Interview de la réalisatrice Maruja Bustamante en compagnie de l’actrice Lorena Romanin

Interview liée à la websérie Plan V

Plan V

Interview accordée à Báthory en Avril 2009 pour le site Internet Enamazonia.com

Pourquoi Plan V avec un V et non avec un B ?

Parce que B c’est la deuxième option. Par contre quand tu arrives à la lettre V tu as déjà pensé à plein d’autres possibilités. En général, être lesbienne n’est pas le plan A, ni le B, ni le C. C’est cela même qui fait que tu dois te construire un chemin parallèle. Et ça peut être positif. C’est aussi le V de Visibilité… maintenant que j’y réfléchis. Et de Vagin !!

Comment vous est venue l’idée de cette série ?

Nous avons eu cette idée car c’est un mélange de ce que l’on voudrait voir et de ce que l’on voudrait faire. On a conjugué les deux et bam : ça en ressort avec beaucoup de force !

Plan V a toujours été prévu pour Internet ou avez-vous envisagé au début de la diffuser autrement (commercialement parlant) ?

Cela a toujours été une série pour Internet. Avec l’idée d’inaugurer ou plutôt de participer à l’accroissement des contenus de fiction sur le net.

Nous pensons que c’est un outil qui permet une autre liberté, une alternative, que la télé ne te donne pas.

Comment se sont rencontrées les réalisatrices ?

Maruja Bustamente dirigeait Mayoría, une œuvre dans laquelle jouait Sofía Wilhelmi qui  est l’une des auteures de la série. Sofía et Lorena Romanin qui est l’autre réalisatrice jouent dans Plan V, elles ont demandé à Maruja qu’elle co-réalise pour avoir un point de vue plus extérieur, mais au final Maruja joue également dans la série !!! Les deux réalisatrices sont également actrices… C’est un peu le bazar de temps en temps mais on arrive à le gérer.

De quoi parle Plan V ?

Plan V c’est une comédie romantique de filles. Cela parle d’une fille qui tombe amoureuse de la petite-amie de son frère et qui veut se la sortir de la tête mais elle ne peut pas car ses amies passent leur temps à imaginer des plans désopilants pour qu’elles finissent ensemble.

Quel budget aviez-vous pour tourner la série, quel était votre matériel pour filmer ? C’est beaucoup de travail pour « l’amour de l’art », non ?

Pas seulement pour « l’amour de l’art » mais aussi beaucoup de confiance en l’art !!! Nous avions un budget zéro !!! Nous avons organisé deux fêtes pour pouvoir tout payer au jour le jour… Par chance, le matériel nous a été prêté ou nous l’avons loué à moindre coût. On a fait pareil pour ce qui concerne le montage et le travail sur le son… Personne n’est payé. […]

Venant du théâtre indépendant on est habitués à l’autogestion, à attendre que l’argent arrive bien après… S’il arrive un jour…

La série a été filmée avec une caméra Z1, qui est une caméra qui filme en format HDV. C’est un très bon format qui permet beaucoup d’amplitude quant au maniement de l’image. La qualité de l’image est très bonne. Nous avons également pu compter sur une Directrice de la Photographie incroyable comme Sandra Grossi, qui manie également très bien la caméra ce qui a beaucoup apporté à la série.

Nous avons tous très bien travaillé, nous étions unis dans une ambiance incroyable, malgré les conséquences qu’un tournage indépendant entraîne toujours : mouvements internes, désaccords, fatigue… Mais nous avons toujours essayé de prendre les choses de la meilleure manière qu’il soit, avançant toujours dans la même direction et ça s’est très bien passé !

Combien d’épisodes comporte la 1ère saison ? Une deuxième saison est-elle prévue ?

Il y a 10 épisodes qui durent entre 10 et 12 minutes chacun où l’on raconte non seulement l’histoire d’Ana, mais aussi celle de ses meilleures amies. La deuxième saison est en pleine gestation.

Nous profitons de toutes les belles choses qui nous arrivent  avec cette première saison qui ne va pas tarder à sortir et nous essayons de voir si nous pouvons lancer la deuxième dans des meilleures conditions de production pour pouvoir voler ensuite beaucoup plus haut.

Comment avez-vous choisi les actrices ?

Lorena Romanin et Sofía Wilhelmi sont deux actrices du projet, en plus d’être scénaristes. Maruja Bustamente joue et co-réalise. Serrana Díaz est une grande actrice proche de notre milieu qui s’est incorporée au projet sans difficulté… Cela a été plus difficile de trouver le personnage de Flor… Et là nous avons convaincu Gaby Bex pour qu’elle l’interprète… Ce personnage a peut-être été plus dur à trouver parce que c’est quelqu’un qui doit changer de petite-amie comme de culotte… ça devait être quelqu’un de spécial… Nous connaissons différents acteurs et actrices du circuit de théâtre off de Buenos Aires, cela n’a donc pas été difficile de trouver des acteurs, mais même si ça peut paraître incroyable, il y en a certains pour qui le fait que la série soit pour les filles a posé problème. On a également fait un casting pour voir quelques filles en plus pour les rôles que nous n’avions pas.

Organisez-vous des évènements en marge de la série pour la promouvoir ?

L’année dernière nous avons organisé deux fêtes et elles étaient géniales. Pas seulement car nous nous sommes bien amusés mais parce que cela ouvre un espace nouveau.

En général, les gens qui vont à une fête ont le même état d’esprit, ce qui fait que parfois tu trouves un certain type de filles dans certaines fêtes. Nous nous voulons que dans nos fêtes se retrouvent tous les types de filles qui cherchent des filles. Comme ça elles se rencontrent !!! Nous pensons donc faire des fêtes systématiquement, pour donner un autre espace aux filles, et à leurs amis et amies de leurs amis.

Quels plans « V » avez-vous pour après ?

Produire d’autres contenus, miser aussi sur la télévision… Continuer avec le théâtre, le cinéma… Chacun et chacune des membres de l’équipe a également beaucoup de projets, par exemple, Maruja organise le festival queer de Buenos Aires dont la deuxième édition se déroulera en novembre. Lors de ce festival, Plan V aura une place importante, et l’équipe, si tout va bien, fera une retransmission jour après jour sur Internet.

Traduction Gaëlle Carrion

Interview Originale sur le site Enamazonia.com

Plan V

Retour à la fiche de présentation Plan V

A propos de Gaëlle Carrion

Gaëlle Carrion
Chargée de communication digitale dans la vraie vie je partage mes coups de cœur sur le site d'Univers-L !

Répondre