Rizzoli & Isles (Rizzles) : Recap S05E06 – KO !

Episode de la série Rizzoli & Isles  (Saison 5)

1

À vos gants de boxe, survêtements, et bienvenue dans l’univers du sport ! Ou plutôt des régimes miracles amincissants. Voici donc la victime du jour : Judith Barnett, accessoirement clone de Lara Croft même si la ressemblance n’est pas frappante sur cette photo. Vous la verrez mieux sur les suivantes. Non, je n’ai pas du tout choisi cette image pour sa gay vibe.

Cet épisode est très rapidement plié. Voici l’intrigue : Judith s’estimait en surpoids et en souffrait depuis de longues années. Aucun régime ne fonctionnait sur elle. Son mari, Alan Barnett et dentiste de son état, se trouvait parfaitement heureux avec sa femme telle qu’elle était. Mais Judith voulait vraiment maigrir. Ce fut chose faite avec le programme Tough Broad, sous la houlette du coach Mickey Rizzo : Judith avait enfin réussi à obtenir un corps parfait…

… avant de finir assassinée de plusieurs coups de couteau dans le dos.

3

Ah, on commence à la voir la petite ressemblance avec Lara Croft ? 🙂

Blessures au couteau, victime poignardée. La fine équipe de Boston retrouve l’arme du crime, un couteau portant les initiales L.B. Ce couteau appartient au bricoleur des Barnett, Luis Benitez. De plus, Luis possède un casier judiciaire : il a fait de la prison pour avoir poignardé des jeunes femmes. L’affaire semble pliée, mais l’instinct sans faille de Jane détecte une baleine sous le gravillon : Luis n’est pas le meurtrier de Judith. De plus, de nombreux témoignages attestent du repentir sincère et réel de Luis. Il faut donc chercher ailleurs. Eh bien mince alors : instinct ou pas, s’il suffit juste que tout mon entourage dise que j’ai changé alors que tous les indices pointent lourdement sur moi, et que ça suffit pour orienter la police ailleurs, je m’inquiète de la pertinence du travail des forces de police de Boston…

Mais suivons Jane et son instinct : l’autre suspect immédiat, c’est le coach sportif de Judith, Mickey Rizzo. Celui-ci a du succès avec ses clients, tous féminins : il explique à Jane et Frankie que ces femmes se sentent délaissées par leurs maris, et qu’elles viennent auprès de lui pour acquérir un physique de Lara Croft. Jane et Frankie supposent qu’il flirte avec ses clientes, et qu’il entretenait probablement une liaison avec Judith avant sa mort. Peine perdue pour l’instinct sans faille de Jane : Mickey possède un alibi en béton et en plus, il est gay. Cette information vaut la peine que l’on s’y attarde deux secondes, dans la mesure où Mickey est le premier personnage gay masculin de la série. Il aura fallu attendre 5 saisons, 6 épisodes et 292 allusions gays féminines.

Il ne reste plus beaucoup de suspects à ce stade. À part Alan, le mari dentiste de Judith. Et bien entendu, c’était lui le meurtrier. En toute honnêteté, la révélation n’en est pas une hein.. dès leur première confrontation avec ce dernier dans son cabinet, on le comprend tout de suite. Pour argumenter un peu (et aussi pour faire illusion de consistance avec ce recap qui va aller beaucoup trop vite, car l’épisode était trop peu fourni >_>), voici le dialogue résumé entre Jane, Korsak et Alan :

Alan leur explique que Judith vivait assez mal son poids, alors que ça ne le dérangeait pas du tout. La pauvre Judith n’arrivait pas à s’accepter comme elle était, alors que lui, ça ne le dérangeait pas du tout. Judith a donc voulu perdre du poids et s’affiner, ce qu’elle a réussi à faire avec le programme Tough Broad, alors que lui, ça ne le dérangeait pas du tout.

Devenue mince et belle aux yeux de la société, Judith a commencé à attirer nombre de regards masculins sur elle, et lui, ça ne le dérangeait pas du tout. Mais selon lui, Judith ne savait pas comment gérer cette affluence de popularité auprès de la gent masculine, alors que lui, ça ne le dérangeait pas du tout. Il en était même fichtrement fier. Évidemment, ce dialogue qui ne survient qu’à la cinquième minute de l’épisode seulement n’est absolument pas suspect. Du tout.

Je ne suis pas jaloux. Du tout.

Je ne suis pas jaloux. Du tout.

Le nœud de l’affaire, c’est le meurtre en lui-même : comment Alan a-t-il réussi à abattre Judith sans qu’il n’y ait aucune trace de blessure par balle sur son cadavre ? Et surtout… bon. Okay, je vais la refaire autrement parce qu’il faut suivre la logique et à ce stade, ça va être compliqué de tenir..

  • Alan possède un pistolet Ruger Bearcat, calibre 22.
  • Luis Benitez possède un couteau Luis Benitez (L.B).
  • Judith a été poignardée dans le dos à plusieurs reprises. Avec le couteau LB.
  • Alan s’entraînait à tirer sur des pastèques dans sa cabane au fond du jardin.
  • Susie Chang, du laboratoire (mais oui, l’assistante de Maura ? Qui réalisera d’ailleurs de forts jolis modèles réduits des scènes de crime durant tout l’épisode), détecte des impacts de balle dans les pastèques. Qui ne traversent pas les pastèques… selon les pastèques.

Bon. Je sens que je vais vous perdre avec cette histoire de couteau, de pistolet et de pastèques. Optons pour un descriptif détaillé du plan de monsieur Barnett. C’est parti !

LE PLAN

Alan a voulu tuer sa femme, car elle était devenue trop bombasse pour lui. Jaloux comme un pou des Hespérides, Alan a volé le couteau de Luis pour le faire accuser du meurtre. Mais Alan ne pouvait pas poignarder purement et simplement Judith parce que, comme celle-ci avait fait pas mal de sport récemment, et qu’Alan est de constitution plutôt frêle, il avait peur de se faire proprement latter la gueule. Il a donc opté pour la technique du lâche : la balle dans le dos.

PHASE 1

Mais pour éviter que l’on ne remonte jusqu’à lui, il fallait tout de même qu’il fasse accuser Luis du meurtre, en se servant notamment de son couteau aux initiales gravées à son nom. Pour pouvoir tuer Judith par balle et donner l’apparence d’un meurtre au poignard, Alan a eu l’excellente idée de se servir de sa formation de dentiste : envelopper la balle d’une mixture de pâte dentaire pour empêcher que la balle ne ressorte du corps et ainsi éviter la création d’un trou dans le corps par balle.

PHASE 2

Pour pouvoir tester l’adhérence de sa mixture, il s’est servi de pastèques : si la balle traversait la pastèque, c’est que la mixture n’était pas au point. Il a ensuite utilisé une tenue en Tyvek (combinaison en tissu spécial) pour se prémunir de toute trace ADN. Il fallait ensuite poignarder la victime (déjà morte par balle-mixturisée-à-la-pâte-dentaire) dans le dos, à l’endroit même du premier (et unique) impact de balle : aucune trace de balle à la sortie, plusieurs traces de coups de couteau pour camoufler à l’entrée.

PHASE 3

Repartir ensuite rapidement pour son cabinet, puisqu’il avait un rendez-vous ce matin-là et il faut bien qu’il travaille. Et qu’il ait un alibi. Durant le trajet en voiture, envoyer la combinaison en Tyvek ainsi que le pistolet par service postal (?!). Afin de se faire livrer le « colis » plus tard (et que les forces de police ne parviennent pas à retrouver les éléments du crime en fouillant les environs de son trajet >_>). Enfin, feindre l’étonnement et la tristesse durant son interrogatoire une fois le corps de sa femme découvert.

Fichtre…

Bordeeeel, mon plan était parfait… j'ai merdé sur la Poste !

Bordeeeel, mon plan était parfait… j’ai merdé sur la Poste !

Oui parce que bon… il faut avouer que c’est sacrément con de sa part d’avoir envoyé tous les éléments du crime par voie postale. J’aimerais aussi relever le nom de ce service postal par lequel on peut envoyer des combinaisons tâchées de sang et des armes à feu sans aucun problème.

Bonjour ! Voici l'arme du crime et la tenue que vous aviez commandés. Merci d'avoir choisi Rapid Courier, nous espérons que vous utiliserez de nouveau nos services !

Bonjour ! Voici l’arme du crime et la tenue que vous aviez commandées. Merci d’avoir choisi Rapid Courier, nous espérons que vous utiliserez de nouveau nos services !

Ah, nom d’un petit badge de police. La logique suit parfois des chemins bien étranges… mais, s’il y a bien une personne dont il n’a pratiquement pas été question jusque-là, c’est bien Maura Isles. Tout simplement parce que Maura est absente physiquement (même si elle apparaît plusieurs fois à l’écran) : Maura assiste à une convention et ne pouvait résoudre l’enquête sur place. Jane et Maura sont donc obligées de se parler sur Skype, puisqu’elles ne peuvent visiblement pas se séparer le temps d’une journée. D’ailleurs, la manière dont Jane couve Maura du regard en lui disant au revoir est tellement too much qu’il est obligatoire de le remettre :

Et ça va, mon amour ? Tu manges bien ? Tu as une belle chambre d'hôtel ? Oui, je t'embrasse aussi..

Et ça va, mon amour ? Tu manges bien ? Tu as une belle chambre d’hôtel ? Oui, je t’embrasse aussi…

Non mais, s’il vous plaît… est-ce que Jane peut avoir l’air plus amoureuse encore sur cette photo ? Non, sincèrement ? Enfin bon, passons. Comme Jane résume tout ce qu’elles pouvaient bien avoir à se dire en session Skype privée sur cette seule photo, laissons donc le Rizzles pour cette fois. Surtout que l’épisode suivant pèsera lourd : Jane et Jack vont se rencontrer pour la première fois.

À bientôt pour le prochain épisode : )

Retour à la fiche de présentation Rizzoli & Isles

A propos de Alex Kidd

Alex Kidd
Ecriveuse de trucs à temps partiel. Joue aux jeux vidéo, regarde des séries TV, joue de la musique, lit parfois.. comment ça, "geekette" ? >_>

Répondre