Millenium 2 – La Fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette

Un second opus qui nous plonge dans le passé trouble de Lisbeth…

Année de Production : 2009

Date de Sortie : 30 Juin 2010

Réalisation : Daniel Alfredson

Scénario : Jonas Frykberg D’après l’oeuvre de Stieg Larsson

Avec : Michael Nyqvist (Mikael Blomkvist), Noomi Rapace (Lisbeth Salander), Lena Endre (Erika Berger), Peter Haber (Martin Vanger), Sven-Bertil Taube (Henrik Vanger), Peter Andersson (Nils Bjurman), Ingvar Hirdwall (Dirch Frode), Marika Lagercrantz (Cecilia Vanger), Björn Granath (Gustav Morell), Ewa Fröling (Harriet Vanger), Michalis Koutsogiannakis (Dragan Armanskij), Annika Hallin (Annika Giannini), Sofia Ledarp (Malin Erikson), Tomas Köhler (‘Plague’), David Dencik (Janne Dahlman)

Nationalité : Danoise, Suédoise

Genre : Policier & Thriller

Durée : 2h 09min.

Titre Original : Flickan som lekte med elden

Millenium 2 – La Fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette : Résumé

Un nouveau journaliste se présente au siège social de Millénium. Il enquête depuis plusieurs années sur le trafic de jeunes femmes venues des pays de l’Est et prostituées de force. Mikael Blomkvist qui est aujourd’hui reconnu par toute la profession, accepte de l’embaucher.

Lorsque ce jeune journaliste et sa compagne sont assassinés, la police se lance sur les traces de Lisbeth Salander dont les empreintes ont été retrouvées sur l’arme du crime. Bien décidé à aider celle qu’il considère comme une amie, Mikael met tout en œuvre pour prouver son innocence. De son côté, Lisbeth enquête seule pour connaître l’identité de la personne qui a organisé cette machination. Et si son passé était la clé de l’énigme ?

Un nouveau journaliste se présente au siège social de Millénium. Il enquête depuis plusieurs années sur le trafic de jeunes femmes venues des pays de l’Est et prostituées de force. Mikael Blomkvist qui est aujourd’hui reconnu par toute la profession, accepte de l’embaucher. Lorsque ce jeune journaliste et sa compagne sont assassinés, la police se lance sur les traces de Lisbeth Salander dont les empreintes ont été retrouvées sur l’arme du crime. Bien décidé à aider celle qu’il considère comme une amie, Mikael met tout en œuvre pour prouver son innocence. De son côté, Lisbeth enquête seule pour connaître l’identité…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Salander, une héroïne bisexuelle.

Note des lectrices : 4.5 ( 3 votes)
68

J’avais particulièrement accroché sur le premier épisode de la trilogie Millénium, captivée par une histoire complexe et construite de manière lente avec des personnages aux psychologies fouillées loin d’être tout noir ou tout blanc. Autant dire que j’attendais la suite avec impatience même si les critiques étaient bien moins enjouées sur les deux opus suivants. Première constatation, c’est fantastique de retrouver Mikael et Lisbeth là où on les a laissés. Lisbeth se dore la pilule au soleil et Mikael continue de dénoncer les pires manipulations et atrocités dans son pays. Rien n’a changé ou presque.

Une nouvelle recrue se présente, Lisbeth rentre chez elle pour régler un petit problème et la machine s’enraye. Trois morts s’accumulent bientôt et la coupable idéale toute trouvée n’est autre que Lisbeth. Heureusement la jeune femme n’est pas du genre à se laisser faire et à renoncer si facilement. Elle se lance sur sa propre enquête pour prouver son innocence pendant que Mikael fait de même de son côté.

Le point qui m’a le plus dérangée c’est justement cette enquête parallèle. Mikael et Lisbeth sont fantastiques quand ils sont ensemble et j’avoue que leur duo incomparable m’a manqué. Par contre, le scénario et le montage sont faits de telle manière que quand l’un découvre un nouvel indice l’autre fait souvent de même de son côté ce qui ne rend pas le film long et ennuyeux. Bon, les paysages enneigés du premier opus et la luminosité si particulière sont aussi absents pour laisser la place à un aspect sombre et sale de la Suède. Ça va très bien avec l’histoire, terrible, de traite des femmes, de viol et de violence.

Sinon, pour en revenir à ce qui nous intéresse, la sexualité de Lisbeth, ici, elle ne couche pas avec Mikael (ils ne se voient pas du film en même temps). Elle ne couche pas avec un homme d’ailleurs. Par contre, lors de son retour à Stockholm, elle retourne voir Myriam pour lui proposer une partie de jambes en l’air. Et même si Myriam n’a pas eu de nouvelles depuis des mois, elle ne s’offusque pas et accepte. La scène d’amour est tournée de manière très crue et il est impressionnant de voir que le cunnilingus de Myriam à Lisbeth se voit plus qu’il ne se devine. C’est du sexe brut, c’est un besoin à assouvir et en même temps, juste après Myriam offre un cadeau à Lisbeth et on sent qu’il s’agit d’un peu plus que ça.

La suite de Millénium est à mon avis très réussie. Le parti pris de la lenteur et de la contemplation atteint ici son apogée (on a parfois envie de secouer les personnages qui regardent les fleurs ou mettent leur ceinture de sécurité) mais c’est la marque de fabrique de cette histoire, complexe à souhait où personne n’est ce qu’il semble être. Un excellent polar que je recommande vivement même si je vous conseille d’avoir le cœur bien accroché vu toutes les horreurs qu’affronte Lisbeth.

Millenium 2 – La Fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette : Critiques Presse et Récompenses

« Daniel Alfredson (…) succède donc à Niels Arden Oplev, qui avait adapté le premier volet (…) Il reste dans la même lignée – classique et efficace – que son prédécesseur. » Emmanuèle Frois (Le Figaroscope)

« En rendant toute l’ambivalence de Lisbeth, Noomi Rapace confirme son talent et incarne avec détermination cette fille au regard noir (…). La caméra se fait dès lors moins froide et moins figée que dans le premier opus, cherchant l’émotion au fond de l’héroïne. » Barbara Théate (Le Journal du Dimanche)

« Des scénaristes qui ont su retranscrire avec fidélité, finesse et intelligence l’essence des textes originaux. » Gilles Penso (L’Ecran Fantastique)

« (…) on peut vivre avec plaisir les tourments de ce polar bien alambiqué parce que nourri d’une intrigue forte et tortueuse. La sombre Noomi Rapace, gothique taciturne et renfrognée, est toujours aussi impressionnante (…). » La rédaction (Ouest France)

« Millenium 2 réaffirme le style visuel épuré du premier volet (…). Noomi Rapace, alias Lisbeth Salander, l’héroïne tragique et punk, en est toujours le joyau rebelle. Violent, tendu et oppressant. » Viviane Pescheux (Télé 7 Jours)

« La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette est d’une fidélité scrupuleuse à l’oeuvre (…) Noomi Rapace est toujours épatante dans ce rôle. La force d’une histoire riche en rebondissements rend indulgent envers une mise en scène peu inventive. » Caroline Vié (20 Minutes)

« La construction rythmique, quelquefois pataude et le surjeu de la partition musicale ne viennent jamais briser la caractérisation des protagonistes et l’intensité de leurs relations. » Nicolas Schiavi (Excessif)

« (…) avec une mise en scène sobre et un casting impeccable, Daniel Alfredson parvient à restituer la puissance du récit originel (…). » Julien Fournier (La Croix)

« (…) l’intrigue s’amaigrit et les acteurs deviennent étrangement balourds (…). Restent, dans ce fourbi de clichés, quelques belles scènes d’action (…). » Emily Barnett (Les Inrockuptibles)

« Si, comme dans le premier volet, la mise en scène ne brille pas par son inventivité (…) le suspense est habilement mené à son terme, quand bien même les effets gore de la fin détonnent dans l’économie du récit et traînent en longueur. » François Cardinali (Première)

« Le début est laborieux (…). Mais une fois la traque de Lisbeth Salander lancée, la tension dramatique se crée et se maintient grosso modo jusqu’à la fin. » Jacques Morice (Télérama)

« C’est [Lisbeth Salander], et son interprétation convaincue et convaincante par Noomi Rapace, qui animent un peu l’ensemble au-delà de l’état de produit “scripté” : on sent que la caméra la suit avec un minimum d’intérêt, a repéré en elle sa promesse de supplément d’âme. » Benoît Smith (Critikat.com)

« Ce que l’on reproche à ces deux derniers épisodes de Millénium, c’est de ressembler à de la très vieille télévision, avec des dialogues interminables filmés en champs-contrechamps mécaniques, des séquences d’action si lentes que l’inspecteur Derrick s’y ennuierait. » Thomas Sotinel (Le Monde)

“Fidèle au roman dont il est adapté, ce deuxième volet de Millénium souffre de la distance qui sépare Blomkvist (…) et Salander (…) Daniel Alfredson, qui reprend la place laissée vacante par Niels Arden Oplev, tire à la ligne et pousse chaque scène au-delà du raisonnable. Si le terreau – corruption suédoise généralisée – ne change pas, si l’increvable Noomi Rapace se défend, il faut être de la famille des “milléniumanes” plus que fervents pour s’intéresser à cette production. » Lucie Calet (TéléCinéObs)

« (…) les films 2 et 3 sont insipides et sans mise en scène. » Dominique Martinez (Positif)

Millenium 2 – La Fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette : Extraits

LISBETH : Rapport d’évaluation… Tu devais faire un rapport tous les mois sur mon bon équilibre psychologique à la commission des tutelles.
BJURMAN : C’est ce que je fais.
LISBETH : Pas chaque mois ! C’est du travail bâclé !
BJURMAN : Je garde pas tout ici. Il y a des choses dans mon chalet.
LISBETH : Ta gueule. Fais parvenir des rapports mensuels positifs à la commission et je te laisserai tranquille le jour où ma tutelle sera révoquée. Mais t’amuse pas à déconner parce que j’enverrai la fameuse vidéo à tous les journaux du pays sans hésiter. Si je devais mourir dans un accident, la vidéo serait rendue publique. Si jamais tu essayais de me refaire du mal, je te tuerais. Encore un petit détail. Vaut mieux que tu n’approches pas de cette clinique à Marseille. Si tu fais effacer ce tatouage, je reviendrais te tatouer mais cette fois sur le front. C’est bien clair ?
BJURMAN : Très clair, oui.

HOLGER : Tu avais disparu.
LISBETH : J’ai voyagé. J’ai été obligée de m’en aller quelques temps. Tu t’es fait du souci ?
HOLGER : Non. Tu t’en sors toujours. Tu es là. Et comment ça se passe avec… avec ton nouveau tuteur ?
LISBETH : Ça va bien. Pas de souci.
HOLGER : Et pour la révocation de ta tutelle ?
LISBETH : T’as pas à te faire de souci pour moi. Je vais m’en occuper, c’est plus ton travail maintenant.
HOLGER : Je suis qu’un vieil homme malade. Je suis un vieillard malade. Un vieil homme stupide.
LISBETH : Ça c’est sûr. Tu es un vieil homme stupide quand tu dis ce genre de chose.
HOLGER : Ah oui. Oui. Tu es gentille.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre