. J’aime jouer avec les mots. C’est une sorte de clin d’œil à tous les accros du milieu gay qui peuvent ainsi s’amuser à reconnaître les endroits qu’ils fréquentent.

N’avez-vous pas peur de rester cantonnée dans le statut de blogueuse à défaut d’accéder à celui d’auteure ?

Il est vrai que les critiques de certaines personnes me peinent. Celles qui ne m’ont jamais lue auparavant n’ont pas compris que, pour Sex Addict, je me suis pliée à un style d’écriture qui est propre au blog, c’est-à-dire des phrases courtes et un style léger. Elles n’ont pas su lire entre les lignes et voir qu’il y avait certaines envolées tatièsques et une trame plus profonde. Cela demande pourtant beaucoup d’effort d’écrire dans un style « inférieur » à celui que l’on peut avoir d’habitude. Sex Addict est mon premier bébé. En ce moment, je suis en phase de retour de couche, mais je compte bien lui donner une longue fratrie.

J’imagine qu’il doit exister pas mal d’autres Alex, semblables à votre héroïne. Est-ce que vous recevez des témoignages de lectrices qui se sont identifiées à ce personnage ?

Via mon site, je reçois énormément de mails de lectrices de France entière et de Belgique qui disent avoir beaucoup aimé mon livre et qui me félicitent pour avoir osé parler de sexe sans fioritures. Il est vrai qu’au risque de choquer les âmes sensibles, les scènes de sexe entre femmes que je décris sont bien loin du « touche pipi ». Certaines lectrices demandent de mes nouvelles, des nouvelles de ma Cécile, de mon Marco ou d’ autres protagonistes. C’est très touchant de voir comment elles se sont appropriées l’histoire de la petite Alex. Cela dit, j’aimerais vraiment que mon livre soit lu par tous, garçons et filles, car ils ne s’adresse pas qu’aux lesbiennes. De plus en plus de gays m’écrivent aussi pour me dire qu’ils l’ont aimé. D’ailleurs, je remercie chaleureusement tous ceux qui ont fait l’effort de me lire même si, à la base, mon roman narre l’histoire d’une jeune femme et qu’il a été publié dans une maison d’édition lesbienne. En fait, Sex Addict est bourré d’humour pédé… (Rires)

Malgré le titre du roman, votre Alex tient plus de Bridget Jones que d’une veuve noire, non ? Peut-on dire d’elle qu’elle serait une romantic addict ?

Eh oui, c’est tout à fait ça ! Au fond, Alex est plus addict à l’amour et au romantisme qu’au sexe, et mon livre est bien plus une quête initiatique de l’amour absolu qu’une gigantesque orgie. Pour moi, Alex est un clown Auguste (et un auguste clown !) qui dissimule sous des tonnes d’humour toute sa tristesse, son mal-être et son besoin viscéral d’être aimée. C’est lorsqu’elle se démaquille que l’on touche à l’essence même de son personnage. Tous les grands comiques ont ces deux facettes. Et je suis bien placée pour vous en parler…

Interview Originale sur le site La Référence

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre