La Répétition

Une amitie passionnée

Année de Production : 2001

Date de Sortie : 22 Août 2001

Réalisation : Catherine Corsini

Scénario : Catherine Corsini, Marc Syrigas

Avec : Emmanuelle Béart (Nathalie), Pascale Bussières (Louise), Jean-Pierre Kalfon (Walter Amar), Sami Bouajila (Nicolas), Raphaël Neal (Patrick), Dani Levy (Matthias), Marilu Marini (Mathilde)

Nationalité : Franco-Canadienne

Genre : Drame, Romance

Durée : 1h 35min.

Titre Original : La Répétition

La Répétition : Résumé

Dans La Répétition, Louise et Nathalie se connaissent depuis qu’elles sont enfants. Très jeunes, elles rêvaient toutes les deux de devenir actrices, malheureusement Louise n’était pas à la hauteur. Après une séparation de plus de dix ans, les deux amies se retrouvent.

Nathalie est devenue une comédienne de théâtre renommée alors que Louise, mariée et mère de famille, travaille comme prothésiste dentaire avec son mari. Toujours aussi admirative et éblouie par son amie, Louise décide de faire son bonheur malgré elle. Elle lui organise un rendez-vous avec Walter Amar, un metteur en scène prestigieux et lui obtient un rôle dans sa nouvelle pièce.

Petit à petit, Louise se rend indispensable dans la vie de Nathalie. Elle vit ses propres rêves à travers son amie. Elle s’installe chez Nathalie, l’aide à répéter, assiste à son travail, lui prépare la cuisine.

Prisonnière d’une amitié étouffante, Nathalie n’a rapidement plus aucun répit. Leur relation devient de plus en plus passionnelle et oppressante.

Dans La Répétition, Louise et Nathalie se connaissent depuis qu'elles sont enfants. Très jeunes, elles rêvaient toutes les deux de devenir actrices, malheureusement Louise n'était pas à la hauteur. Après une séparation de plus de dix ans, les deux amies se retrouvent. Nathalie est devenue une comédienne de théâtre renommée alors que Louise, mariée et mère de famille, travaille comme prothésiste dentaire avec son mari. Toujours aussi admirative et éblouie par son amie, Louise décide de faire son bonheur malgré elle. Elle lui organise un rendez-vous avec Walter Amar, un metteur en scène prestigieux et lui obtient un rôle dans…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Un amour étouffant.

Note des lectrices : 1.43 ( 4 votes)
51

Dans La Répétition, Louise est amoureuse de Nathalie et le spectateur le réalise dès leur premier rencontre. Une rencontre fortuite où Louise se rend au théâtre avec son mari, et retrouve, sur scène, son amie d’enfance. La jeune femme est émue et impressionnée par Nathalie. Elle réalise le travail effectué par celle-ci et le chemin qu’elle a parcouru. Elle l’admire et va même jusqu’à fouiller sa loge pour se rapprocher de son amie. Nathalie, elle, est plus réservée.

La seconde rencontre entre les deux femmes est prévue et calculée. C’est le début du mensonge pour Louise et toute la complexité de la relation entre Nathalie et elle se dévoile. C’est une relation ambiguë basée sur l’admiration, la jalousie et le désir qui devient de plus en plus malsaine et destructrice au fil du long métrage.

Les deux actrices principales, Emmanuelle Béart et Pascale Bussières sont excellentes. Elles s’affrontent dans un jeu de regards, de silences et de sourires qui sont plus forts que leurs disputes ou leurs rapprochements. Elles sont impressionnantes et époustouflantes.

Malheureusement, le rapprochement et le rejet, l’amour et la haine entre Nathalie et Louise fascinent un temps et retiennent l’attention mais le spectateur finit par se lasser et se demander où cela va l’entraîner. Bien qu’il n’y ait aucun passage ennuyeux, le film donne l’impression de se répéter et de tourner en rond, ce qui finit par fatiguer.

Un casting exceptionnel, une atmosphère étouffante, un scénario répétitif font de ce long métrage un drame poignant. La scène d’amour, érotique et torride n’a d’égale que le passage de la crise d’appendicite qui porte la relation Nathalie/Louise à son paroxysme. A découvrir.

Il faut toutefois noter, qu’il n’y a aucun questionnement d’ordre sexuel. Nathalie et Louise ne sont pas lesbiennes. Elles sont seulement très proches l’une de l’autre. Elles ont une amitié fusionnelle. Aucune n’envisage une liaison avec une femme et chacune retourne auprès d’un homme après sa rupture avec l’autre.

