Basic Instinct 2

Une suite ratée

Affiche : Basic Instinct 2

Année de Production : 2005

Date de Sortie : 29 Mars 2006

Réalisation : Michael Caton-Jones

Scénario : Leora Barish, Henry Bean d’après les personnages créés par Joe Eszterhas

Avec : Sharon Stone (Catherine Tramell), David Morrissey (Andrew Glass), Charlotte Rampling (Milena Gardosh), David Thewlis (Roy Washburn), Stan Collymore (Kevin Franks), Neil Maskell (Le détective Ferguson), Jan Chappell (L’avocat), Terence Harvey (Henry Rose), Hugh Dancy (Adam Tower), Ellen Thomas (Le procureur)

Nationalité : Américaine

Genre : Policier & Thriller

Durée : 1h 50min.

Titre Original : Basic Instinct 2 : Risk Addiction


Interview(s) :

Interview d’Anne Caillon

Basic Instinct 2 : Résumé

Dans Basic Instinct 2, le Docteur Michael Glass est l’un des psychiatres londoniens les plus réputés. Un jour, son ami le commissaire Roy Washburn lui demande de réaliser une évaluation psychologique pour les besoins de son enquête. En effet, il travaille sur la mort d’un célèbre sportif décédé dans un accident de voiture conduite par la romancière Catherine Tramell.

Michael accepte d’analyser Catherine. Alors que l’attirance physique entre eux est quasi immédiate, il essaie de comprendre pourquoi les meurtres qu’elle dépeint dans ses romans se déroulent dans la vie réelle. Alors qu’il mène une enquête parallèle, Michael est bientôt manipulé par la troublante et sensuelle Catherine. Il ne sait plus à qui se fier et perd pied petit à petit.

Dans Basic Instinct 2, le Docteur Michael Glass est l'un des psychiatres londoniens les plus réputés. Un jour, son ami le commissaire Roy Washburn lui demande de réaliser une évaluation psychologique pour les besoins de son enquête. En effet, il travaille sur la mort d'un célèbre sportif décédé dans un accident de voiture conduite par la romancière Catherine Tramell. Michael accepte d'analyser Catherine. Alors que l'attirance physique entre eux est quasi immédiate, il essaie de comprendre pourquoi les meurtres qu'elle dépeint dans ses romans se déroulent dans la vie réelle. Alors qu'il mène une enquête parallèle, Michael est bientôt manipulé…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Une scène à plusieurs femmes coupée au montage.

Note des lectrices : Soyez la première !
29

Si je vous dis que j’ai adoré ce film, vous ne me croirez pas et vous aurez raison. Il s’agit d’un affligeant navet comme cela faisait très longtemps que je n’en avais pas vu. Sharon Stone parvient à éviter le naufrage complet. Elle est sexy, sensuelle et machiavélique à souhait. Dire qu’elle a tourné cette suite à 47 ans, l’âge de ma mère… Effacer cette pensée. Effacer cette pensée.

Donc, j’écrivais que le film est nul et que je partage l’avis des critiques. D’autant plus qu’il n’y a aucune scène lesbienne. Alors pourquoi en parler, me direz-vous ? Parce que dans une interview, Sharon Stone avait déclaré qu’il était inconcevable de réaliser Basic Instinct 2 sans scène lesbienne. Elle avait ajouté que la bisexualité faisait partie intégrante du personnage. Et au vu des bandes annonces, il y avait une scène très chaude avec Anne Caillon.

Or, au visionnage du long-métrage, je n’ai assisté qu’à une scène de sexe pour Sharon Stone. Infiniment courte, moche et bâclée avec un David Morrissey inexpressif au possible et qui, comble de l’horreur, donne le sentiment de ne pas apprécier. J’ai attendu, attendu et découvert que le film n’a rien à voir avec les bandes annonces de présentation que l’on nous a diffusées en boucle.

Pas de Sharon Stone nue. Pas de pic à glace. Pas de sexe ou si peu.

La question qui se pose est : « cette suppression de la scène au montage est-elle une bonne chose ? » En tant que lesbienne, je dois avouer que oui. On ne nous a pas resservi cette partie à trois et donc on n’a pas exploité la bisexualité de Catherine pour attirer le public. Quoique si, en fait, puisque dans les bandes annonces. Oui mais pas dans le film donc c’est une bonne chose. Le réalisateur devait être réellement persuadé d’avoir fait une suite suffisamment intéressante (et il s’était franchement trompé). Donc, c’est un grand progrès. En même temps, je suis persuadée que cette scène va apparaître sur le prochain dvd. Sinon, pourquoi serait-elle à ce point disponible sur Internet ? Bien qu’elle soit absente de la version uncut actuellement disponible, je suis certaine qu’il s’agit d’un coup de pub.

Surtout ne perdez pas votre temps et fuyez ! Sauf si vous êtes une admiratrice de Sharon Stone, bien sûr…

Basic Instinct 2 : Critiques Presse et Récompenses

« Michael Caton-Jones a su donner à son film un look très stylé, un parfum d’Europe, une intrigue pernicieuse, une tension palpable et un humour décalé qui le placent bien au-dessus des conventionnels polars érotiques. » Michel Rebichon (Studio Magazine)

« Sur un scénario moins ciselé, voire carrément bâclé dans son dénouement, le film reprend une musique, des costumes, des décors extravagants, un humour directement issus de l’original. » Adrien Gombeaud (Positif)

« Et si [Caton Jones] force parfois le trait de son héroïne, accumule les indices et les fausses pistes, charge l’intrigue, il y met une pincée d’humour, ce qui nous permet de mieux avaler cette histoire très tordue. » Jean-Luc Wachthausen (Le Figaroscope)

« Vu comme un jeu sur les codes du film noir, en particulier les manipulations d’une femme fatale que Sharon Stone dote de tous ses charmes troubles (…), le film n’est pas désagréable à voir. » Jean-Luc Douin (Le Monde)

« Retour en farce pour Sharon Stone via une séquelle qui en laissera une grave aux fans de nanars qui s’ignorent. » Philippe Paumier (Ciné Live)

« Tout ce qui était à couper le souffle hier est devenu asthmatique aujourd’hui. » Alex Masson (Chronic’art.com)

« Franchement, la seule raison de voir Basic Instinct 2, c’est Sharon Stone qui, à 48 ans, est sublime. » François Forestier (TéléCinéObs)

« Du thriller pointu on passe ici au suspense psychologique, mais sur une intrigue qui ne tient pas la route de ses prétentions. » La rédaction (Ouest France)

« (…) une suite involontairement (?) kitsch, qui part dans tous les sens. » Louis Guichard (Télérama)

« Mise en scène sans génie, cette suite fait pâle figure en comparaison avec l’original. » Philippe Ross (Télé 7 Jours)

« Finalement, dans ce fatras d’incohérences et de scènes érotico-“basic”, réalisé par Michael Caton-Jones, il ne reste que Sharon. Elle ne manque pas d’audace, à défaut d’avoir fait le bon choix. » Danielle Attali (Le Journal du Dimanche)

« Au lieu d’être un film de serial killer, ce film est un spectateur killer ! » Florence Ben Sadoun (Elle)

« Jadis à tomber, Sharon Stone succombe à une vulgarité évocatrice de la Française Régine. » Emmanuel Burdeau (Cahiers du Cinéma)

« Pire qu’un mauvais film, Basic Instinct 2 est un sale produit mercantile et ne s’en cache même pas … Remboursez ! » Stéphane Moïssakis (Mad Movies)

« Recette de Basic Instinct 2. Prendre le thriller sans culotte d’origine. En extraire l’outrance subversive de Paul Verhoeven. (…) Remplacer la lèvre pincée de l’Américain Michael Douglas par le regard éteint de l’Anglais David Morrisey. (…) Laisser agir. Et encaisser la monnaie. » Nicolas Schaller (Première)

« Basic Instinct 2 (…) est une collection de clichés qui s’achève sur un dénouement grotesque. » Marie Sauvion ( Le Parisien )

« Basic Instinct 2 ressemble à la déclinaison cinématographique de l’axiome marxiste selon lequel l’histoire se répète sous forme de mauvaise farce. Fabriqué à ce point d’artificialité et de manque d’inspiration, le salace, ça lasse. » Serge Kaganski (Les Inrockuptibles)

« [Un] spectacle navrant, écrit à quatre mains (…) et donc doublement imbécile, est orchestré par un Michael Caton-Jones aussi impersonnel qu’incapable de traverser l’épaisse couche de glamour de son interprète principal. » Christine Haas (Paris Match)

« Intégralement dépourvu d’âme, de sève, d’idées (…). » Gilles Renault (Libération)

« (…) la nouvelle équipe plombe l’ensemble déjà noyé dans une esthétique porno chic qui parviendra, au mieux, à émoustiller les adolescents. » Yasmine Youssi (Zurban)

« Quatorze ans après le fascinant thriller érotique de Paul Verhoeven, la divine Sharon revient dans une suite aberrante d’inutilité et de médiocrité. A new navet is born. » Frédéric Mignard (aVoir-aLire.com)

« Grossière resucée du premier volet, la tension en moins, ce deuxième opus est aussi excitant qu’un épisode d'”Hollywood Night”. » Hugo de Saint Phalle (MCinéma.com)

Basic Instinct 2 : Extraits

CATHERINE  : Quand vous imaginez que vous me baisez, et je sais que vous l’imaginez, comment vous vous représentez la chose, docteur ? Je sais que vous ne pouvez pas me répondre. Alors imaginez. À la hussarde, sans préliminaire, vous au-dessus de moi, moi au-dessus de vous ? Vous voulez plutôt par derrière ? À quatre pattes, moi le visage dans l’oreiller ? Oui. Est-ce que vous avez envie de me frapper ? Un peu, pas trop fort. Oh un peu plus fort que ça. Vous voulez jouir dans ma bouche ? Et si je vous disais que je me masturbe en pensant à vous ? Que je me fais jouir en vous imaginant en train de jouir comme un fou ? Il me semble bien que l’heure est passée. Je mets fin à cette thérapie. Vous m’enverrez la note.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre