Marion Bridge

Trois soeurs prisonnières de leur passé

Année de Production : 2002

Réalisation : Wiebke von Carolsfeld

Scénario : Daniel MacIvor

Avec : Molly Parker (Agnes), Rebecca Jenkins (Theresa), Stacy Smith (Louise), Marguerite McNeil (Rose), Ellen Page (Joanie), Hollis McLaren (Chrissy), Emmy Alcorn (Dory)

Nationalité : Canadienne

Genre : Drame

Durée : 1h 30min.

Titre Original : Marion Bridge

Marion Bridge : Résumé

Dans Marion Bridge, Agnes, une jeune femme d’une trentaine d’années, est de retour chez elle, à Nova Scotia pour se rendre au chevet de sa mère mourante. Là, elle loge dans la maison familiale où elle retrouve ses deux sœurs, Theresa et Louise.

Cette réunion de famille fait remonter à la surface de nombreux secrets du passé alors que les trois jeunes femmes ont énormément de mal à vivre leur présent.

Agnes a arrêté de boire et de se droguer mais elle est toujours dépendante de la cigarette et se met à espionner sa fille qu’elle a abandonnée des années auparavant. Theresa est toujours très proche de son ex-mari dont elle continue à s’occuper malgré leur divorce. Quant à Louise, elle passe son temps devant la télévision, se coupe seule et mal les cheveux et refuse de vivre son homosexualité au grand jour.

Dans Marion Bridge, Agnes, une jeune femme d'une trentaine d'années, est de retour chez elle, à Nova Scotia pour se rendre au chevet de sa mère mourante. Là, elle loge dans la maison familiale où elle retrouve ses deux sœurs, Theresa et Louise. Cette réunion de famille fait remonter à la surface de nombreux secrets du passé alors que les trois jeunes femmes ont énormément de mal à vivre leur présent. Agnes a arrêté de boire et de se droguer mais elle est toujours dépendante de la cigarette et se met à espionner sa fille qu'elle a abandonnée des années…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Il faut d'abord accepter son homosexualité avant de la vivre.

Note des lectrices : 1.55 ( 1 votes)
55

Un film fort, dramatique et vibrant qui ne laisse pas indifférent. Le retour de la sœur aînée, vilain petit canard qui a passé son adolescence à se droguer est le point de départ de ce long métrage. Elle revient pour s’occuper de sa mère mourante. Agnes a changé mais ses deux sœurs refusent de le reconnaître et de l’accepter. Le ressentiment entre Agnes et Theresa est palpable.

Agnes est partie alors que Theresa est restée. Agnes a brûlé sa vie par les deux bouts alors que Theresa s’est toujours appliquée à être la fille parfaite. Louise la plus jeune, de son côté, semble déconnectée de la réalité. Elle est silencieuse et rêveuse et passe son temps devant sa télévision.

Marion Bridge aborde les dysfonctionnement familiaux de manière intelligente et crédible. C’est avec pudeur et douceur que nous découvrons ces trois sœurs et partageons leurs problèmes.

Louise est lesbienne. Bien que le terme ne soit jamais prononcé, il est clair qu’Agnes et Theresa sont au courant. Agnes essaie d’ailleurs de rapprocher Louise de Dora, une jeune femme qui a l’air de lui plaire alors que Theresa refuse de s’avouer la vérité. L’homosexualité de Louise n’est pas le sujet principal du film, ce n’est qu’une des facettes de ces personnages complexes et attachants.

Une complicité renaît et s’établit d’ailleurs entre Louise et Agnes. Il y a ce superbe moment où Louise avoue à sa sœur qu’elle désire quelque chose mais elle a peur que ce soit trop. Agnes l’encourage pensant qu’elle parle d’avoir une relation amoureuse avec Dora… et Louise revient avec un 4 x 4. Theresa n’en revient pas et Louise explique que c’est Agnes qui l’a convaincu. Les trois sœurs sourient, conscientes qu’elles viennent de recréer des liens forts et puissants.

Les actrices de ce film, puisque le casting est exclusivement féminin sont toutes exceptionnelles. Une mention particulière pour Molly Parker dans le rôle d’Agnes qui irradie littéralement. Elle joue sur les forces et les faiblesses de son personnages et envahie l’écran. On ne voit qu’elle, son regard triste, ou son sourire à peine ébauché. Une grande performance.

Un long métrage à voir absolument qui fait apprécier d’avoir des petits frères. Inoubliable et bouleversant.

Marion Bridge : Critiques Presse et Récompenses

Victoire de Ellen Mage (Joanie) aux ACTRA Awards en 2003 dans la catégorie Meilleur Espoir Féminin.

Victoire de Dean Soltys au Festival du Film Atlantique en 2002 dans la catégorie Meilleur Editeur.

Nomination de Wiebke von Carolsfeld aux DGC (Directors Guild of Canada) Craft Award en 2003 dans la catégorie Meilleur Réalisateur.

Nomination de Daniel MacIvor aux Genie Awards en 2004 dans la catégorie Meilleur Scénario.

Nomination de Rebecca Jenkins aux Genie Awards en 2004 dans la catégorie Meilleure Actrice.

Nomination de Molly Parker aux Genie Awards en 2004 dans la catégorie Meilleure Actrice.

Marion Bridge : Extraits

AGNES  : Maman a dit qu’elle voulait rentrer à la maison.
THERESA  : Parce que tu lui as mis cette idée en tête !
AGNES  : Tu ne veux pas que maman rentre à la maison !
THERESA  : Qui va prendre soin d’elle ?
AGNES  : Je le ferai !
THERESA  : Tu le feras ? C’est quoi cette blague ?
LOUISE  : Hé (elle leur jette les clés).
THERESA  : Où vas-tu ?
LOUISE  : Je vais marcher.
AGNES  : J’ai arrêté de boire.
THERESA  : Et qu’en est-il de la drogue ?
AGNES  : J’ai tout arrêté !

AGNES  : Bonne chance… quoi que ce soit.
THERESA  : Merci… pour le quoi que ce soit.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre