Chutes. Désert. Syn

Un film qui tombe à plat

Affiche : Chutes. Désert. Syn

Année de Production : 1985

Réalisation : Katerina Thomadaki

Scénario : Katerina Thomadaki

Avec : Syn Guérin

Nationalité : Française

Genre : Court-Métrage

Durée : 18 : 00 minutes

Titre Original : Chutes. Désert. Syn

Chutes. Désert. Syn : Résumé

Une femme chute, se relève, rechute et se relève à nouveau…

Une femme chute, se relève, rechute et se relève à nouveau...

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Sans intérêt, à éviter.

Note des lectrices : Soyez la première !
13

Vous rêviez de voir une personne chuter à répétition pendant 18 minutes ? Katerina Thomadaki l’a fait ! Certes, ce serait céder à la facilité que de vous dire que tout est dans le titre. Et pourtant.

Je vais tenter de trouver une image populaire, pour que la grande majorité puisse se faire une idée du contenu de ce moyen métrage…vous connaissez la série re-re-re-re…rediffusée La petite maison dans la prairie, non ? Bon, vous vous rappelez le générique, et plus particulièrement la scène où l’on voit la plus jeune tomber pendant qu’elle descend de la colline ? Oui ? Et bien imaginez ça, en boucle, pendant 1080 secondes. Oui, c’est long.

Il faut néanmoins décrire l’action avec plus de précision. Nous sommes donc sur une plage, en journée. La caméra se fixe sur une femme, toute vêtue de blanc, qui commence à courir sur le sable avant de faire des roulades. Au fur et à mesure que le temps s’écoule et que les séquences s’enchaînent, ses figures acrobatiques deviennent des chutes. Chutes en avant, en arrière, sur le côté…tout ce qu’il est humainement possible de réaliser sans se blesser, en somme.

L’actrice n’est pas la seule à improviser ses mouvements ; l’objectif de la caméra est, lui aussi, en recherche, sauf que l’on ne saisit pas forcément de quoi. On espère que la réalisatrice le sait, elle. Les plans sont donc changeants, tantôt centrés sur la gymnaste, tantôt serrés sur le sable. Tout bouge. Trop, même. Très vite, les acrobaties ne sont plus cadrées, et l’on se surprend à vouloir attraper la caméra, la remettre dans l’axe, afin de capter l’étrange danse de l’artiste. Puis les séquences s’enchaînent, se mélangent ; certaines chutes sont montrées au ralenti, d’autres rembobinées, tandis que plusieurs plans se superposent parfois. Tout finit par s’embrouiller, et pourquoi, au final ?

Cette vidéo est entièrement silencieuse. Aucun dialogue, et pas de musique de fond pour combler ce vide sonore. Rien. Un silence qui devient étouffant, à la longue. Pour preuve, ce soupir de soulagement général et bien audible, lui, à la fin de la diffusion. La réalisatrice, présente pendant la séance, aura sans doute apprécié…

Chutes. Désert. Syn : Critiques Presse et Récompenses

Sélection Officielle au Festival du Film de Cineffable 2012.

A propos de Audrey Vilf

Avatar
Chroniqueuse Occasionnelle & Animatrice de la communauté Univers-L - a.k.a. "Pam"

Répondre