Les Filles Du Botaniste

Une histoire d'amour lesbienne qui se termine tragiquement

Année de Production : 2005

Date de Sortie : 26 Avril 2006

Réalisation : Dai Sijie

Scénario : Dai Sijie, Nadine Perront

Avec : Mylène Jampanoï (Min Li), Li Xiaoran (Cheng An), Dongfu Lin (Mr Chen, le botaniste), Wang Weidong (Dan), Nguyen Van Quang (Maître Wang), Nguyen Nhur Quyynh (La directrice)

Nationalité : Franco-chinoise

Genre : Drame, Romance

Durée : 1 h 45min.

Titre Original : Les Filles du Botaniste


Interview(s) :

Interview de Mylène Jampanoï

Les Filles Du Botaniste : Résumé

L’action de Les Filles Du Botaniste se déroule en Chine, dans les années 1980.

Li Min est une jeune orpheline qui obtient un jour un stage chez un botaniste réputé. Elle se rend chez Mr Chen sur une île transformée en immense jardin luxuriant. Là, elle découvre un homme autoritaire et secret qui vit en reclus, uniquement entouré de sa fille.

Sa fille, An, accueille l’arrivée de la jeune étudiante avec le sourire. Même si elle refuse de le reconnaître, cette vie solitaire lui pèse. Rapidement les deux jeunes femmes deviennent amies et complices. Elles se rapprochent et leur amitié évolue alors en une attraction troublante et une romance profonde.

Refusant d’être séparées, elles imaginent un stratagème complexe pour rester sous le même toit. Li épouse Dan, le frère d’An. Malheureusement, le père de la jeune femme finit par découvrir leur liaison amoureuse…

L'action de Les Filles Du Botaniste se déroule en Chine, dans les années 1980. Li Min est une jeune orpheline qui obtient un jour un stage chez un botaniste réputé. Elle se rend chez Mr Chen sur une île transformée en immense jardin luxuriant. Là, elle découvre un homme autoritaire et secret qui vit en reclus, uniquement entouré de sa fille. Sa fille, An, accueille l'arrivée de la jeune étudiante avec le sourire. Même si elle refuse de le reconnaître, cette vie solitaire lui pèse. Rapidement les deux jeunes femmes deviennent amies et complices. Elles se rapprochent et leur amitié…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Une romance lesbienne exotique.

Note des lectrices : 4.54 ( 6 votes)
66

Les Filles du Botaniste est un film visuel. Je crois que je n’ai jamais vu d’images aussi belles, de paysages aussi superbes et d’actrices aussi sublimes divinement mises en valeur. Tout est fait pour la beauté des yeux. Le passage où An piétine la résine sous la vapeur et celui où elle est endormie, allongée nue dans la fumée en sont des exemples vibrants.
Vous en prenez plein les yeux et regrettez presque que cette histoire d’amour soit traitée de manière aussi pudique et réservée. Vous auriez aimé que la passion qui unit An et Li transparaisse à l’écran au cours d’une scène d’amour sensuelle et chaude. Mais vous avez fini par vous convaincre que c’était déjà beaucoup.

Et pourtant, il subsiste cette impression que le scénariste et réalisateur tente de nous protéger. Cette liaison homosexuelle dans la Chine des années 80 est vouée à une triste fin. Les tabous et le poids de la culture vous le rappellent sans cesse. Mais les conséquences de cette relation semblent éludées et ne concernent que les dernières minutes. On ne voit ni n’entend aucun témoignage en faveur de Li ou d’An. Elles ne s’expriment pas. Leur mort n’est même pas montrée. Pour une histoire qui passionne la Chine et divise le peuple, je trouve que c’est trop peu.

Pourquoi faire ainsi abstraction des conséquences de leurs actes et de leurs choix (le mariage avec Dan par exemple) ? En faisant cela, le film perd toute sa valeur et sa profondeur. Il se contente d’aligner de sublimes images en oubliant d’explorer son sujet.

C’est dommage parce qu’au final, le spectateur ne retient aucun message, simplement quelques réminiscences de paysages, de visages et de postures qui s’effaceront avec le temps.

