Si j’étais un homme de Diane Tell

Extrait de l'Album : En Flèche

Date de Sortie : 1980

Paroles : Diane Tell

Musique : Diane Tell

Nationalité : Québécoise

Genre : Variété Française

Durée : 4 : 39 minutes

Titre Original : Si j’étais un Homme

Si j’étais un Homme : Avis Personnel

Diane Tell de son véritable nom Diane Fortin est née au Québec en 1959. De nationalité américaine, elle pratique très jeune le violon puis la guitare acoustique et c’est sa famille qui lui inspire ses premières chansons. Auteur compositeur interprète, elle écume les bars et clubs de Montréal dès 17 ans. Bourreau de travail, elle passe jusqu’à 14 heures par jour à s’entraîner sur sa guitare.

C’est en 1977 que Diane Tell sort son premier album éponyme. Entre Nous, son second opus sort deux ans plus tard et fait un véritable tabac au Québec. L’album de la consécration arrivera en 1981. Il s’intitule En Flèche et marque un tournant dans la vie de l’artiste. A partir de ce moment là elle multiple les albums et les tournées.

Après s’être essayé à la comédie musicale, notamment aux côtés de Luc Plamondon et Michel Berger dans La Légende de Jimmy puis dans Marylin Montreuil de Jérôme Savary, la chanteuse sort un nouvel album, Désir, Plaisir, Soupir en 1995.

Aujourd’hui Diane Tell continue toujours à chanter et à écrire. Un Best-Of  est sorti en 2003 et elle travaille actuellement sur la comédie musicale J’me voyais déjà, écrite par Laurent Ruquier et mise en scène par Alain Sachs. Celle-ci devrait se jouer du 2 octobre 2008 au 4 janvier 2009 au Théâtre du Gymnase de Paris.

Paroles

Moi, si j’étais un homme, je serais capitaine
D’un bateau vert et blanc,
D’une élégance rare et plus fort que l’ébène
Pour les trop mauvais temps.

Je t’emmènerais en voyage
Voir les plus beaux pays du monde.
J’ te ferais l’amour sur la plage
En savourant chaque seconde
Où mon corps engourdi s’enflamme
Jusqu’à s’endormir dans tes bras,
Mais je suis femme et, quand on est femme,
On ne dit pas ces choses-là.

Je t’offrirais de beaux bijoux,
Des fleurs pour ton appartement,
Des parfums à vous rendre fou
Et, juste à côté de Milan,
Dans une ville qu’on appelle Bergame,
Je te ferais construire une villa,
Mais je suis femme et, quand on est femme,
On n’achète pas ces choses-là.

Il faut dire que les temps ont changé.
De nos jours, c’est chacun pour soi.
Ces histoires d’amour démodées
N’arrivent qu’au cinéma.
On devient économe.
C’est dommage : moi j’aurais bien aimé
Un peu plus d’humour et de tendresse.
Si les hommes n’étaient pas si pressés
De prendre maîtresse…
Ah ! si j’étais un homme !

Je t’appellerais tous les jours
Rien que pour entendre ta voix.
Je t’appellerais “mon amour”,
Insisterais pour qu’on se voie
Et t’inventerais un programme
À l’allure d’un soir de gala,
Mais je suis femme et, quand on est femme,
Ces choses-là ne se font pas.

Il faut dire que les temps ont changé.
De nos jours, c’est chacun pour soi.
Ces histoires d’amour démodées
N’arrivent qu’au cinéma.
On devient économe.
C’est dommage, moi j’aurais bien aimé
Un peu plus d’humour et de tendresse.
Si les hommes n’étaient pas si pressés
De prendre maîtresse…
Ah ! si j’étais un homme,
Je serais romantique…

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre