Los Hombres de Paco : Episode 14 – El Metodo Yamasuki

Episode de la série Los Hombres De Paco  (Saison 4)

Réalisateur : Fernando González Molina
Scénaristes : Marc Cistaré, María López Castaño, Luis Moya

Résumé

Au bar de Lola, Povedilla arrive en parlant dans un dictaphone. Il explique à sa femme et à ses amis surpris qu’il s’agit de la “méthode Yamasuki” qui consiste à faire écouter de belles choses aux personnes endormies pour qu’elles les retiennent. Le policier souhaite mettre cela en pratique avec sa fille. Alors que Don Lorenzo discute avec l’agent de l’Interpol De Gaulle, Povedilla surprend une partie de leur conversation. De Gaulle demande au commissaire la plaque de Paco et Mariano pour leur incompétence.

Pendant ce temps Aitor s’apprête à déclarer la disparition de Carlota. Seulement Salazar et Allison interceptent sa conversation et se mettent à faire des recherches le concernant pour l’empêcher de nuire à leurs plans.

Afin de ne pas se rendre au commissariat, Paco et Mariano font semblant d’être malade. Sachant que Don Lorenzo a discuté avec De Gaulle, ils tentent de lui parler quand ce dernier passe chez Lola. Ils n’y parviennent pas.

Lucas joue toujours un double jeu pour Salazar et son équipe. Allison commence à le séduire et à l’embrasser et, pendant qu’il se laisse faire, il découvre que celle-ci fait des recherches sur Aitor. Soudain Salazar les interrompt et amène Philippe dans le camion. L’homme est dans un sale état après avoir été attaqué. Devant l’impossibilité de le conduire à l’hôpital tout le monde s’interroge jusqu’à ce que John tue Philippe avec son arme. Salazar s’apprête à venger son ami mais Lucas le raisonne et le rappelle à l’ordre.

Pendant ce temps, au commissariat, Curtiz, Quique et Povedilla endorment l’agent De Gaulle grâce à un spray très puissant. Ils kidnappent ensuite le policier et l’enferment dans le coffre de leur voiture. José Luis panique et menace ses collègues de son arme mais ces derniers lui expliquent qu’ils agissent ainsi pour sauver Mariano et Paco. Ils vont tester la “méthode Yamasuki” sur De Gaulle. Au moment où Povedilla recule la voiture, il roule sur la prothèse de jambe que l’officier a perdue quand Curtiz a fermé le coffre. La jambe artificielle est alors complètement cassée.

Pepa reçoit un coup de téléphone d’une amie de Séville et invite Rita, Lola et Silvia à une fête pour l’enterrement de vie de jeune fille d’une collègue le soir même. Pendant ce temps Lucas et Sara s’embrassent dans les WC quand Aitor arrive pour parler à la jeune fille. Il lui montre le passeport de Carlota et demande comment elle a pu rentrer en Argentine sans lui. Lucas qui assiste à leur échange, caché dans les toilettes, comprend qu’il a des problèmes.

Paco et Mariano de leur côté mettent au point un plan pour sauver leur tête et celle de Lucas. Paco discute avec son beau-père pendant que Mariano, caché dans la camionnette de surveillance, est en contact avec lui grâce à un micro et une oreillette.

Montoya se rend chez Povedilla et dérange ce dernier, qui s’occupe de sa fille pendant que Quique et Curtiz essaient de réparer la jambe artificielle de De Gaulle, qui écoute en boucle les qualités de Paco et Mariano pendant son sommeil. Il découvre ce que les policiers ont fait de l’agent d’Interpol et n’en revient pas.

De son côté Lucas comprend qu’Aitor possède trop d’informations sur la disparition de Carlota et qu’il est en danger. Il part à sa rencontre et lui évite d’être tué par John en se mettant dans la ligne de mire de ce dernier. Il essaie de le protéger mais Aitor ne cesse de bouger et Lucas a de grosses difficultés à rester devant le laser. Il donne son téléphone à Aitor et lui dit de contacter l’aéroport pour vérifier que Carlota est bien partie. Aitor le fait et découvre que Lucas a raison. Sara arrive alors à cet instant et voyant John tenant Lucas en joue s’approche du criminel, le menace de son arme et lui passe les menottes. Mais Lucas intervient après le départ d’Aitor et dégaine son arme qu’il pointe sur Sara en lui demandant de libérer John. Afin de protéger le double jeu de Lucas, Sara est obligée de se plier à sa demande. John en profite pour se sauver.

Pendant ce temps, Lola, Rita et Silvia se préparent en vue de leur soirée. Rita a acheté des serre-tête en forme de pénis et est heureuse d’en offrir un à chacune. Elles se rendent en boite et les filles réalisent qu’il s’agit d’une boite lesbienne. Silvia est mal à l’aise alors que Rita s’amuse comme une folle. A la fin de la soirée, une strip-teaseuse commence à faire son show. Silvia est de plus en plus mal à l’aise et quitte la boîte quand la femme se dévêtit devant Pepa.

Alors que l’officier De Gaulle est toujours endormi chez Povedilla, Paco et Mariano lui téléphonent en se faisant passer pour Don Lorenzo. Ils ont en effet réalisé une bande audio de 30 secondes où le commissaire parle. Ils pensent qu’ils pourront ainsi plaider leur cause auprès du policier d’Interpol. Malheureusement De Gaulle étant endormi, c’est Povedilla qui répond. Le policier s’emmêle complètement pendant que Paco et Mariano tentent de synchroniser les phrases qu’ils ont enregistrées pour faire croire à une conversation réelle sans aucun succès.

Finalement Lucas demande à parler à Carlota. Allison accepte et réunit le frère et la sœur. Lucas s’arrange alors pour que Carlota ait une conversation téléphonique avec son petit ami et s’arrange pour qu’il cesse les recherches à son sujet.

Povedilla, Curtiz et Quique remettent l’agent De Gaulle au volant de sa voiture. Ce dernier se réveille sans comprendre ce qui lui est arrivé et réalise en sortant de son véhicule qu’il lui manque le pied de sa prothèse.

Au commissariat, tout le monde est réuni pour l’attribution des missions. Pepa demande à Silvia pourquoi elle est partie aussi rapidement, si c’est parce qu’elle était gênée mais Silvia explique que ce n’est pas le cas, qu’elle avait seulement beaucoup de travail.

Avant que la réunion ne débute, Paco s’approche de Don Lorenzo et de l’agent De Gaulle. Il explique qu’il est responsable du fiasco qui vient de se dérouler. Il rend sa plaque. Mariano fait de même mais Don Lorenzo refuse de les laisser faire et ajoute sa propre plaque sur la table, devant le policier d’Interpol. Silvia dépose alors également la sienne suivie de Montoya. Pepa s’approche, les larmes aux yeux, et dépose aussi sa plaque bientôt suivie de tout le reste du commissariat. Ennuyé par cet élan de solidarité, De Gaulle quitte alors les locaux de la police.

Pendant ce temps, Carlota explique à Aitor pourquoi elle est partie. Il se met à pleurer ne supportant pas ce qu’elle lui dit. Quand ils raccrochent finalement tous le deux, Carlota se jette dans les bras de Lucas pour pleurer tandis qu’Aitor fait de même dans ceux de Sara.

Los Hombres de Paco - S04 Ep091Los Hombres de Paco - S04 Ep092Los Hombres de Paco - S04 Ep093

Retour à la fiche de présentation Los Hombres De Paco

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre