interview de Mylène Jampanoï, l’interprète de Rani

Interview liée à la série Rani

Mylène Jampanoï

Interview accordée à Emmanuelle Dreyfus le 12 Décembre 2011 pour Orange.fr

Mylène Jampanoï est l’héroïne, belle et indomptable, de Rani, la nouvelle saga de France 2 qui débute le 12 décembre à 20 h 35. Découverte d’une comédienne alternant films d’auteur et succès populaires.

Pourquoi avez-vous accepté le rôle ?

Les rôles importants sont toujours donnés aux hommes, ils sont héroïques ; les femmes ont toujours le second rôle. Là, il y a tout à jouer, et c’est très bien écrit. Je ne vois pas une actrice qui pourrait refuser ce rôle. Si on ne s’amuse pas à jouer ça, on ne s’amuse jamais. C’est le genre de projet qu’on ne peut plus monter au cinéma, les films d’époque ne marchent plus. Pour être honnête, j’ai commencé par la télévision dans la série Sous le Soleil ; j’étais idéaliste et j’ai vécu l’inverse de ce que j’avais imaginé : tournages en studio, des comédiens qui comptent leur temps… Je suis partie avant l’heure et j’ai dit que plus jamais je ne tournerai pour la télévision : les acteurs n’ont pas de rêves, ils sont là pour l’argent. Pendant huit ans, j’ai tout refusé. Puis, Alain Beliner m’a proposé de jouer dans La Peau de chagrin tirée de Balzac, et cela a été une merveilleuse expérience. Cette fiction m’a réconciliée avec la télé. Rani, c’est la continuité. Très peu de producteurs mettent 15 millions dans un pays qu’ils ne connaissent pas, c’est risqué, et Jean-Hugues Anglade ne fait pas non plus toutes les fictions, c’est un acteur rare. Si la télé continue à prendre autant de risques, ça va devenir formidable.

Rani, est-ce un peu une Angélique moderne ?

Totalement. Jean Van Hamme a clairement assumé la filiation. Mon personnage, Jolanne de Valcourt, est très audacieuse comme elle ; elle sait se faire entendre… Une fois devenue Rani, reine, elle n’hésite pas à prendre la parole lors de conseils politiques dans de longs monologues, sans véritablement maîtriser son sujet ! D’ailleurs, Angélique va être adapté au cinéma, et si on me proposait le rôle, je foncerais. Pour le coup, je veux bien m’enfermer là-dedans. Je suis métissée, ce qui apporte quand même une certaine modernité. Un pas a été franchi.

Comment avez-vous quitté votre personnage après quatre mois de tournage ?

J’ai toujours un mois un peu chaotique après un tournage. Une forme de dépression pendant laquelle je ne veux plus sortir… Les tournages à l’étranger sont d’autant plus compliqués que l’on s’attache aux gens, on vit pendant plusieurs mois la même aventure. On a le sentiment de ne pas vivre quelque chose de banal. On a joué dans plus de cent décors, tourné dans cinq villes différentes…

Connaissiez-vous l’Inde auparavant ?

J’ai tourné mon premier film en Inde, La Vallée des fleurs ; j’en suis très fière. Ce fut un tournage difficile de quatre mois où l’on dormait dans des tentes à 5 000 mètres d’altitude entre la Chine et le Pakistan. Le réalisateur m’avait testée et prévenue. Pour avoir les décors qu’il voulait, c’était nécessaire. Il y avait trois cents personnes sur le tournage, tout comme pour Rani. C’était douche froide, puis treize heures de tournage, et j’ai adoré. C’est difficile après de faire une fiction en studio ou un film d’auteur dans une cuisine. Je me suis aussi mariée avec l’acteur indien du film Milind Soman. J’ai vécu cinq ans là-bas, j’ai épousé les traditions indiennes : je mange indien, je suis végétarienne. Je me sens très proche de l’Inde. L’ Inde me suit. Elle m’aime, je l’aime, elle me porte chance. L’ Asie en général me porte chance.

Quels sont vos projets ?

Je viens de terminer le prochain film de Xavier Dolan, un scénariste et réalisateur de génie qui a fait son premier film à 16 ans et qui a eu deux prix à Cannes pour J’ai tué ma mère. C’est son troisième long métrage, c’est totalement différent de Rani. Cela parle de transsexualité. Je suis mariée à une femme qui se transforme en homme et nous le vivons bien !

Interview Originale sur Orange.fr.

Mylène Jampanoi

Retour à la fiche de présentation Rani

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre