Cuerpo De Mujer

Elles s’aiment en secret…

Année de Production : 2010

Réalisation : Clara Albinati

Scénario : Clara Albinati

Avec : Nuri Duart, Mariela Brito

Nationalité : Cubaine

Genre : Court-Métrage, Drame

Durée : 10 : 00 minutes

Titre Original : Cuerpo de Mujer

Cuerpo De Mujer : Résumé

Deux femmes s’aiment et sont attirées de manière irrésistible l’une par l’autre. Elles se lisent des poèmes et se disent leur amour réciproque. Et pourtant, il subsiste toujours entre elles comme une barrière, une retenue quasi invisible, mais irrépressible.

Deux femmes s’aiment et sont attirées de manière irrésistible l’une par l’autre. Elles se lisent des poèmes et se disent leur amour réciproque. Et pourtant, il subsiste toujours entre elles comme une barrière, une retenue quasi invisible, mais irrépressible.

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Étrange et surprenant. A découvrir.

Note des lectrices : Soyez la première !
56

Cuerpo de Mujer est un court-métrage cubain à la fois poétique et énigmatique, dont il est très difficile de dresser un résumé… Il propose des plans successifs (toujours avec les deux mêmes femmes), dont on ne voit pas le fil conducteur au premier abord, on a du mal à voir le lien : elles lisent des poèmes d’amour, elles s’observent – chacune enfermée dans un tableau –, elles s’adressent l’une à l’autre, elles s’embrassent au beau milieu d’une forêt en pleine nuit, etc.

Pour la petite histoire, il était projeté au Festival du film lesbien et féministe de Cineffable, où j’ai eu l’occasion de le voir. Force est de reconnaître que je suis tout d’abord restée interdite, tant ce que j’avais sous les yeux était singulier et hors de ce que l’on a l’habitude de voir. Et pour être tout à fait honnête, je me suis également dit que décidément je n’avais pas de chance, car depuis le début du festival, à chaque fois qu’il y avait un film étrange, le hasard faisait que c’était à moi qu’il incombait de le critiquer…! (Mais pourquoi tant de haine ??) Pourtant, après quelques minutes, une constatation s’est vite imposée à moi : j’avais certes sous les yeux un film poétique (et déconcertant !) qui « se vit » si je puis dire, mais surtout un grand terrain de jeu, un court-métrage bourré de signes et de choses à interpréter. Je vais donc relever le défi et m’appliquer à vous présenter les (quelques) clefs de compréhension que je pense avoir décelées.

Tout commence par le plan de deux femmes nues enlacées, puis s’ensuit un passage où deux tableaux se font face, renfermant chacun l’une d’elles ; elles sont à la fois loin, mais en même temps très proches (magnifique scène où les tableaux interagissent l’un avec l’autre, tout en ne se touchant jamais : dès que l’une des deux protagonistes esquisse un geste, celui-ci a des répercussions sur l’autre). Une des femmes lit ensuite un poème, puis on remarque l’autre femme, allongée, nue, dont le corps est envahi de cette même nuance bleue qui compose la couleur des tableaux, un peu comme si cette teinte se répandait dans ses veines. La femme qui lisait le poème se retrouve alors (enveloppée d’un voile, comme si elle n’était pas totalement libre de ses gestes) allongée sur son amie et des rires retentissent, avant qu’on ne les retrouve en train de s’embrasser en pleine nuit dans un bois. Puis on entend de nouveau un poème et des gémissements de plaisir.

Pour moi, Cuerpo de Mujer, c’est comme la métaphore d’une relation physique amoureuse entre deux femmes dans un pays où l’amour entre personnes de même sexe est encore largement tabou et doit rester caché. La réalisatrice Clara Albinati ne cesse d’alterner des scènes de douceur et de poésie (le « ballet amoureux » des tableaux, les baisers partagés, la couleur bleue qui se répand comme une chaleur ou un désir irrépressible) avec des scènes effrayantes voire carrément inquiétantes (les rires moqueurs, les bruits anxiogènes, la nuit). Cette notion de vivre leur amour cachées est aussi renforcée par exemple par ce voile qui enveloppe l’une des femmes, ou encore par ce baiser échangé dans le noir au fin fond d’une forêt. C’est comme si l’on assistait à une rencontre amoureuse secrète…

Après, peut-être que je me trompe totalement (?) et que l’auteure a juste voulu nous présenter un film qui soit une succession de belles images et discours ? Mais mon petit doigt me dit que la fin du court-métrage accrédite tout de même ma thèse, quand, après ces forts gémissements de plaisir, on retrouve des tableaux vides…

Visuellement en tout cas, Cuerpo de Mujer est véritablement époustouflant. L’esthétisme est extrêmement travaillé et comporte bon nombre de bonnes trouvailles. Que dire de ces deux tableaux d’un bleu éclatant, bien séparés mais qui pourtant interagissent l’un avec l’autre ? C’est vraiment très beau à voir et une excellente idée pour montrer cette distance obligée qui doit exister entre ces deux femmes aux yeux de tous. Autre création bien inspirée, cette couleur bleue qui se répand et « envahit » littéralement une des deux jeunes femmes. C’est absolument magnifique à voir.

En bref, un court-métrage excessivement curieux, qui selon moi plaît ou ne plaît pas. Vous pouvez le visionner juste pour apprécier cet esthétisme léché et teinté d’une atmosphère poétique, ou bien pour tenter d’en comprendre tous les tenants et aboutissants, ou enfin vous pouvez tout simplement ne pas le regarder du tout. À vous de voir…

Cuerpo De Mujer : Extraits

UNE DES DEUX FEMMES : J’ai laissé de côté tout ce qui me gênait, mais cela ne me va pas.

Répondre