Just One Time

Un navet utilisant le lesbianisme comme le fantasme masculin par excellence

Année de Production : 1999

Réalisation : Lane Janger

Scénario : Lane Janger

Avec : Lane Janger (Anthony), Joelle Carter (Amy), Guillermo Diaz (Victor), Jennifer Esposito (Michelle), Vincent Laresca (Nick), Domenick Lombardozzi (Cyrill), David Lee Russek (Dom)

Nationalité : Américaine

Genre : Comédie

Durée : 1h 33min.

Titre Original : Just One Time

Just One Time : Résumé

Anthony est pompier. Il est fiancé à Amy, une jeune femme gentille et aimante. Alors qu’ils sont en pleins préparatifs de mariage, Anthony parle à Amy du fantasme qu’il souhaiterait le plus réaliser. Il voudrait qu’elle fasse l’amour avec une autre femme et lui. Cette idée ne plaît pas trop à Amy mais elle accepte pour faire plaisir à ce dernier. Elle lui demande en retour s’il est prêt à faire la même chose pour lui. Anthony accepte et l’affaire semble réglée.

Heureux Anthony se met donc en quête de la fille pour ce parfait ménage à trois. Sauf qu’Amy l’a devancé et lui propose de coucher avec leur voisin gay. Comprenant ce que cela implique, Anthony refuse. Les disputes s’intensifient entre Anthony et Amy qui se rapproche de sa voisine lesbienne…

Anthony est pompier. Il est fiancé à Amy, une jeune femme gentille et aimante. Alors qu’ils sont en pleins préparatifs de mariage, Anthony parle à Amy du fantasme qu’il souhaiterait le plus réaliser. Il voudrait qu’elle fasse l’amour avec une autre femme et lui. Cette idée ne plaît pas trop à Amy mais elle accepte pour faire plaisir à ce dernier. Elle lui demande en retour s’il est prêt à faire la même chose pour lui. Anthony accepte et l’affaire semble réglée. Heureux Anthony se met donc en quête de la fille pour ce parfait ménage à trois. Sauf qu’Amy…

L'avis d'Univers-L

Scénario/Réalisation
Casting
Lez/Bi Quantité
Lez/Bi Qualité

Résumé : Un navet à éviter.

Note des lectrices : Soyez la première !
34

Just One Time est un long-métrage dont nous étions passés à côté sur le site. Pourtant, il date de 1999 nous aurions donc dû en prendre connaissance il y a très longtemps. Cependant, après visionnage, je comprends pourquoi nous n’en avons jamais entendu parler. C’est un film d’hétéro. J’irais même plus loin, c’est un film de mec hétéro. Il est lourd, inintéressant et bourré de clichés.

Comme vous l’avez compris avec le résumé, c’est l’histoire d’un gros beauf qui va demander à sa future femme de réaliser son fantasme avant qu’ils se marient et se jurent fidélité pour toutes les années à venir. Merci la vision du mariage caricaturale avec le prêtre, le côté on peut tout faire avant mais une fois qu’on aura franchi le pas il faudra se tenir tranquille et toutes les autres bêtises du genre. Le mec en question est un pompier qu’on nous vend comme coureur. Le respect qu’il porte à sa future femme laisse à désirer et franchement je ne donne pas deux ans à leur mariage. Mais bref…

Donc Anthony veut que sa femme couche avec une autre femme en sa présence. Et que tous les trois s’amusent et prennent leur pied. Sauf qu’Amy n’aime pas l’idée. C’est son droit le plus strict. Mais Anthony va persévérer et insister jusqu’à ce qu’Amy dise d’accord à condition qu’il fasse la même chose. Et évidemment, lorsqu’Anthony va se retrouver face au mec avec lequel il doit coucher pour sa femme, il va paniquer. Il ne mange pas de ce pain-là.

Deux personnages ouvertement homosexuels servent de seconds rôles. Victor et Michelle. Le premier est le gay romantique qui fantasme sur les mecs musclés et la seconde est une lesbienne indépendante qui passe ses journées à bosser pour gagner sa vie. Même si Michelle est stéréotypée comme la femme forte, indépendante et profondément féministe, son personnage est quand même intéressant. Victor lui, ne sort jamais de son rôle de « gentil » gay ce qui prouve le peu d’intérêt pour son personnage. Oui il sert à faire avancer l’histoire mais sans plus.

Franchement, vu le sujet, je me disais que le vrai tour de force et la transgression suprême ce serait que les deux tourtereaux se séparent pour que la première parte avec une femme et le second avec un mec. Autant le dire, cette fin en forme de happy end où Anthony pleure seul sur un banc et où Amy vient le consoler et se souvient de pourquoi elle l’aime est à vomir. C’est nul, mauvais et sans intérêt. À l’image du film.

Passez votre chemin sans regret. Le baiser lesbien surpris par la fenêtre par Anthony est plus un moyen de faire fantasmer les spectateurs hétérosexuels qu’autre chose. À éviter.

Just One Time : Extraits

MICHELLE : Je ne comprends pas pourquoi elle épouse ce crétin.
VICTOR : Moi je sais.
MICHELLE : Oh, tais-toi !

ANTHONY : Je peux avoir mon baiser.
AMY : C’est trop tard. Allez, viens.

ANTHONY : C’est juste une soirée.
AMY : Je connais ce genre de soirée. Et je connais tes amis.
ANTHONY : Alors maintenant tu as un problème avec mes amis ?
AMY : Ce n’est pas ce que j’ai dit.
ANTHONY : Quoi alors ?
AMY : C’est Dom.  C’est un tel homme à femmes. Je sais qu’il y aura des femmes nues là-bas.
ANTHONY : Écoute, je t’aime toi et juste toi.
AMY : Je t’aime aussi.

A propos de Isabelle B. Price

Isabelle B. Price
Créatrice du site et Rédactrice en Chef. Née en Auvergne, elle s’est rapidement passionnée pour les séries télévisées. Dès l’enfance elle considérait déjà Bioman comme une série culte. Elle a ensuite regardé avec assiduité Alerte à Malibu et Les Dessous de Palm Beach avant l’arrivée de séries inoubliables telles X-Files, Urgences et Buffy contre les Vampires.

Répondre