Bougres et Tribades de Nicole Massin et Patrick Carron

Nicole Massin Patrick Cardon bougres et tribades

Titre Français : Bougres et Tribades

Titre Original : Bougres et Tribades

Auteur : Collectif (textes rassemblés par Nicole Massin et Patrick Cardon)

Date de Sortie : 06 Juin 2012

Nationalité : Française

Genre : Essai

Nombre de Pages : 240 Pages pages

Éditeur : Éditions du Chêne

ISBN : 978-2812305887

Bougres et Tribades : Quatrième de Couverture

Bougres et tribades est un recueil de textes mêlant tous les genres que se disputaient les libertins. Genres littéraires, positions et organes sexuels deviennent des enjeux politiques. C’est alors le règne du péché philosophique (selon Voltaire). On trouvera ici parfois des propos grossiers et/ou insidieux qu’on qualifierait aujourd’hui d’homophobes mais qui indiquent a contrario une vie homosexuelle intense avec ses lieux, ses modes (de vie), ses expressions et surtout ses manières de s’affirmer vis à vis de l’hétérosexisme contemporain, que ce soit au niveau sanitaire (maladies vénériennes), au niveau des justifications de leurs goûts, ou au niveau politique. Toutes choses qui renverraient volontiers les soi-disant anachronismes aux oubliettes.

Nicole Masson, spécialiste du XVIIIe siècle et Patrick Cardon, éditeur de textes introuvables dans le domaine LGBT ont coopéré pour rendre ce volume portatif à la fois instructif et agréable.

Bougres et Tribades : Avis Personnel

Le recueil que constituent les textes rassemblés par Nicole Massin et Patrick Cardon est un ouvrage étonnant, à plus d’un titre. Fruit d’un travail de glanage à travers les écrits du XVIIIe siècle, il réunit des textes de tous genres littéraires – théâtre, poésie, chroniques, pamphlets… -, d’auteurs dont les profils varient autant que leurs opinions.

Si le fil conducteur de la collection “Esprit XVIIIe” est celui du siècle précédant tout juste la Révolution française, c’est précisément parce que ce siècle représente une période absolument charnière pour la société contemporaine en devenir et qu’il porte en germe les grands mouvements qui s’affrontèrent avant de déboucher finalement sur les premiers événements révolutionnaires. C’est dans ce cadre que s’inscrivent les écrits de Bougres et Tribades, écrits tantôt railleurs, tantôt lyriques, défendant qui l’ordre immuable d’une nature aux lois reproductrices, qui l’impérieuse nécessité de laisser s’exprimer des désirs mystérieux mais pourtant pleinement existants. C’est cela aussi le XVIIIe siècle : déchiré entre querelles religieuses et élans libertins, pris en tenailles entre obscurantisme et Lumières, encouragé enfin par une “naissance de l’intime” de plus en plus marquée et des arguments de raison poussant chacun à s’affranchir du joug de la foi et de l’État, le XVIIIe siècle est le théâtre des artistes et des intellectuels qui disputent de tous les sujets et osent tenir les discours les plus iconoclastes.

Parmi ces sujets, celui de l’homosexualité – pas encore nommée comme telle – revient régulièrement au centre de l’attention. Naturelle pour certains, incompréhensible pour d’autres, justifiable ou condamnable selon les opinions, elle divise et prête à rire ou à maudire.

La force du livre élaboré par Nicole Massin et Patrick Cardon est d’avoir su compiler des textes exposant un panel varié de points de vue et de formes d’écriture, révélant ainsi la complexité des débats et l’éventail des arguments avancés par chacun.

Certains textes touchent, d’autres amusent, d’autres encore indignent ou laissent dubitatifs… Mais tous donnent à réfléchir et mettent en relief la scission qui traverse le siècle et conduit, lentement mais sûrement, vers une vision renouvelée des homosexuel.le.s, passée au crible de libertés humaines et d’arguments scientifiques balbutiants.

Mais ce livre se veut avant tout d’une lecture agréable et distrayante, en plus d’être instructive : sur ce point le pari est remporté haut la main ! Les extraits se succèdent et n’ennuient jamais, offrant chacun une facette différente de la représentation de l’homosexualité d’alors. Sans compter que l’ouvrage est en plus un très très bel objet avec ses pages dorées et son épaisse couverture joliment décorée…

Laissez-vous tenter par cette petite tranche d’histoire qui vous fera passer un excellent moment et vous permettra de découvrir tout un pan de la représentation gay ! Et je suis certaine qu’au terme de cette lecture, vous vous laisserez sans aucun doute aller à penser que les débats du passé, parfois, possèdent bien des points communs avec ceux du présent…

Bougres et Tribades : Extraits

DESCHAUFFOUR : Vous êtes drôles, vous autres casuistes, de vouloir réformer le goût du genre humain. Moi qui n’ai jamais aimé la garce ni le con, faut-il pour cela que je n’aime point les bardaches ? Chacun a son appétit, l’un boit, l’autre mange. Dans la nature chacun a son inclination.
CONSTANTIN : notre ami a raison. Pourquoi diable vouloir disputer des goûts et des couleurs ? L’inclination a son penchant dans le moment de sa naissance. Comment vouloir la réformer sans avoir pleine autorité sur elle ?
L’Ombre de Deschauffour, comédie, 1739

 

A celle qui se reconnaîtra : Mademoiselle Raucourt
(ou Épître à une jolie lesbienne)

(…)
Va dans ce siècle de bon ton
Les mœurs sont une singerie,
Les préjugés une chanson
Et la sagesse une folie.
Nous sommes libertins à fond,
Par nous tu dois être accueillie.
L’oubli joyeux de la raison
Est un don du ciel qu’on t’envie ;
Nargue les sots, cède à tes goûts.
Donne aux femmes des rendez-vous,
Parle aux hommes philosophie ;
N’en aime aucun, trompe les tous :
Sois gaie, insolente et jolie :
Sur la scène avec énergie,
Prends le sceptre, règne sur nous :
Tiens le thyrse dans une orgie
Et tu n’auras que des jaloux !

Un commentaire

Répondre