Les Filles Du Botaniste : Critiques Presse et Récompenses

« (…) de jolies scènes pleines de charme, de poésie et de délicatesse. A voir sans retenue. » Brigitte Baudin (Le Figaroscope)

« Poignant de bout en bout, Les filles du botaniste ouvre une brèche dans la société chinoise sclérosée. » Nicolas Bauche (aVoir-aLire.com)

« Une oeuvre sensuelle et inquiétante, qui magnifie les corps et laisse planer la menace d’un père autoritaire jusqu’à sa conclusion, brutale et sans pathos. » Benjamin Mallet (Première)

« Le magnifique scénario du cinéaste romancier Dai Sijie est plutôt bien servi par lui-même (…). » Alain Riou (TéléCinéObs)

« La graine est plantée, qu’un autre réalisateur-botaniste la fasse germer. » Alain Spira (Paris Match)

« (…) des images bien léchées, empreintes d’un raffinement sophistiqué et d’un charme exotique. » La rédaction (Ouest France)

« Magnifique pour les yeux, Les Filles du botaniste oublie parfois de l’être pour l’esprit. » Julie Deh (Fluctuat.net)

« Si les ébats des adolescentes donnent lieu à des séquences plutôt niaiseuses, Dai Sijie (…) tire un magnifique parti de son décor. » Marine Landrot (Télérama)

« (…) Sijié réussit un film en demi-teinte, porté par des images et des décors si somptueux qu’ils finissent par recouvrir l’ensemble d’une couche d’exotisme appuyé, voire de mièvrerie. » Yasmine Youssi (Zurban)

« Tourné au Viêt Nam, ce film dégage une sensualité douce et sulfureuse. On reste ébloui par la beauté des deux actrices. » Hubert Lizé (Le Parisien)

« (…) le parti pris esthétique (et c’est beau) finit par l’emporter un peu trop sur l’émotion et la sensualité. » Béatrice Toulon (Studio Magazine)

« Dommage que le vrai sujet du film (la répression de l’homosexualité en Chine) ne soit survolé qu’à la fin. » Stéphanie Belpêche (Le Journal du Dimanche)

« Pétales de fleurs, lampions rouges et envol de tourterelles donnent à cette fresque sur le désir contrarié une tonalité décorative proche des pubs pour thés, savons ou voyages exotiques. » François-Luc Doyez (Le Monde)

« (…) la naissance de l’amour entre Min et An sur fond de violons a un goût trop fleur bleue qui ne sied pas à la beauté rare du jardin. » Florence Ben Sadoun (Elle)

« Les filles du botaniste enterrent bien les pénis… mais manient le symbole comme des manches. » Vincent Guignebert (Score)

« Avec ses brouillards artistiques, ses plans contemplatifs et, surtout, sa musique de bars lounge, Les filles du botaniste ressemble plus à une pub pour une marque de thé qu’à un drame intense et discret. » Hugo de Saint Phalle (MCinéma.com)

« La grande pauvreté du scénario, parfois niais dans son idée de la passion et toujours pompeux dans son usage du tragique, s’harmonise avec une réalisation languissante et une interprétation sans vie. » Alain Masson (Positif)

« Racoleuses pour un cinéma touristique de bas étage, Min et An déambulent dans les décors esthétisants d’un film au moins aussi codifié et rigoriste que la société qu’il condamne. » Emily Barnett (Les Inrockuptibles)

« Ni fièvre, ni sensualité, mais une pose publicitaire transpirant, entre vapeurs de bains et visite des montagnes voisines, l’artificiel. » Alex Masson (Chronic’art.com)

« L’ambiance saphique vaporeuse qui émane de cet incroyable mélo (…) est d’un ringard qui confine au grotesque. » Grégory Alexandre (Ciné Live)

Les Filles Du Botaniste : Extraits

AN  : Je mourais de faim. Ça faisait deux jours que je n’avais rien mangé. Deux journées de jeun. Ça t’impressionne ?
LI  : Tu as pleuré, je le vois à tes yeux.
AN  : Ce n’est rien. Maintenant ça va beaucoup mieux.
LI  : Tu as douté de moi.
AN  : J’ai eu peur.
LI  : Il faut pas que t’aies peur. Je n’aimerai jamais personne d’autre que toi.

AN  : Je t’attendais. Je savais que tu viendrais.
LI  : Prends-moi. C’est à toi que j’appartiens, pas à Dan.
AN  : Je suis aussi à toi.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Un commentaire

  1. Avatar

    Je l’ai revisionné, je trouve ce film sublime; les paysages donnent envie de voyager, j’ai trouvé que la relation était abordée en subtilité, mais on ressent que leur relation est forte, la douleur de An quand son frère “essaie” de se rapprocher et ensuite se marie avec Li Min. Le rituel des oiseaux et la scène de fin avec les cendres me bouleversent à chaque fois. (du même auteur je vous conseille le livre “Balzac et la petite tailleuse chinoise”, pas d’histoire lesbienne, mais c’est tellement bien écrit)

Répondre