Boys And Girls

Un baiser lesbien qui remet les idées en ordre

Année de Production : 2000

Date de Sortie : 11 Juillet 2001

Réalisation : Robert Iscove

Scénario : Andrew Lowery, Andrew Miller

Avec : Freddie Prinze Jr. (Ryan), Claire Forlani (Jennifer), Jason Biggs (Hunter), Amanda Detmer (Amy), Heather Donahue (Megan), Alyson Hannigan (Betty), Monica Arnold (Katie)

Nationalité : Américaine

Genre : Comédie

Durée : 1h 33min.

Titre Original : Boys and Girls

Boys And Girls : Résumé

À douze ans, alors qu’ils sont en avion, Ryan et Jennifer font connaissance. Dès les premiers échanges, leurs différences sont flagrantes et rapidement les deux enfants finissent par se détester.

Tous les deux se recroisent par la suite au lycée et à l’université. À Berkeley, leurs différences sont toujours présentes mais les rapprochent en fin de compte. Ryan est toujours aussi coincé, réservé et romantique alors que Jennifer est extravagante et débordante d’énergie.

Ils deviennent amis et finissent par tomber amoureux l’un de l’autre.

À douze ans, alors qu'ils sont en avion, Ryan et Jennifer font connaissance. Dès les premiers échanges, leurs différences sont flagrantes et rapidement les deux enfants finissent par se détester. Tous les deux se recroisent par la suite au lycée et à l'université. À Berkeley, leurs différences sont toujours présentes mais les rapprochent en fin de compte. Ryan est toujours aussi coincé, réservé et romantique alors que Jennifer est extravagante et débordante d'énergie. Ils deviennent amis et finissent par tomber amoureux l'un de l'autre.

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Un baiser lesbien pour attirer l'hétéro.

Note des lectrices : Soyez la première !
32

Boys And Girls est une gentille Comédie romantique hétérosexuelle légère et sans surprise. Les deux personnages principaux sont beaux, jeunes et intelligents. Claire Forlani et Freddie Prinze Jr. sont parfaits dans leurs rôles respectifs. Les dialogues sont plus accrocheurs et intéressants que dans bon nombre de films de ce genre. Et Jason Biggs, échappé d’American Pie, est distrayant et apporte la touche de légèreté et d’humour qui manquaient.

Juste deux mots sur le baiser lesbien du long-métrage. Il intervient entre Jennifer et Amy qui sont assises sur le canapé et regardent la télévision. Elles parlent de leur avenir, se livrent, se rapprochent, s’enlacent et tout naturellement s’embrassent. Jennifer s’éloigne rapidement, surprise mais nullement choquée et demande « Tu fais quoi là ? »   Ce à quoi Amy répond : « Je t’embrasse, c’est tout ». Jennifer l’interroge du regard comme pour savoir ce que cela signifie et Amy se sauve en courant en balbutiant : « Ah désolée, faut que tu m’excuses. Je sais pas quoi te dire. J’ai eu une envie folle de t’embrasser. »

Le lendemain matin, pas de malaise particulier, pas d’interrogation sur sa sexualité. C’était un pur moment de folie pour éviter que les choses ne changent. Pour éviter que son amie ne parte. Un pur moment d’égarement. Jennifer et Amy sont hétéros (elles finissent d’ailleurs avec les deux seuls garçons de l’histoire). Voilà, Happy End.

Un film qui a un goût de déjà-vu et qui ne révolutionne pas le genre. Une gentille romance entre un homme et une femme sans rien de particulier.

Boys And Girls : Critiques Presse et Récompenses

« (…) un modèle de Comédie romantique, bourré de trouvailles et rythmé à la perfection. (…) Un moment tellement jubilatoire qu’il en devient bouleversant. » Yann Gonzalez (Chronic’art.com)

« (…) sitcom cinématographié (…) » Jean-Sébastien Chauvin (Urbuz)

« (…) une enfilade de poncifs (…). Affligeant, donc (…) » Laurent Djian (Ciné Live)

« (…) la bluette la plus bâclée qu’on ait vue depuis des lustres, et la plus tarte depuis… Elle est trop bien. » Louis Guichard (Télérama)

« (…) Comédie sans surprise, aux gags formatés, (…) qui s’oublie une fois la porte de la salle franchie. » Thierry Cheze (Studio Magazine)

« On ne peut même pas dire que c’est laid. C’est du rien déjà vu, du tout déjà consommé avec toute la panoplie du teenage movie, blagues de campus et fête à la bière comprises. » Christophe Carrière (Première)

«  Boys and Girls compile sans imagination toutes les recettes de la Comédie romantique adolescente. Prévisible de la première à la dernière image, ce film extrêmement bavard et totalement stérile ne peut provoquer qu’un agacement progressif mais continu. » Stéphane Brisset (L’Express)

Boys And Girls : Extraits

RYAN  : C’est toi qui as voulu voir ce film.
JENNIFER  : Je croyais que ça me remonterait le moral.
RYAN  : Et alors ?
JENNIFER  : J’en sais rien. Je me dis que tout ça, c’est des belles conneries.
RYAN  : Pourquoi tu dis ça ?
JENNIFER  : Je voudrais qu’on me montre le film qui commence six mois après que nos héros se soient réconciliés. Tu sais, quand ça part en vrille entre eux.
RYAN  : Jennifer.
JENNIFER  : Non. Parce que je crois qu’en réalité, aucun de nous ne sait qui il est. Alors, comment pourrait-on définir l’homme idéal ? Comment tu sais que c’est le mec qu’il te faut ? C’est parce que vous êtes tous les deux habillés en noir ? Que vous aimez le capuccino ou que vous êtes tous les deux tatoués ? Écoutez, qui dans cette salle a été plaqué au moins une fois ? Et qui dans cette salle a déjà plaqué quelqu’un ? C’est vrai, on a tous été amoureux. Mais quand on se rend compte que c’était de l’amour, c’est déjà fini depuis longtemps. Alors qu’est-ce qu’on fait s’il n’y en a pas un seul mais deux ou trois ou quatre ou cinq ? Comment on fait si en fait le véritable amour ce n’est qu’une illusion ? On a peur de l’admettre, alors on joue la comédie, on fait semblant, on se fait passer pour quelqu’un qu’on n’est pas sans arrêt. On laisse tomber tout le reste, on chamboule toute notre vie, on consacre son énergie, on se perd dans un truc qu’on pense être mieux que n’importe quoi, mieux que soit même. Et si au bout du compte, ce truc qu’on veut tous. Et si c’était qu’un rêve ?

AMY : Jennifer ! Jennifer ! T’es là, super. Tu sais, pour ce qui s’est passé…
JENNIFER : Amy, c’est pas grave.
AMY : Si c’est grave. Mais en fait non parce que j’y ai beaucoup pensé. Ce qui s’est passé c’est que tu es ma meilleure amie. Je tiens à toi et je crois que j’étais jalouse du temps que tu passes avec ton pote Ryan. En plus tu vas avoir ton diplôme et tout. Alors moi, moi je crois que j’essayais désespérément d’empêcher ces changements et j’ai fait ça parce que j’avais peur de te perdre. Ça t’en bouche un coin. C’est moi toute seule, sans ma psy. J’ai géré le problème sans l’aide de personne. J’étais en train de penser à tout ce qu’on avait fait ensemble et c’est là que ça m’est apparu clairement. Ce baiser, c’était pour éviter que les choses ne changent. Mais peut-être que le changement n’a rien de catastrophique. Avant de te rencontrer, je ne te connaissais pas, t’es d’accord ?
JENNIFER : Ouais.
AMY : Ouais. Et ben quelque chose a changé. Et c’est bien que ça ait changé. J’ai adoré que ça ait changé. Sans blague, je serai peut-être même déjà morte l’année prochaine à cette époque, enfin ça on n’en sait rien, mais d’un autre côté, je serai peut-être pas morte. Ouais, on peut dire ça et ça serait même chouette. Tout le charme est là d’ailleurs. On n’a jamais idée de ce qui va nous arriver.
JENNIFER : Alors tout va bien.
AMY : Ouais, ça va super bien. Ryan est dans ton plumard, tu le sais.
JENNIFER : Je sais.
AMY : Et tu sais aussi qu’il est à poil.
JENNIFER : Je sais.
AMY : Je suis un peu curieuse, tu le sais ça.
JENNIFER : Oui.
AMY : Alors, qu’est-ce qui se passe ?
JENNIFER : Je crois… que je voulais pas que ça change.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre