El Cielo De Los Ratones

Une famille de rats s’invite chez un couple de lesbiennes et leur fille

Affiche : El Cielo De Los Ratones

Année de Production : 2009

Réalisation : Carla Cavina Meléndez

Scénario : Carla Cavina Meléndez

Avec : Tania Rosario (Laura), Marien Vélez (Mara), Clara Santiago (Claudia)

Nationalité : Portoricaine

Genre : Court-Métrage, Romance

Durée : 18 : 45 minutes

Titre Original : El cielo de los ratones

El Cielo De Los Ratones : Résumé

En  soirée Laura regarde la télévision avec sa petite fille, Claudia. Mara, son amante, arrive alors après avoir terminé sa journée. Elle rapporte un cadeau, un petit fossile qu’elle a récupéré sur le chantier où elle travaille.

Claudia explique alors à Mara qu’elles ont vu les souris aujourd’hui. En effet, la maison de la petite famille est habitée par de nombreuses souris qui mangent tout ce qu’elles trouvent. Mara décide de remédier à la situation mais Claudia ne veut blesser personne…

En  soirée Laura regarde la télévision avec sa petite fille, Claudia. Mara, son amante, arrive alors après avoir terminé sa journée. Elle rapporte un cadeau, un petit fossile qu’elle a récupéré sur le chantier où elle travaille. Claudia explique alors à Mara qu’elles ont vu les souris aujourd’hui. En effet, la maison de la petite famille est habitée par de nombreuses souris qui mangent tout ce qu’elles trouvent. Mara décide de remédier à la situation mais Claudia ne veut blesser personne…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Réussi. A découvrir.

Note des lectrices : Soyez la première !
63

Avis Isabelle B. Price : Ce court-métrage est une petite merveille tant au niveau de la lumière, de la réalisation, du scénario que du jeu des actrices et de l’atmosphère générale qu’il dégage. Je me suis laissée prendre, emportée par cette histoire et ce couple qui affronte visiblement des difficultés. Parce que la relation entre Laura et Mara a beau ne pas être au centre de ce petit film de moins de vingt minutes, elle a pourtant une importance capitale. À travers l’amour et la tendresse que porte Mara à Laura, on comprend qu’elles s’aiment et que la jeune femme veut être présente pour soutenir sa compagne pendant la difficile épreuve qu’elle est en train de vivre.

Parce que Laura n’est pas bien, on le sent, on le sait sans pour autant comprendre le pourquoi du comment. Il nous manque des éléments pour tout saisir mais finalement c’est aussi ce qui fait le charme de cette œuvre. Laura est mal, elle a l’air dépressive et renfermée. Elle ne dort pas la nuit et préfère aller sur le canapé du salon regarder la télévision plutôt que de rester dans les bras de Mara. On sent qu’elle s’éloigne et la demande de Mara à savoir « est-ce que tu es avec moi ? » prend tout son sens. Laura est loin, très loin.

Ce couple lesbien qui élève une petite fille est loin d’être idéal. On sent qu’il traverse une véritable épreuve. Mara veut faire entendre sa voix, Laura passe par des périodes d’indifférences et à d’autres moments plus violents. Bref, il n’est pas parfait et c’est ce qui fait tout son charme. Ses défauts le rendent réaliste et prouvent la force du lien qui lie Mara et Laura.

J’ai trouvé l’idée de l’invasion de souris très intéressante et bien jouée. Et puis j’avoue, c’est très amusant de voir d’un coup débarquer des souris de dessin animé. Celle que l’on voit, malgré sa fin tragique, est très attachante. Elle a des yeux magnifiques. Et surtout il y a cette petite fille, Claudia, qui vit dans un monde de fées, de princes et de princesses. Elle n’a aucune idée de la réalité dure et violente qui l’entoure. D’où ce besoin de surprotection de la part de sa mère j’ai l’impression.

Un magnifique court-métrage que je vous recommande vivement.

Avis Audrey Vilf : Laura et Mara sont en couple. Ensemble, elles élèvent Claudia, la fille de Laura. Jusque-là, tout va bien.

Dès les premières minutes du moyen-métrage, on entre dans l’intimité de cette famille, assistant au retour à la maison de Mara, architecte de son état, après une journée de fouille. La tension entre elle et Laura est palpable, mais on ne saisit pas bien si c’est le problème est lié au manque d’argent, aux décisions professionnelles de l’une et de l’autre, ou à l’éducation de Claudia.

Pourquoi ce titre, donc ? Et bien parce que Mara voit une souris se promener dans leur maison. Là où ça coince, c’est qu’elle semble être la seule à la voir. Sachant qu’à l’écran, cette souris n’est qu’un dessin – animé, certes, mais un dessin quand même –, on se demande si l’architecte ne serait pas victime d’une petite hallucination.

Après un enchaînement de séquences concernant les aléas de la vie conjugale du couple, Ô miracle, toute la petite famille voit enfin la fameuse souris. Mara décide alors de s’en débarrasser – âmes sensibles, attention, la suite peut choquer les plus jeunes – en l’écrasant avec une chaussure. Après une courte prière, c’est tout un nid de souris qui est découvert, mais ces spécimens-là seront sauvés par l’enfant, parvenue à convaincre des mères de les relâcher dans la nature au lieu de les exterminer. FIN.

Si cette fiche vous semble un peu « fouillis », alors c’est que mon sentiment concernant ce film a été bien retranscrit. Je n’ai pas saisi le rapport entre l’archéologie, la dépression visible de Laura, les problèmes du couple et cette souris. Sa mort ne règle rien. Aucun semblant d’explication n’est proposé. Vraiment, un flou total.

Isabelle B. Price & Audrey Vilf

El Cielo De Los Ratones : Extraits

MARA : Laura, regarde ! Elle est là-bas !
CLAUDIA : Quoi ? Quoi ?
MARA : Elle est juste là.
CLAUDIA : Où ? Où ? Qu’est-ce que tu vas faire ?
MARA : La tuer.
CLAUDIA : Pourquoi ? Elle n’a pas de maman ?
MARA : Claudia, tu ne dois pas bouger, comme un objet.
CLAUDIA : Pourquoi elle viendra vers nous si on est comme des objets ?
MARA : Parce qu’elle nous fait confiance.
CLAUDIA : Pourquoi on doit la tuer ? Je n’ai jamais eu de souris de compagnie.
MARA : Parce que les souris et les hommes ne peuvent pas vivre ensemble. Les souris ne prennent pas de bain. Chut !
CLAUDIA : Mais pourquoi tu la tues ?
MARA : Viens, tu peux la toucher.
CLAUDIA : Si elle ne prend pas de bain pourquoi elle est si douce ?
MARA : Disons quelques mots : Pardonne-nous, petite souris. Mais c’est notre maison et tu ne peux pas vivre ici. Pars en paix au paradis des souris. Claudia, va te laver les mains.
CLAUDIA : Il y a vraiment un paradis des souris ?
LAURA : Viens avec moi, Claudia.
MARA : Il y en a plus sous le canapé.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre