In Her Line Of Fire : Interview de Jill Bennett, l’interprète de Sharon Serrano

In Her Line Of Fire : Interview Jill Bennett

Interview accordée à Jenny Stewart pour le site PlanetOut.com

Dans le film à venir, In Her Line Of Fire, deux femmes doivent sauver le vice président des États-Unis d’Amérique kidnappé par un groupe de rebelles après le crash de son avion sur une île d’Amérique du Sud.

Les deux femmes sont interprétées par l’icône lesbienne Mariel Hemingway et l’actrice ouvertement lesbienne Jill Bennett, qui joue l’attachée de presse directe du vice président.

Jill Bennett a récemment discuté avec PlanetOut de ses scènes lesbiennes avec Mariel Hemingway, du futur des films d’action lesbiens et du fait d’être ouvertement gay à Hollywood.

Dans le film In Her Line Of Fire, Mariel Hemingway est attirée par le personnage que vous interprétez. À quoi est-ce que ça ressemblait de travailler avec elle ?

C’était fantastique de travailler avec Mariel. On a établi un rapport sympathique très tôt, qui a rendu cette expérience de tournage amusante. Nous avons eu à filmer l’une de nos scènes de baiser assez tôt lors du tournage, ce qui peut être embarrassant. Après la première prise, nous avons remarqué que quelques hommes membres de l’équipe semblaient absolument ravis et tout ce que nous avons pu faire a été de rire. Après cela, il nous a semblé que quoi que l’on ait pu faire, peu importe que ça a été sans importance, les moments se sont chargés d’une certaine intensité sexuelle pour les membres du casting. Tout devenait ce moment « lesbien » non dit dans leur esprit.

Par exemple, dans l’une de nos scènes nous sommes prises en otage et jetées à l’arrière d’un camion. Ils attachent nos mains, nous assoient à côté l’une de l’autre et juste avant de commencer à filmer, l’un des producteurs a commenté le fait que c’était « hot ». On était stupéfaites. Hot ? Nous étions assises en tant qu’otages à l’arrière d’un pickup, les mains liées et pas les siennes avec les miennes je dois ajouter. Nous avons tellement rit à cette notion de « hot » que c’est devenu une blague entre nous. Tout et rien devenait hot quand Mariel et moi faisions une scène, même si c’était de sauter au-dessus de branches ou de courir à travers la jungle.

Mariel est appréciée des lesbiennes à cause de son rôle dans Personal Best. Est-ce que toutes les deux vous en avez parlé ?

Nous avons eu une longue discussion, essayant de comprendre pourquoi les hommes aiment autant les lesbiennes, et tout ce que nous pouvions faire était rire. C’est ce sujet qui nous a amenées à ses rôles lesbiens passés, Personal Best et plus spécifiquement son statut d’icône lesbienne. En parlant avec elle, j’ai réalisé qu’elle ne connaissait probablement pas la profondeur de son statut ou l’impact de Personal Best sur de nombreuses femmes de notre communauté. Je pense qu’elle a finalement compris après notre voyage au Dinah Shore. Nous étions à une soirée de promotion du film et elle était totalement assaillie de fans hurlant pour avoir une photo, un autographe ou pour lui dire combien ce rôle avait d’importance pour elles quand elles ont fait leur coming-out. Je pense qu’elle était un peu submergée par cet épanchement de sentiments mais humble et elle a néanmoins apprécié. J’ai juste souri et dit « je te l’avais bien dit. »

Pensez-vous que nous allons voir plus de ce genre de films d’action lesbiens ?

Malheureusement, le concept d’action hero féminine n’a pas prouvé qu’il pouvait rapporter de l’argent à Hollywood. Regardez le grand nombre de films d’action mettant en scène des femmes n’ayant pas réussi à sortir l’année dernière. Ce n’est pas de bon augure pour le genre. Je pense que c’est difficile d’oublier l’idée qu’elle [l’héroïne] doit être suffisamment forte pour donner l’impression de botter les fesses des méchants, mais aussi assez douce pour rester féminine. Bien sûr, Bound a parfaitement correspondu à ces règles et a été un très gros succès. C’est le problème de l’équilibre si vous parlez de la tendance dominante. En termes d’audience strictement lesbienne, ces règles ne s’appliquent pas mais est-ce que l’audience lesbienne se voit ? C’est la véritable question. Je sais que j’aime voir des femmes prendre le contrôle et botter des fesses alors pourquoi pas ?

Vous jouez aussi une femme battue lesbienne dans le film à venir The Pleasure Drivers. Quel en est le sujet ?

The Pleasure Drivers montre trois histoires séparées interconnectées mettant en scène un thérapeute adultère [Angus MacFadyen et Lacey Chabert], un kidnappeur drogué [Lauren Holly] et mon personnage, une femme battue en quête de revanche. Il a été réalisé par Andrzej Sekula qui a été le caméraman de Quentin Tarantino sur Pulp Fiction et Reservoir Dogs. Andrzej est particulièrement expert dans l’art de filmer la violence donc je suis vraiment excitée de voir le résultat final. J’ai seulement vu de petits clips mais je peux vous dire que mon personnage fait des choses plutôt dingues dans ce film. Il y a une scène particulièrement troublante que les lesbiennes vont soit aimer soit détester. Je ne l’ai pas encore vue donc je ne sais pas ce que ça va rendre mais j’ai senti que c’était un scénario qui aurait dû être tourné il y a longtemps.

Vous êtes l’une des rares actrices ouvertement lesbienne à Hollywood. En quoi cela a-t-il aidé ou nui à votre carrière ? Est-ce qu’une part de vous aurait préféré rester dans le placard ?

Reste à savoir l’effet que cela a eu sur ma carrière. Jusqu’à ce que vous soyez un acteur régulier de série télévisée ou sur la liste principale, personne à l’extérieur de la communauté gay ne s’intéresse vraiment ou ne prête attention à votre vie amoureuse. J’aimerais dire que cela aide mais pas vraiment. À l’exception de ce film pour Here !, je n’ai pas beaucoup travaillé avec la communauté gay. J’ai joué un grand nombre de lesbiennes avant mais j’ai été renvoyée de ces projets par les réalisateurs hétérosexuels qui n’avaient pas idée que j’étais hors du placard. Il y avait simplement quelque chose sur mes auditions qui les laissait penser que je pourrais jouer ce rôle ce qui avait un sens si on prend en compte ce que je suis dans la vie réelle. Inversement, je n’ai pas eu de rôle dans des comédies romantiques hétérosexuelles. Ce n’est pas rare pour des acteurs de jouer des rôles qui sont similaires à ce qu’ils sont réellement en tant qu’être humain.

Je n’aurais jamais pu être dans le placard pour le moindre aspect de ma vie, ma carrière n’y fait pas exception. Je suis vraiment désolée pour ces acteurs qui choisissent cela. Je ne peux même pas imaginer avoir à cacher une partie aussi importante de mon existence. Ce n’est pas un jugement ; c’est simplement que ce n’est pas pour moi.

OK, dernière question. Quel serait votre rôle idéal ?

Je pense que le plus grand défi pour un acteur est de faire le portrait d’une personne qui a réellement vécu, et j’ai toujours été obsédée par les biographies et les histoires vraies des personnes qui vivaient derrière les façades d’Hollywood. J’ai lu un livre il y a plusieurs années basé sur des dossiers du FBI concernant les vies lesbiennes secrètes de Dietrich et Garbo et depuis, je rêve de la possibilité que ce film voit le jour. Je ne pense pas que la plupart des gens pensent à combien ces femmes étaient célèbres à cette époque. Le livre évoquait une longue liste de relations lesbiennes et de relations publiques qui pourraient choquer un grand nombre d’Américains d’après les standards d’aujourd’hui. Bien que Dietrich ait été la plus audacieuse des deux, elle ferait de Colin Farrell un enfant de chœur, j’aimerais jouer Garbo. Elle était la meilleure actrice des deux et elle avait cette aura mystique qui me fascine encore aujourd’hui. Donc, aussi étrange que ce soit, mon rêve et de jouer le rôle d’une actrice qui a été lesbienne dans la vraie vie. Allez comprendre.

Traduction Isabelle B. Price

Interview Originale sur PlanetOut.com

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre