Interview de la chef cuisinière Cat Cora

Cat Cora

Interview accordée à Karman Kregloe, le 07 octobre 2009 pour le site Afterellen.com

Cela a été une grande année pour la célèbre chef cuisinière Cat Cora. Le mois dernier, elle a inauguré un nouveau restaurant, Kouzzina, dans le parc Disney World d’Orlando en Floride, où les clients peuvent savourer sa rafraîchissante vision de la cuisine traditionnelle grecque (essayez donc son « Ouzo-tini ») et maintenant elle rempile pour une toute nouvelle saison de son émission TV culinaire à succès Iron Chef America.  Elle y règne actuellement en tant que seule Iron Chef féminine -qui justement s’avère également être lesbienne.

Comme si ça ne suffisait pas, Cora a donné naissance à un fils, Nash Lemuel en juillet, et sa femme Jennifer a elle aussi accouché d’un garçon, Thatcher Julius en avril (le couple a deux autres fils, Zoran et Caje).

Et on ne sait comment, elle réussit aussi à trouver le temps d’être le chef exécutif pour Bon Appétit Magazine, a fondé et préside « Chefs for Humanity », se lance dans de nombreux programmes TV et prépare le terrain afin d’animer son propre show dans un futur proche. Y a-t-il quelque chose que Cat Cora ne sache pas faire ?

Entre gérer sa carrière florissante, son travail dans l’humanitaire et sa famille qui s’agrandit, Cora a pris le temps pour une rapide interview par mail avec AfterEllen.com pour aborder son rôle d’Iron chef, sa volonté de s’attaquer à l’épidémie d’obésité aux USA et son projet de prendre d’assaut l’émission Dancing With the Stars.

Félicitations pour la naissance de vos fils et l’ouverture de votre nouveau restaurant, Kouzzina. Comment jonglez-vous entre deux nouveaux bébés à la maison, la compétition dans Iron Chef et le lancement d’un prestigieux restaurant ?

Je suis très soutenue à la maison, avec Jennifer entre autres et professionnellement, je suis entourée d’une très bonne équipe.

Quel est votre préféré parmi les nouveaux plats du menu de Kouzzina ?

Le Kota Kapama [poulet à la grecque à la cannelle] est le préféré de la famille. C’est ma nourriture de l’âme.

Je sais que vous prenez très à cœur l’enseignement des bonnes habitudes alimentaires à la maison dans les familles. Avez-vous une théorie sur la solution au problème de l’épidémie d’obésité qui frappe les enfants et les adultes aux États-Unis ?

Oui, ma théorie c’est qu’il faut commencer avec les parents et les enfants ENSEMBLE. Ce sont les parents qui font les courses, cuisinent et nourrissent les enfants. Ce sont eux qui décident ou non de prendre le drive in pour aller au fastfood. C’est pourquoi les éduquer eux tout en enseignant aux enfants est la clé.

Vous avez une forte présence dans Iron Chef America, en particulier en tant que seule femme de ce programme. Ressentez-vous une pression supplémentaire à exceller afin de prouver qu’une femme peut être une adversaire aussi redoutable qu’un chef homme ?

En tant que femme, il m’est arrivé de ressentir cette pression mais maintenant il s’agit plus d’être un chef et de battre mes adversaires. Il aura fallu de nombreuses saisons et une bonne dose de victoires pour en arriver là, mais c’est un grand pas en avant.

Avez-vous eu un ingrédient favori (ou le moins apprécié) parmi les ingrédients secrets  lors des affrontements dans Iron Chef America ?

Le cochon entier a été le pire, évidemment. :o) Le meilleur était probablement le miel.

Le fait que vous soyez une chef célèbre et ouvertement homosexuelle compte beaucoup pour vos fans gays et lesbiennes. Comment avez-vous vécu cette expérience ? Y a-t-il jamais eu des pressions venant de vos employeurs ou collègues pour vous décourager d’être ouvertement lesbienne ou de ne pas en parler dans la presse ?

Je pense qu’au début de ma carrière, j’étais prudente, mais pas une seule fois on ne m’a demandé de ne pas m’exposer. Dès que Jennifer et moi avons commencé à fonder une famille, je me suis fait la promesse de ne jamais les renier. J’ai toujours été transparente avec mes employeurs, mes collègues et ensuite le public.

En 2008, le Hero Visibility Award vous a été décerné par la Human Rights Campaign [NDLT : La Human Rights Campaign, (littéralement la Campagne pour les Droits de l’Homme) est le lobby le plus important en matière de droits des personnes LGBT aux États-Unis.] Comment avez-vous ressenti le fait d’être officiellement qualifiée d’héroïne pour être une célébrité ouvertement homosexuelle ?

Je l’ai reçu en toute humilité et j’étais très honorée.

Vous êtes très active sur Twitter et Facebook, ce qui vous rend également beaucoup plus accessible pour vos fans. Quel a été le meilleur et le pire côté dans le fait d’avoir autant de contacts directs avec vos « amis » d’Internet ?

Le meilleur côté est de pouvoir me connecter avec mes fans instantanément. Pas sûr qu’il y ait un mauvais côté ; j’aime pouvoir rester en contact avec mes fans.

À l’origine, vous avez étudié la physiologie de l’exercice et la biologie à l’université avant de vous inscrire à l’Institut Culinaire d’Amérique. Qu’est-ce qui  a valu ce changement de direction pour devenir chef ?

Je voulais juste avoir un diplôme universitaire en cas de besoin et heureusement, je n’ai pas encore eu à m’en servir !

Julia Child a été un mentor pour vous et a eu une grande influence sur votre carrière. Comment l’avez-vous rencontrée et avez-vous des souvenirs préférés de moments passés avec elle ? De par le lien personnel que vous aviez avec Melle Child, que pensez-vous du film Julie & Julia ?

Je n’ai pas encore vu le film, mais je projette d’aller le voir dans les prochaines semaines. J’ai eu le plaisir de rencontrer Julia plusieurs fois, dont une dans sa maison de Cambridge. Elle a eu un impact énorme sur moi et sur d’autres et elle a pris le temps de me délivrer des conseils et des paroles d’une grande sagesse que jamais je n’oublierai. J’ai aussi co-animé les James Beard Awards avec Stanley Tucci cette année : c’est un homme formidable.

Mark Dacascos, le président de Iron Chef America, concourt dans la nouvelle saison de Dancing with the Stars. Pourriez-vous envisager d’y participer ou à une autre émission non culinaire ?

Absolument. Mon équipe essaie de me faire engager à l’heure actuelle. J’adorerais faire partie de la prochaine saison. D’ailleurs je trouve qu’AfterEllen.com devrait débuter une campagne promotionnelle pour m’aider à y entrer !

Vous vous engagez beaucoup dans l’humanitaire, particulièrement avec les Chefs for Humanity et l’Unicef. En quoi votre travail avec ces organisations a impacté votre propre vie ? Vous êtes-vous fixé des buts précis à atteindre à travers vos œuvres caritatives ?

Je veux œuvrer pour l’éradication de la faim et de la pauvreté dans le monde et mon but est que les Chefs for Humanity  y contribuent. CFH est l’héritage que je laisserai et je veux qu’il perdure bien après que je sois partie.

Ma femme est végétarienne, donc je me dois de vous demander : trouvez-vous agaçant de cuisiner pour des végétariens ou le voyez-vous comme un challenge stimulant ?

Je trouve que c’est un challenge amusant. Dans la famille Cora, il y a des soirs où on est tous végétariens. Ça purifie. Donc j’apprécie la démarche des végétariens.

Votre voix et votre image ont été utilisées dans le jeu vidéo Iron Chef America : Supreme Cuisine. Y avez-vous joué ? Si oui, avec votre personnage, ou en tant que votre propre adversaire ?

Je n’ai pas eu l’occasion d’y jouer. Nous sommes encore en train de peaufiner le système pour la Wii. Mais j’ai entendu beaucoup de bonnes choses sur ce jeu et c’était amusant de prêter ma voix à mon avatar.

Y a-t-il un plat que vous ne sachiez (ou ne vouliez) pas cuisiner ?

Non, je pourrais essayer de cuisiner n’importe quoi. Enfin, peut-être pas le poisson lune potentiellement mortel. Ce serait une mauvaise idée.

Citez-moi une chose que vous avez toujours dans votre réfrigérateur ?

Des tonnes de condiments.

Et si vous ne deviez  plus manger qu’un aliment ou un plat pour le reste de votre vie ?

Ce serait dramatique !

Traduction Magali Pumpkin

Interview Originale sur le site Afterellen.com

Répondre