Basic Instinct 2 : Interview d’Anne Caillon, coupée au montage

Basic Instinct 2 : Interview d'Anne Caillon, coupée au montage

Interview accordée à Thomas Destouches le 21 novembre 2005 pour le Site Allocine.fr

La comédienne française (Les Montana) a donné la réplique à Sharon Stone, alias Catherine Trammell, dans Basic instinct 2. Souvenirs…

Il y a une Française au générique de Basic instinct 2. Enfin, il y avait, car depuis, Anne Caillon, héroïne de la série Les Montana, a malheureusement vu ses scènes coupées au montage. En novembre dernier, à l’occasion de la diffusion du troisième épisode des Montana sur TF1, nous avions rencontré la belle. Elle s’était alors longuement confiée sur son rôle d’initiatrice sexuelle et de maîtresse de Sharon Stone dans le film. Un personnage à découvrir sur le futur DVD du film, et dès à présent sur la toile à travers une scène coupée des plus hot…

Comment tout a commencé…

Cette histoire est marrante… J’ai d’abord passé un casting à Paris en me disant que j’aurais la réponse dans les 2 jours. Mais, bien entendu, je n’ai pas eu de nouvelles les jours suivants. Finalement mon agent m’appelle pour me dire qu’il a transmis mon numéro de téléphone à la directrice de casting et qu’elle me contactera pour d’autres essais la semaine suivante. Mais… toujours pas de nouvelles ! Quelques jours après, dans l’urgence, mon agent m’annonce que je pars à Londres le soir même pour passer des essais dès le lendemain dans les studios avec le réalisateur et le producteur. J’ai donc fait mes bagages en vitesse et je suis partie.

Premier contact…

Un chauffeur est venu me prendre à l’hôtel et m’a amené au studio. Quatre actrices ont passé les essais, il y avait une italienne et des françaises, mais la production a tout fait pour qu’on ne se rencontre pas. On a quand même patienté quelques heures, le temps que le studio se libère et que le réalisateur trouve un moment et… Sharon Stone est venue nous voir ! C’était assez inattendu : il était 20h, on n’attendait plus rien, on avait envie de dormir et… C’est impressionnant de la voir parce qu’elle est très charismatique : elle plante véritablement son regard dans les yeux des autres. J’ai pensé que, quoiqu’il arrive, j’étais déjà contente de la voir. Je le lui ai donc dit et lui ai raconté une petite blague : “Mon amoureux est jaloux mais pour la première fois ça ne l’embête pas que j’embrasse quelqu’un dans un film !” Elle m’a regardé dans les yeux et elle m’a dit “C’est parce qu’il ne connaît pas le danger”. Je me disais ” Soutiens le regard, soutiens le regard !” (rires).

Premier instinct…

Par la suite, j’ai fait des essais avec le producteur et l’acteur principal David Morrissey. Je tiens à les remercier parce que c’est extrêmement professionnel d’êtres restés après une journée de travail pour faire passer des essais et donner la réplique à chacune des filles (…) L’ambiance était plutôt bon enfant : le réalisateur (ndlr : Michael Caton-Jones) jouait le rôle de Catherine Trammell (ndlr : Sharon Stone)…

Le jack-pot…

On devait me donner la réponse le lendemain matin, celle qui était choisie devait partir sur le plateau et tourner… mais je me suis réveillée vers 9h sans avoir de nouvelles. Je me suis dit que j’aurais déjà eu des nouvelles si c’était moi. Je me suis donc rendormie, jusqu’à ce que mon agent me réveille pour m’annoncer que je suis prise ! Le producteur m’appelle dans la foulée pour me souhaiter la bienvenue dans l’équipe et pour me rassurer. Et c’était parti, même pas le temps de stresser… J’ai appris par la suite que le rôle avait été attribuée longtemps à l’avance à une actrice, mais Sharon Stone n’a pas voulu d’elle. Ils ont donc repoussé les scènes avec mon personnage à la fin du tournage, le temps de trouver une nouvelle comédienne.

La protectrice…

Sharon Stone m’a mise à l’aise tout de suite. Quand je suis arrivé au studio, elle est venue me voir, m’a serré dans ses bras et m’a dit qu’elle était contente que ce soit moi qui ait été choisie. C’était le matin, elle n’était pas maquillée, entourée de ses quatre garde du corps, son staff… mais elle a pris le temps de m’expliquer mon rôle. Elle m’a dit que j’étais une connaissance de très longue date, son initiatrice sexuelle. En fait, mon personnage est sa maîtresse, son amie, sa confidente… Elle voulait absolument que je sois sublime dans le film et m’a demandé si ça me dérangerait si son coiffeur et sa maquilleuse s’occupaient de moi ! Elle m’a conseillé sur les costumes, a demandé à ce que porte des bijoux sublimes… Elle a été très protectrice avec moi.

Sur le plateau avec Sharon Stone…

On a commencé à travailler simplement avec le réalisateur, la scripte et les deux comédiens (ndlr : Sharon Stone et David Morrissey). On répétait, on réfléchissait aux déplacements… La prise de contact a donc été chaleureuse et intime. Sur le plateau, Sharon Stone était très à l’écoute, le réalisateur également. C’est un écossais bon vivant, sympa, simple ! Etant la dernière arrivée dans l’équipe, tout le monde a fait en sorte que je me sente bien. Le metteur en scène venait me voir pour me donner ses directives et Sharon venait ensuite pour me dire “Ne te laisse pas “sur-diriger”, c’est très bien ce que tu fais, sois tranquille !”.

La scène d’amour…

Juste avant la scène d’amour, Sharon Stone est venue s’asseoir à côté de moi et on a discuté de tout et de rien, de la vie, de nos vies. Et puis elle m’a dit : “Les scènes d’amour, au début ça me terrorisait”, et m’a donné son secret pour les jouer : elle se met dans la peau d’un animal ! Elle ne m’a pas donné ces conseils pour s’imposer, mais vraiment dans le but de me donner quelque chose et de faire en sorte que je sois à l’aise. En plus, elle a beaucoup d’humour donc ça a aide également à détendre l’atmosphère.

La complicité des deux comédiennes…

Comme à l’écran nos personnages devaient avoir une certaine complicité, il fallait également la trouver entre nous, rapidement parce que je n’étais là-bas que pour 5 jours. Elle a donc instauré une relation de confiance avec moi, dans la vie. Elle s’est un peu livrée (…) Pour les besoins d’une scène, nous avons dû rester couchées toutes les deux l’une contre l’autre pendant 3 heures. A part le fait que je n’arrivais pas à réaliser que je tenais Sharon Stone dans mes bras, ce fut un moment très intense parce qu’elle me parlait comme à une copine. Et puis elle n’a jamais fait en sorte qu’on soit en concurrence, c’est justement l’opposé. Personne ne m’a jamais donné autant confiance en moi que Sharon Stone.

Interview Originale sur Allocine

scene coupee basic instinct 2

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre