Moonlight People : Interview de la scénariste et réalisatrice Ekaterina Polyanskaya

Ekaterina Polyanskaya

Interview accordée aux spectatrices de Cineffable dans le cadre de la vingt-sixième édition du Festival le 01 Novembre 2014 à Paris.

Comment avez-vous fait pour produire cet épisode d’une heure ?

J’ai fait un crédit sur trois ans et financé personnellement ce pilote. L’objectif est d’en faire une série mais avant cela il faut trouver un producteur.

Comment allez-vous faire pour trouver un producteur ?

Ce film ne peut pas être diffusé en Russie à cause des lois contre la propagande homosexuelle. Il ne peut être diffusé qu’à l’International. Il a déjà été présenté dans plusieurs festivals à travers le monde est l’objectif est de trouver un producteur international qui nous permette de poursuivre le travail en Russie.

Vous avez écrit, produit et joué le rôle principal. Ce film est-il autobiographique ?

Je ne l’ai jamais dit avant mais oui. Ce film parle de moi. C’est même mon vrai tatouage (elle montre son tatouage à la salle)

La fin est une fin ouverte. Est-ce que c’est les grandes villes c’est vraiment mieux pour les LGBT par rapport aux petites villes ?

Oui, bien sûr. Dans les petites villes vous êtes menacé, vous êtes condamné à vous faire tuer. À Moscou c’est un peu mieux. Il existe quelques bars où les homosexuels peuvent se rencontrer. Mais la police est en train de les fermer un par un et ces lieux disparaissent.

Comment s’est déroulé le tournage sur un tel sujet ?

En fait quand nous avons tourné le film, personne n’était au courant [du sujet]. Nous l’avons tourné comme un film normal, quelconque avec des acteurs professionnels. Bien évidemment, si le thème du film avait été connu, le tournage aurait été interdit. La bande-annonce du film est disponible sur Internet et, quand des personnes la regardent, ils envoient des lettres de menaces. Je reçois énormément de lettres de menaces. La situation est donc risquée et dangereuse, pour les acteurs et pour moi aussi.

Comment allez-vous faire pour promouvoir le film ?

Si je trouve des producteurs, notamment à l’international, il y a dans la loi russe une manière de contourner la loi anti-propagande LGBT. Si le film n’est pas projeté et visible en Russie, il y a la possibilité de le produire. Et bien entendu, pour la suite du tournage, il faudra cacher le thème du film comme cela a été le cas sur le pilote. Il faudra le tourner comme s’il s’agissait d’un film lambda.

Avez-vous songé au crowdfunding pour soutenir le projet et poursuivre le tournage ?

Merci pour cette idée. Elle est effectivement très intéressante. Mais forcément pour que les gens donnent de l’argent, il faut qu’ils voient ce film sur Internet pour qu’ils sachent pourquoi ils donnent de l’argent. Or, à cause des lois russes, je n’ai pas le droit de le diffuser sur Internet. Donc ce n’est pas possible. En fait ce serait considéré comme de la propagande selon la loi russe actuelle. Je pourrais le faire quand j’aurais un producteur qui aura racheté les droits de ce film en dehors de la Russie.

Est-ce que la situation des gays et des lesbiennes s’est aggravée depuis une dizaine d’années en Russie ?

Effectivement, les choses ont énormément empiré depuis le vote de la nouvelle loi. Il y a dix ans cette loi contre la propagande homosexuelle n’existait pas.

Que peut-on faire ici en France pour vous aider ?

Déjà le fait que vous m’ayez invitée ici est très important. À la fois pour moi et pour les acteurs. Donc déjà cela représente beaucoup. Le plus important c’est de diffuser des informations dans la presse parce qu’en Russie ce n’est pas possible, c’est illégal. Plus il y a de personnes qui sont au courant du tournage du film et du projet, plus il y a de chances pour nous de trouver un producteur international.

L’aspect technique est très réussi. Comment avez-vous fait pour parvenir à ce résultat ?

L’idée du film était effectivement la mienne et le film se déroule comme je l’avais imaginé. Après il y avait une équipe d’une trentaine de personnes qui a travaillé sur le film notamment sur les lumières, les costumes et tout le reste. Les acteurs qui vous voyez à l’écran sont des acteurs connus dans les séries et bien évidemment, si l’on apprend leur orientation sexuelle, ils vont perdre leur emploi. Ils ont donné leur accord pour le tournage uniquement en échange du secret total et de la confidentialité sur le sujet.

Cette interview a été réalisée dans le cadre de la vingt-sixième édition de Cineffable. Merci à Oksana pour la traduction et aux spectatrices pour leurs questions.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre