Le coming-out : une obligation scénaristique péjorative ?

Coming-out : Une Obligation Scénaristique Péjorative 1Coming-out : Une Obligation Scénaristique Péjorative 2

Le coming-out est à la communauté homosexuelle ce que sont les arts martiaux aux asiatiques, ce qu’est le racisme aux noirs et le sexisme aux femmes : une caractéristique obligatoire et bourrée de clichés. Le cinéma et la télévision ne se sont pas gênés et ne se gênent toujours pas, d’ailleurs, pour explorer et exploiter ce sujet jusqu’à saturation. Rien d’exceptionnel et de nouveau. Une chose a cependant retenu mon attention, les différentes étapes avant le coming-out fatidique et les conséquences de ce dernier.

Commençons par les différentes étapes de l’acceptation de l’homosexualité (reprises des étapes de la théorie de Vivienne Cass).

I) LES DIFFÉRENTES ÉTAPES DE L’ACCEPTATION DE L’HOMOSEXUALITÉ

Tout d’abord, comme dans la réalité, le jeune gay ou la jeune lesbienne (puisque les caractéristiques sont communes au cinéma homo) prend conscience de sa différence et de son attirance pour le même sexe. Soit il tombe amoureux d’un hétéro, cas le plus difficile puisqu’il ne peut espérer aucune réciprocité comme dans Edgemont, La Rumeur, All Over Me, Anne Trister… (c’est assez répandu) soit il succombe au charme d’un(e) homosexuel(le) qui se sait déjà homosexuel(le) (Aimée & Jaguar, Un Autre Regard, But I’m A Cheerleader…).

Même si ce cas est le plus courant, il ne faut pas faire l’impasse sur ces long-métrages ou séries qui ignorent cette étape en présentant des personnages, souvent adultes, qui ont toujours su qu’ils étaient gays mais le cachent volontairement à leurs parents et famille. Ils vivent leur sexualité de manière libérée et fière jusqu’à ce que leur compagnon ou compagne (Floored By Love, Que faisaient les Femmes…) ou amis (Pourquoi Pas Moi ?) ne les obligent, en les mettant au pied du mur, à faire leur coming-out et à s’assumer face à leurs familles.

1°/ La Confusion

Après cette prise de conscience de ses sentiments plus qu’amicaux pour un ou une ami(e), le jeune gay ou la jeune lesbienne passe par une étape de confusion. Forcément. C’est très rarement simple et à ce moment-là, il se pose un demi-milliard de questions (un milliard ça aurait fait trop). Soit il le fait en voix off comme Jane dans Le Secret de Jane soit il écrit des poèmes comme Shannon dans Edgemont ou Katie dans Once & Again. Le fait est que c’est la confusion totale dans son esprit. Il ou elle commence à s’interroger sur son orientation sexuelle et envisage la possibilité d’être homosexuel(le).

2°/ La Comparaison

C’est le moment où le personnage homosexuel a intégré la probabilité comme une grande possibilité et qu’il se compare aux hétérosexuels. Il prend conscience de ce qu’il n’aura pas et des différences que cette sexualité différente implique. C’est la période que les auteurs et les réalisateurs préfèrent visuellement à mon avis. Celle où ils montrent des couples hétéros se tenant par la main, marchant tendrement enlacés et où le héros ou l’héroïne regarde avec envie. Il peut leur arriver d’aller encore plus loin en montrant des parents avec leurs enfants courant et souriant. Désespoir total et isolement maximum.

3°/ La Tolérance

Heureusement à ce moment là, le jeune gay ou la jeune lesbienne se met à intégrer l’idée qu’il est homo et ressent le besoin de rencontrer des personnes qui lui ressemblent pour pouvoir se confier. Et pour l’aider, on lui trouve souvent un lointain ami gay (quand même, on ne va pas être trop dur non plus) Le Secret de Jane, Le Club des Cœurs Brisés, It’s In The Water

Le héros ou l’héroïne a accepté l’idée mais il a toujours honte. Il vit une sorte de double vie où il sait qui il est mais où les autres l’ignorent (sauf certains privilégiés).

4°/ L’Acceptation

Il finit par accepter totalement sa sexualité au prix d’un effort surhumain et consent à la vivre pleinement. C’est en général le moment où se dessine le coming-out parce que le jeune gay ou la jeune lesbienne n’a pas le droit de souffler. Les étapes suivantes du développement de l’identité par Vivienne Cass que sont la fierté et la synthèse n’arriveront qu’après, dans longtemps, très longtemps.

Trois solutions à ce moment-là. La première, il ou elle se sent prêt à assumer et provoque une discussion avec sa famille en ayant la ferme intention de leur révéler la vérité. La seconde, il ou elle ne se sent pas prêt mais tous ses amis ou celui ou celle qui partage sa vie ne le supportent plus et lui posent un ultimatum pour qu’il sorte du placard. Dernière option la découverte fortuite au court d’un baiser (It’s In The Water) ou pire d’un déshabillage en règle (South of Nowhere).

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre