Mon Amoureuse de Mansfield Tya

Mon Amoureuse de Mansfield Tya

Extrait de l'Album : June

Date de Sortie : 2005

Paroles : Julia Lanoë, Carla Pallone

Musique : Julia Lanoë, Carla Pallone

Nationalité : Française

Genre : Folk

Durée : 2 : 31 minutes

Titre Original : Mon Amoureuse

Mon Amoureuse : Avis Personnel

Julia Lanoë et Carla Pallone se rencontrent en 2002 à Nantes, elles vont former le duo Mansfield.TYA. Julia Lanoë est également une chanteuse du groupe Sexy Sushi. Le nom du groupe est un hommage à June Mansfield, épouse de l’écrivain américain Henry Miller, leur album dont est tirée la chanson de la semaine vient également de cette femme.

Ces deux artistes se complètent et arrivent à se créer une grande complicité malgré leurs différences artistiques. Elles nous proposent un mélange à tous niveaux que ce soit avec leurs personnalités ou par les instruments utilisés. Mansfield TYA propose un univers musical bien à lui, elles nous plongent facilement dans un univers mélancolique et sombre ou bien dans un univers totalement déjanté de pop sensuelle.

La chanson « Mon Amoureuse » est portée par la voix frêle de Julia Lanoë, on peut remarquer dans cette chanson le manque de percussions, il y a juste la guitare et le violon qui donne de l’émotion à cette chanson. On peut remarquer que ce manque de percussions va se répéter sur toutes les chansons comme si les chansons étaient « nues ». Julia Lanoë et Carla Pallone sont ouvertement lesbiennes comme l’a dit Julia dans une interview pour le magazine Têtu : « L’homosexualité n’influence rien, j’écris comme je suis et je suis homosexuelle ».

Paroles

Qu’elle était belle ma môme opaline
Vue sur une prairie solitaire
Ma belle tendre sculpture androgyne
Tu n’insistas pas pour me plaire

Je ne suis pas de celles qui bondissent
Sur le premier bijou souriant
Du temps il me faut pour que j’agisse
Cœur de mousse modère ses battements

Sous une pluie moqueuse
Je te vois t’éloigner
De moi mon amoureuse
Telle une mer pressée
Telle une mer pressée

Telle une mer pressée

Où cours-tu ma fugitive?
Mon indécision t’a glacée
Mais elle te réclame mon âme vive
Tu m’as trop vite abandonnée

Sous une pluie moqueuse
Je te vois t’éloigner
De moi mon amoureuse
Telle une mer pressée

Ancrée dans ma peau pensive
J’ai le sent-bon de l’ingrate
Une absurde rancœur avive
L’odeur d’une ivresse écarlate

Elle emporte avec elle
Ses pensées secrètes
Ses drapés, ses dentelles
Ses cendres de cigarettes.

A propos de Caroline Pintupie

Avatar
Elle a contribué à la grande aventure Univers-L avant de quitter l'équipe pour de nouvelles aventures.

Répondre