La Répétition : Critiques Presse et Récompenses

« (…) La Répétition multiplie les pistes et y puise sa richesse : suspense du film de genre, sensualité d’une étreinte homosexuelle, dissection d’une rivalité amoureuse, c’est en accumulant les thèmes que Catherine Corsini parvient à rendre fascinante la relation qui unit Louise à Nathalie – et qui les déchire. » Aurélien Férenzci (Télérama)

« (…) la cinéaste n’est jamais aussi juste, aussi bouleversante, que lorsqu’elle est dans le vif de la passion. Que ce soit dans les éclats, la ferveur et les déchirements, les ambiguïtés et les incertitudes. (…) l’intensité des deux actrices est pour beaucoup dans cette réussite. » Jean-Pierre Lavoignat (Studio Magazine)

« Histoire d’amour, manipulation sordide, éloge de la Comédie, le film de Catherine Corsini est tout cela. Les ficelles du scénario sont parfois grossières mais l’interprétation exceptionnelle d’Emmanuelle Béart et de Pascale Buissières fait largement oublier ces coutures un peu voyantes. » Marie-Elisabeth Rouchy (Le Nouvel Observateur)

« Certes, La Répétition est un film intéressant. Bien joué, bien éclairé par Agnès Godard. Où est, néanmoins (…), pour Corsini, la nécessité de répéter, si recréer est d’emblée hors-jeu ? » Françoise Audé (Positif)

« (…) la réalisatrice fait ici le choix d’un scénario qui, (…), frise parfois la psychologie appliquée et donne un sentiment qui assèche le film. Il y demeure néanmoins de réels moments de grâce, dus en grande partie à ses talents de directrice d’actrices et à ses deux Comédiennes. » Xavier Leherpeur (Ciné Live)

« L’opposition entre l’actrice (…) et la femme ordinaire (…) se fige pour n’être plus qu’une bonne idée de scénario, sans devenir tout à fait un film vivant, et La Répétition tente de trouver un second souffle dans une satire parfois bienvenue des milieux théâtraux (…). (…) l’intérêt reste en éveil jusqu’au bout, malgré une frustration croissante. » Thomas Sotinel (Le Monde)

« On pense parfois au scénario de Harry, un ami qui vous veut du bien, en plus sensuel, et subtil d’abord. Et puis, la subtilité devient cliché, la perversité trouble manichéisme… répétitif, et l’on se lasse. » Annie Coppermann (Les Echos)

« La mise en scène manque (…) de vigueur. Les émotions pourtant bien jouées ne touchent pas véritablement le spectateur, qui reste trop souvent de marbre face à ce récit passionnel. La chaleur ne transpire pas des images. Quelques scènes réussies (…) » Olivier Pélisson (MCinéma.com)

« Malgré ces maladresses, le film ne se laisse pas facilement oublier. Quelque chose de vraiment authentique l’habite. La douleur sourde, qui traverse le film de part en part, a quelque chose de non feint et de vraiment prenant. » Jean Marc Lalanne (Libération)

« Oscillant entre le grotesque (…), les fausses bonnes idées (…) et quelques moments d’éclat (…), La Répétition désole comme désolent les films sages et scolaires qui se veulent risqués et enflammés. » Jérôme Larcher (Cahiers du Cinéma)

« Corsini cumule les tics du mauvais cinéma français psychologico-auteuriste, rayon engrenage passionnel et défilé de traumatismes costauds. Hystérie en chambre où les dialogues sonnent faux et lourds. » Olivier de Bruyn (Première)

« Ce qui ressort (…) de ce portrait bien trop appliqué d’une vampirisation consentie c’est surtout son absence d’élan, de tourments. Malgré la fièvre qui l’anime ce film pâlichon se révèle rarement à la hauteur de ses ambitions. » Nathalie Piernaz (Chronic’art.com)

« (.) un scénario qui passe partout, mais aux forceps, et une mise en scène qui s’appuie pour l’essentiel sur un duo performant de Comédiennes (…). Tout, finalement, est voué à la répétition. Répétition du même, du convenu, emporté dans un élan sans surprise de destins tout tracés. » Jean-Philippe Tessé (Urbuz.com)

« Une histoire glauque, mi-thriller, mi-tragédie, dont on attendait qu’elle soit racontée avec plus de distance et d’humour par la réalisatrice de La Nouvelle Eve. (…) . On a donc bien du mal à s’attacher à des personnages se prenant à ce point au sérieux. Décevant. » Marie Marvier (L’Express)

La Répétition : Extraits

NATHALIE  : Pourquoi tu m’as laissée tomber ? Tu m’en voulais à cause du théâtre ? Non ? On n’a pas arrêté de se voir comme ça, du jour au lendemain sans raison !
LOUISE  : Je sais plus, c’est loin.
NATHALIE  : Menteuse. Quand tu m’as larguée, je me suis sentie. je me suis sentie punie. Personne ne m’avait jamais puni comme ça.
LOUISE  : C’est vrai, j’ai été dégueulasse.

LOUISE  : Nathalie, je sais parfaitement que tu avais eu Nicolas au téléphone la veille de notre départ. Comment tu as pu être aussi cruelle ? J’avais simplement essayé de ne pas t’embarrasser et toi tu t’es amusée avec moi comme je n’oserai même pas le faire avec une bête. Et ta façon de m’offrir ton étui à cigarettes en insinuant que je te l’ai volé alors que je l’ai retrouvé dans le hall de l’hôtel, coincé derrière un fauteuil. Aujourd’hui, la tête froide, je pense que ces retrouvailles ont été un échec. Je suis certaine que tu auras le rôle de Loulou. Elle est infidèle, manipulatrice et indifférente. Tout cela t’ira comme un gant. A jamais. Louise.

NATHALIE  : On s’aime beaucoup mais on s’empêche de vivre.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre