Pretium Doloris de Marie Emael Perez

Pretium Doloris de Marie Emael Perez

Titre Français : Pretium Doloris

Titre Original : Pretium Doloris

Auteur : Marie Emael Perez

Date de Sortie : Avril 2012

Nationalité : Française

Genre : Roman Policier

Nombre de Pages : 220 pages

Éditeur : Éditions Kirographaires

ISBN : 978-2-8225-0128-6

Pretium Doloris : Quatrième de Couverture

Décembre sonne. Rita travaille de nuit dans une morgue. Son quotidien va être bouleversé par l’arrivée d’un nouveau corps. Celui d’une jeune femme qui a ouvert les vannes à plus de 2 000 mètres d’altitude. Seule dans cette immensité blanche qui lui suçait le sang. Sa mort a quelque chose de poétique. Sa vie devait tout autant l’être. Une envie irrésistible de connaître l’histoire de l’inconnue va rapidement naître en Rita.
Du froid de Pag à l’effervescence de Montpellier, les personnages qu’elle croisera seront inéluctablement assis sur le banc des accusés. Le sien. Celui qui trône dans les méandres de son esprit torturé.
Pretium Doloris dresse un portrait d’une certaine jeunesse DIY. Des êtres écorchés et fébriles.
Perpétuellement en quête de défonce, de liberté et de justice des hommes.

Marie Emael Perez vit à Montpellier. Elle signe avec Pretium Doloris son premier roman.
Un livre scalpel sur une descente aux enfers aux accents fantastiques qui nous entraîne tour à tour dans une réalité crue et un univers imaginaire peuplé de monstres, de micro-organismes et d’hémoglobine.
Toute ressemblance avec le milieu homosexuel Montpelliérain n’est pas totalement fortuite.

Pretium Doloris : Extraits

« Rachel est accoudée à la fenêtre du premier étage d’un immeuble cossu situé rue Poséidon. La place en bas à gauche est animée par les va-et-vient des trams, nombreux à cette heure, qui se partagent les usagers agglutinés sous les abris. Il ne fait pas spécialement froid mais l’endroit est un vrai gruyère tendance Emmental. La tramontane bien présente s’engouffre insidieusement dans les brèches issues des espacements entre les bâtiments. Son regard s’attarde sur les toits. Ceux de la piscine olympique et de la médiathèque Émile Zola. Bien qu’entre chien et loup, le jour flatte les toitures désertes laissant disparaître peu à peu les derniers rayons du soleil.
Qu’il serait bon de s’y trouver. Être un des derniers à profiter de l’éphémère clarté qui décline dans un dégradé allant du pourpre à l’orange. Rachel soupire, exorcisant son ennui, et se précipite au rez-de-chaussée. Arrivée devant l’appartement de son ami Romain, elle sursaute. Chloé vient d’investir l’immeuble avec fracas. Elle sautille sur place, affichant un sourire Carglass. Pamela apparaît à son tour dans l’encadrement de la porte. Elle semble moins euphorique que Chloé. Cette dernière, comme de gorge parcheminée d’ardentes braises, donne le ton alors qu’elles pénètrent toutes les trois chez Romain.
– Rom ! C’était hallucinant ! Cette chagasse !Je ne suis pas sortie de son plumard depuis hier soir. J’ai la tête dans le Schwartz !
– Bonjour aussi Chloé, enchaîna Rachel.
– Quoi ? Chloé invectiva rapidement, t’as un problème Rach ?
– Non mais tes exploits sexuels je m’en moque un peu. » (Pages 10-11)

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre