Rat Bohemia de Sarah Schulman

Rat Bohemia de Sarah Schulman

Titre Français : Rat Bohemia

Titre Original : Rat Bohemia

Auteur : Sarah Schulman

Date de Sortie : 15 Juin 2002

Nationalité : Américaine

Genre : Roman Contemporain

Nombre de Pages : 186 pages

Editeur : H&O Éditions

ISBN : 2-84547-041-X

Rat Bohemia : Quatrième de Couverture

Rita Mae Weems est tueuse de rats pour le compte des Services Sanitaires de New York. Ce job, c’est tout ce qu’elle a pu trouver, à la suite d’une longue période d’errance solitaire dans les quartiers les plus pauvres de la Grande Pomme, après que son père l’eut injustement chassée du foyer.

David, lui, est écrivain. Séropositif, il s’efforce de dresser un état des lieux sincère de son expérience de la maladie, tandis que sa famille détourne les yeux de ses efforts quotidiens pour rester en vie.

Killer, quant à elle, s’adonne aux joies d’un amour nouveau dans les bras de la mystérieuse Troy Ruby, poétesse à ses heures et militante de la cause lesbienne.

À travers le récit des destins croisés de ces trois personnages, Sarah Schulman dresse un constat sans concession de la souffrance et des interrogations d’êtres privés de l’amour familial et contraints de puiser à d’autres source l’énergie nécessaire pour trouver leur identité et leur place dans la société.

Sarah Schulman est née à New York en 1958. Elle est l’auteur de sept romans, dont un a déjà été traduit en français, After Delores (chez 10/18). Lauréat de nombreux prix littéraires américains, dont en particulier le « Ferro / Grumley Award » pour Rat Bohemia, elle a également été finaliste du Prix de Rome en 1997.

Rat Bohemia : Avis Personnel

Sarah Schulman est une véritable écrivaine qui joue avec les mots, les combinaisons, les personnages et les situations pour témoigner d’une époque et d’un monde qu’elle a connus. Elle est lesbienne et ne s’en est jamais cachée même en étant célèbre (puisqu’elle a remporté plusieurs prix pour ses livres à travers le monde) et tout comme le fait d’être juive (elle place donc systématiquement un personnage juif dans chacun de ses romans comme une sorte d’hommage).

Ici il est question de la famille, de cette famille au sein de laquelle vous naissez, vous grandissez et où parfois vous vous cachez pour continuer à y être aimée. Mais Rita, David et Killer, les trois personnages principaux, se sont très tôt rebellés contre cette loi du silence et ont ouvertement déclaré qu’ils étaient homosexuels. La cassure s’est donc faite entre leurs parents et eux. David, écrivain et fils d’un avocat décevait ce dernier qui ne souhaitait que la normalité et une vie fondue dans un moule, Rita a été jetée dehors par ce père sans éducation qu’elle admirait et qui ne voulait pas d’une fille différente.

Tout commence par une histoire de rats parce que Rita travaille pour les services sanitaires de New York. Elle raconte un voyage de David et mentionne, au même titre qu’elle dirait qu’il a les cheveux bruns ou les yeux bleus, qu’il est séropositif. Rita va donner sa vision de la maladie en tant que spectatrice alors que David, quelques paragraphes plus loin, va livrer sa propre vision de celle-ci.

Au final on se retrouve face à un roman dur qui raconte la vie de personnes livrées à elles-mêmes et recréant leur propre famille pour survivre. Et ce besoin d’amour dont ils manquent tous rejaillit à chaque page et montre à quel point il est difficile de trouver sa place dans le monde.

Un excellent roman que je conseille vivement.

Rat Bohemia : Extraits

« David est séropositif mais il avait encore 600 lymphocytes en partant pour la Chine, il n’y avait donc pas de qui s’inquiéter outre mesure. Il était d’abord allé à Canton et m’avait écrit pour me parler d’une campagne de dératisation menée par la municipalité, qui donnait des recettes pour inciter les habitants à consommer du rongeur.
Il disait avoir vu du rat laqué, mariné au miel et au soja, suspendu par la queue aux étals des marchés. Mais comme leurs congénères américains, tous les rats chinois ne se valent pas. Résultat, les gens rechignaient à manger du rat d’égout, ce qui revenait à peu près pour eux à manger dans les poubelles.
Un soir, David avait dormi dans la rue à Chengdu et s’était fait mordre un ongle par un rat. Soulagé de ne pas avoir été mordu jusqu’au sang, il ne comprenait pas pourquoi l’animal avait choisi l’ongle au lieu de la chair. Plus tard,  il avait rencontré un fou à Canton qui lui avait donné l’explication.
– Les rats, il faut qu’ils se liment les dents pour ne pas mourir de faim. Alors ils rongent des matières dures. Du bois ou des os de préférence, mais aussi des gens.
Il y a quelques années, le maire de New York a décidé de réduire le budget de la dératisation. Résultat, la nuit est devenue synonyme de silhouettes noires d’immeubles cernés de bestioles de quarante-cinq centimètres de long détalant dans l’obscurité. Dix millions au bas mot.
Ma meilleure amie, Killer, a passé pas mal de nuits avec moi à marcher au hasard dans la ville, faute d’argent. Moi, j’économisais pour quitter New York, et Killer ne travaillait plus depuis deux ans. Elle venait dîner chez moi tous les soirs et après, on sortait se promener. Elle avait même oublié comment chercher un travail. Elle avait oublié comment avoir l’air embauchable au téléphone. Un jour, j’ai jeté un coup d’œil par-dessus son épaule aux pages d’offres d’emplois subalternes du New York Times, sauf qu’on ne pouvait pas appeler ça des pages. C’était plutôt une demi-colonne.
Un samedi après-midi, on a vu un gamin se faire descendre devant une friperie en liquidation et, le lendemain, on a vu un type fondre les plombs et balancer des bouteilles en verre sur les gens pendant vingt minutes. J’ai toujours eu envie de tirer sur des rats. » (Pages 9-10)

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre