Jessica Jones : Interview de Carrie-Anne Moss, l’interprète de Jeri Hogarth

Carrie-Anne Moss - Jessica Jones

Interview accordée à Trish Bendix le 27 janvier 2016 pour le site Afterellen.com

Avec Jeri Hogarth dans Jessica Jones, Carrie-Anne Moss interprète une avocate lesbienne dont la vie personnelle et professionnelle se retrouvent mêlées de façon dramatique lorsqu’elle décide de quitter sa femme, Wendy (Robin Weigert), pour son assistante, Pam (Susie Abromeit). Pour couronner le tout, elle essaie de blanchir sa cliente, Hope, du meurtre de ses propres parents, ce qui lui demande de beaucoup collaborer avec la super détective privée Jessica Jones (Krysten Ritter).

Nous avons discuté avec Carrie-Anne lors de la journée Netflix de la tournée de presse de la TCA où il a été annoncé que la série serait renouvelée pour une seconde saison.

On ne voit jamais vraiment de personnage lesbien moralement ambigu. Est-ce en partie ce qui vous a attiré chez elle ?

Oui, j’étais juste enthousiaste de pouvoir jouer une femme intéressante, vous voyez ? Un personnage intéressant. Et j’ai aimé le fait qu’il n’y ait pas de stéréotype. Je déteste les personnages clichés ou ceux qui n’ont qu’une facette. C’est vrai qu’en fin de compte c’est mon boulot de ne pas les jouer ainsi, mais c’est aussi dû à l’écriture, parfois ils peuvent être écrits comme cela. C’était très clairement exprimé pour moi : c’était une histoire humaine sans aucun cliché.

Avec la première saison qui se termine comme ça, je me demandais ce qu’ils pourraient faire de Jeri dans la saison 2 ?

Je n’en ai aucune idée. Aucune idée !

Pensez-vous que Pam sera toujours dans les parages ?

Aucune idée !

Qu’aimeriez-vous qu’il arrive ?

Je ne voudrais pas me limiter par ma vision des choses parce les scénaristes vont… vous voyez ce que je veux dire ? Je n’y ai pas encore pensé parce que je viens juste de l’apprendre aujourd’hui. [ndlt : apprendre le renouvellement de la série pour une seconde saison]

Il y a une scène assez brutale que vous jouez avec Robin et dans laquelle vous vous faites poignarder plusieurs fois. Comment était-ce pour vous et Robin ? Était-ce stimulant ?

Ça l’était. C’était intense, oui. Mais on s’entend tellement bien, on s’est bien amusées. C’était sympa jusqu’à ce que je me cogne la tête deux fois parce que j’étais trop à fond dedans, trop à fond pour sauver ma peau. Mais c’était marrant.

Beaucoup de personnes y voient une allusion sexuelle…

Mais les gens ne disent-ils pas toujours cela ? Depuis l’école primaire les gens… Peu importe qui est votre meilleure amie, c’est comme si les gens n’arrivaient pas à accepter cet amour, sauf en le changeant, il doit être romantique. Alors, je ne sais pas. J’ai l’impression que c’est la direction que prennent les gens de tout façon. Mais c’est bon là, stop.

J’aime aussi la façon qu’a votre personnage de s’habiller et de se tenir. Enfiler ces vêtements vous a-t-il beaucoup aidée pour vous mettre dans la peau du personnage ?

Tout à fait. Parce que je ne m’habille pas comme ça. Ça m’a aidée parce que ça m’a fait me sentir comme une femme de pouvoir, une businesswoman. Je ne le suis tellement pas dans la réalité, pas du tout. Je suis une artiste. Vous voyez ce que je veux dire ? Je suis du genre désinvolte. Donc ça a été utile pour me donner l’impression [d’être Jeri], oui !

Qu’est-ce qui a été le plus stimulant dans l’interprétation de votre personnage ?

J’en ai adoré chaque minute. Je ne sais pas. Je crois que le plus difficile a été de juste faire confiance au fait que tout allait être révélé et de ne pas trop me prendre la tête, de ne pas essayer de découvrir ce qu’il se passait.

Avez-vous été surprise lorsque vous avez vu la fin sur le papier ? Vous êtes-vous dit « Ah, alors c’est qu’ils vont avec cette histoire ! » ?

Je crois que lorsque Robin se fait tuer, oui. J’étais genre « Oh ! ». Parce que je continuais de penser que, peut-être, elles se remettraient ensemble, vous voyez ? Que Jeri faisait ça juste pour le sexe et qu’elle allait peut-être finir par réaliser « Oh mon Dieu, qu’est-ce que j’ai fait ? Reprends-moi ! » Je n’arrêtais pas de me dire ça.

Voyez-vous Jeri comme une mauvaise personne ?

Non. Et vous ?

Non plus. Je pense qu’elle est complexe et c’est pour cela que les gens l’aiment.

Elle est honnête. Elle ne raconte de conneries à personne. Elle est féroce. Je l’adore.

Interview Originale sur le site Afterellen.com

A propos de Lou Morin

Lou Morin
Traductrice Anglais/Français

Répondre